Montgaillard (Tarn-et-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montgaillard.
image illustrant une commune de Tarn-et-Garonne
Cet article est une ébauche concernant une commune de Tarn-et-Garonne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Montgaillard
Blason de Montgaillard
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Castelsarrasin
Canton Garonne-Lomagne-Brulhois
Intercommunalité Communauté de communes de la Lomagne tarn-et-garonnaise
Maire
Mandat
Séverin Beaudonnet
2014-2020
Code postal 82120
Code commune 82129
Démographie
Population
municipale
122 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 01″ nord, 0° 52′ 37″ est
Altitude 250 m (min. : 139 m) (max. : 256 m)
Superficie 9,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Montgaillard

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Montgaillard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montgaillard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montgaillard

Montgaillard est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie. C'est aussi une commune de l'Occitanie et elle fait partie de la province de Gascogne.

Ses habitants sont appelés les Montgaillardais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montgaillard est un ancien village potier, situé aux marches du Gers, entre Saint-Clar (Gers) et Lavit de Lomagne (Tarn-et-Garonne). Village fleuri et typique, il est au cœur de cinq chemins de randonnée, qui sillonnent cet adorable coin du Sud-Ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Montgaillard est aussi une commune de l'ancien duché d'Aquitaine qui s'appela aussi duché de Guyenne. Montgaillard fut aussi à partir de 1561 une commune de l'ancienne province de Guyenne comprenant la Gascogne, la Saintonge, le Limousin, qui fut érigée en gouvernement de Guyenne avec pour siège Bordeaux.

Montgaillard est une commune du Pays de Lomagne inclus dans la Gascogne orientale dite Gascogne toulousaine. Montgaillard fit partie pendant une partie du Moyen Âge de l'ancienne Guyenne anglaise.

Le duché de Guyenne : Le nom de duché de Guyenne fut attribué au duché d'Aquitaine lorsqu'il fut amputé par les conquêtes des rois de France. Pour la première fois ce nom apparaît dans le texte du traité de Paris (1229) conclu le 12 avril 1229 entre saint Louis et Raymond VII de Toulouse comte de Toulouse, qui cédait la plus grande partie du Languedoc à la France et mettait fin à la croisade des Albigeois. Faisant partie des possessions des rois d'Angleterre de 1188 à 1453, la Guyenne est réunie au domaine du roi de France après la bataille de Castillon, qui mit fin à la guerre de Cent Ans.

Montgaillard a été un gros village potier : du XVIe au début du XXe siècle, sa production était vendue dans tout le Sud-Ouest, mais aussi en Espagne et au Canada.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Séverin Baudonnet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 122 habitants, en augmentation de 32,61 % par rapport à 2009 (Tarn-et-Garonne : 5,26 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700 725 776 779 708 671 655 668 632
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
585 575 567 503 511 502 413 356 403
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
408 370 319 234 218 213 197 186 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
156 129 103 99 86 69 83 105 122
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Dans la petite église du village, une statue de sainte Rufine (ou Ruffine ? ) (la patronne des villages potiers) a été remise en place le . Il s'agit d'une copie, l'original ayant été dérobé il y a une vingtaine d'années.
  • Le petit Musée sur la place du village, le four des Miquelles, ainsi que deux chemins de randonnée (entre autres ...) : le chemin des pPotiers, le chemin des Fontaines.
  • La plaque commémorative inaugurée le 2 juin 2002 en présence du maire, Séverin Beaudonnet, du conseiller général, Francis Garrigues, d'André Dupuy, historien, et de membres de la famille de Percin. Cette plaque commémorative se trouve scellée sur ce qui reste de l'ancien mur d'enceinte du château fort de Montgaillard, qui appartenait à la famille de Percin lorsqu'il fut démantelé en 1638 sur ordre du cardinal de Richelieu.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille de Percin de Montgaillard, la famille de Percin avait acquis le château fort de Montgaillard en 1566, mais elle possédait déjà depuis le XVe siècle les terres de Montgaillard. On a retrouvé des archives sur Bernard de Percin de Montgaillard dit « Le Petit Feuillant » qui était né en Gascogne en 1563 et se rendit célèbre par ses prédications et par le rôle important qu'il joua dans les affaires de la Ligue.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Montgaillard, Histoire de Bretagne.
  • Jean-Yves Carluer, professeur d'histoire à l'Université de Bretagne occidentale, et Erwan Chartier, journaliste à la revue bretonne ArMen.
  • Nobiliaires de Gascogne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]