Château de Montguerlhe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Montguerlhe)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Montguerlhe
Image illustrative de l’article Château de Montguerlhe
Vestiges du château de Montguerlhe
Restes de la tour carrée
Nom local Montguerlhe
Période ou style Château primitif roman
Type Château à motte et à triple enceintes
Début construction XIe – XIIe siècle
Propriétaire initial Seigneur de Thiers
Destination initiale Fortification
Propriétaire actuel Privé
Coordonnées 45° 50′ 27″ nord, 3° 36′ 09″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Auvergne
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Commune Saint Agathe

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Montguerlhe

Le château de Montguerlhe se situe au sommet d’un plateau (du même nom) à 829 m d’altitude à la frontière de trois communes : Sainte-Agathe (Puy-de-Dôme), Escoutoux et Celles-sur-Durolle, proche de Thiers. C’est un ouvrage militaire de type primitif vraisemblablement bâti au XIe siècle. Il est actuellement en ruine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « Montguerlhe » aurait une origine celte[réf. nécessaire] et signifierait en auvergnat : « le mont d’où l’on peut guetter ». Le verbe guetter étant « guerlhâ » en langue auvergnate[1],[2].

La prononciation est [monguɛrʎə] le digramme auvergnat lh correspondant au son [ʎ] ou consonne spirante latérale palatale voisée[3].

Présentation[modifier | modifier le code]

Sa motte, ses fossés et talus, les fondations de ses trois enceintes ainsi que certains murs (notamment Ouest) sont encore visibles. Ce château d’époque romane était très compact (environ 600 m2 au sol) et possédait une tour maitresse carrée encore identifiable sur certaines photographies du début du XXe siècle. Le périmètre de la troisième enceinte est estimé à environ un kilomètre. Ce bâtiment avait une fonction purement militaire de surveillance et de contrôle de la route Clermont-Lyon (péage). Seule, une petite poignée d’homme en assurait la gestion, la corvée (garde, entretien…) était probablement assumée par les habitants de la seigneurie.

Historique[modifier | modifier le code]

Les textes anciens connus permettent d’affirmer que cette forteresse a été active du XIe jusqu’au XVIe siècle (ruiné en 1610). La taxe de péage et les impôts seigneuriaux seront néanmoins toujours perçus jusqu’à la Révolution. De 1789 jusqu’au milieu du XXe siècle, Montguerlhe servira de carrière et alimentera les constructions de nombreux bâtiments alentours. Ceci explique en partie son état de ruine avancé.

La charte de Vollore (1312) est la plus vieille mention connue. Du XIe au début du XIVe siècle, Montguerlhe dépend de la seigneurie de Thiers. Il passe ensuite sous la possession des seigneurs de Vollore jusqu’à la Révolution.

Ouvrages et références[modifier | modifier le code]

Montguerlhe est un lieu de promenade agréable qui a inspiré les romanciers suivants :

  • La nuit de la Toussaint d'Eugène Marchand (1859)
  • Le Maître du pain de Lucy Achalme (1902)
  • Le bal des louves de Mireille Calmel (2003 - Xo Éditions)

Quelques études ont été publiées sur Montguerlhe notamment :

  • Le Vieux Thiers d'Alexandre Bigay (1947) : page 109
  • Le point sur Montguerlhe de Jean-Luc Kristos (1987) : brochure Le Pays Thiernois et son Histoire n° 9 (page 19)
  • Le château de Montguerlhe de Laurent Mosnier : brochure Escotal (2000)

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Bonnaud, Nouveau dictionnaire général français-auvergnat, Nonette, Créer, , 776 p. (ISBN 2-909797-32-5, lire en ligne), p. 338
  2. Karl-Heinz Reichel, Grand dictionnaire général auvergnat-français, Nonette, Créer, , 878 p. (ISBN 2-8481-9021-3, lire en ligne), p. 459
  3. Pierre Bonnaud, Grammaire générale de l’auvergnat à l’usage des arvernisants, Chamalières, Cercle Terre d'Auvergne, .

Lien externe[modifier | modifier le code]