Montigny-les-Jongleurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montigny-les-Jongleurs
Montigny-les-Jongleurs
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité CC du Territoire Nord Picardie
Maire
Mandat
Rachèle Delgove
2020-2026
Code postal 80370
Code commune 80563
Démographie
Gentilé Montignois
Population
municipale
96 hab. (2019 en augmentation de 4,35 % par rapport à 2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 10′ 53″ nord, 2° 08′ 04″ est
Altitude Min. 70 m
Max. 142 m
Superficie km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Doullens
Législatives 4e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Montigny-les-Jongleurs
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Montigny-les-Jongleurs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montigny-les-Jongleurs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montigny-les-Jongleurs

Montigny-les-Jongleurs est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La commune est située entre Bernaville et Auxi-le-Château (Pas-de-Calais), à environ 5 km de chacune de ces localités.

Au point de vue routier, le territoire est desservi par la D933 et le D99E.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Maizicourt Saint-Acheul Rose des vents
N
O    Montigny-les-Jongleurs    E
S
Agenville Prouville Heuzecourt

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montigny-les-Jongleurs est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (90,7 %), zones urbanisées (5,1 %), forêts (4,1 %), zones agricoles hétérogènes (0,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mons Montis Ignis a donné Montigny. Montagnes où des feux de joie étaient allumés par les jongleurs du lieu pour amuser les seigneurs[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation gallo-romaine est attestée par des poteries, des pièces de monnaie et des grès trouvés sur place[réf. nécessaire].

La seigneurie de Montigny manque de sources. Il est question dans des actes concernant la Maladrerie de Saint-Riquier vers 1270 d'Arnould et Regnier de Montigny ainsi que Gautier de Montigny et de sa femme Marie mais sans mention de leurs titres éventuels.

En 1378, Robert de Beauval, sire d'Occoches et de Villeroy sert au roi un aveu pour le fief de Saint-Acheul et Montigny tenu par le roi. En 1507, la terre de Montigny appartenait à Jehan de Warluzel.

Eustache de Prouville est seigneur de Montigny en 1557. Sa fille Jeanne de Prouville par son mariage avec Charles de Soyécourt fait passer la seigneurie dans cette famille. Son fils François de Soyécourt en hérite en 1604 et la vend en 1609 à Hugues Le Fournier, sieur de Neuville. Celui-ci en transmet la moitié à son fils Benjamin Le Fournier. L'autre moitié est transmis à sa veuve Marie Pruvot qui se remarie avec Benjamin de Montmorency. A la suite de Benjamin Le Fournier, on voit René Le Fournier donner la seigneurie en 1667 à son frère Jean. Celui-ci en est le seigneur de 1667 à 1673.

La seigneurie passe ensuite dans la famille de Fontaine, dont François de Fontaine, mort à Mézerolles le 29 janvier 1737. Enfin la seigneurie passe aux Manessier de Brassigny.

D'autres fiefs sont sur le territoire de Montigny.

En 1er lieu, le fief des Rateaux. Il a dû appartenir à une famille qui en portait le nom et appartint ensuite à l'abbaye de Berteaucourt. La Maladrerie de Saint-Riquier avait aussi de grands biens sur ce fief.

En 2nd lieu, le fief d'Avancourt. Celui-ci était tenu du roi directement à cause de son château à Doullens. Il appartint au XVIIe siècle à François Dupont, écuyer. Celui-ci le laissa à André Dupont qui le vendit en 1698 à Robert Dupuis et sa femme Marie Cagnard. Puis il est relevé par leur fils Jean-François Dupuis en 1732, puis le frère de celui-ci Antoine Robert François Dupuis en 1760. Enfin au décès de ce dernier le fief passe à François Dupuis, curé de Saint-Acheul en 1783. Puis sa sœur Marie-Madeleine Dupuis et en 1785 le fils de celle-ci, Pierre François Sagnier[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1806 Pierre Moignet   Instituteur
1806 1823 François Augustin Le Blond   Cultivateur
1823 1831 Louis Joseph Alexandre Dournel   Cultivateur
1832 1847 M. Leroy   Cultivateur
1847 1870 Alphonse Martin   Cultivateur
1871 1881 Louis Joseph Devismes   Cultivateur
1881 1892 Odon-Pierre Lefebvre   Cultivateur
Les données manquantes sont à compléter.
1913 1925 Louis Gelé    
1925 1953 Oswald Thorel    
1953 1965 Pierre Ternois    
1965 1971 Léonce Debray    
1971 1986 Gilbert Thorel    
1986 mars 2008 Ghislain Thorel    
mars 2008[10] juillet 2020 Marie-France Carpentier[11]    
juillet 2020[12] En cours
(au 8 octobre 2020)
Rachèle Delgove    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2019, la commune comptait 96 habitants[Note 3], en augmentation de 4,35 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
241227253286314310301298305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
312310311294278261244206201
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
179176156141138149144124134
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
139113114948882767591
2017 2019 - - - - - - -
9596-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption.
  • Oratoire dédié à la Vierge, bordé de pierre[17].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Montigny ».
  9. Lefèvre, Théodose., Notice historique sur le canton de Bernaville (Somme), Impr. de Yvert et Tellier, (OCLC 461473026, lire en ligne).
  10. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le ).
  11. Réélue pour le mandat 2014-2020 : « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  12. « Rachèle Delgove élue maire de Montigny-les-Jongleurs », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Avec quatre voix contre trois, Rachèle Delgove a été élue maire de la commune de 90 habitants ».
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 122 (ASIN B000WR15W8).