Montesquiou (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montesquiou
Montesquiou (Gers)
Montesquiou.
Blason de Montesquiou
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Astarac en Gascogne
Maire
Mandat
Étienne Verret
2020-2026
Code postal 32320
Code commune 32285
Démographie
Gentilé Montesquivais et Montesquivaise
Population
municipale
574 hab. (2018 en diminution de 0,69 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 46″ nord, 0° 19′ 47″ est
Altitude Min. 145 m
Max. 256 m
Superficie 46,8 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Mirande
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pardiac-Rivière-Basse
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Montesquiou
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Montesquiou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montesquiou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montesquiou
Liens
Site web Site non officiel de Montesquiou

Montesquiou (Montesquiu en gascon), ou aussi Montesquiou-d'Armagnac, est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montesquivais et Montesquivaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Montesquiou est le chef-lieu d'un canton de 17 communes. Le village, bâti sur un coteau, est un castelnau s'ouvrant sur les Pyrénées et la vallée de l'Osse. Il constitue une étape sur la via Tolosane des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Montesquiou se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montesquiou est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mirande, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 3 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (85,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,4 %), zones agricoles hétérogènes (19 %), forêts (10,2 %), prairies (7,7 %), eaux continentales[Note 3] (2,1 %), zones urbanisées (0,6 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Montesquiou est attesté sous la forme Montesquivo au xve siècle, adaptation de l’ancien Monteschivum (1162), de l'occitan esquiu, signifie sauvage, hostile, d'où « mont sauvage ». Mais il se pourrait, à l’inverse, que le nom du village provienne de son propriétaire : Esquieu ou Esquiou est aussi un sobriquet devenu un nom de famille bien attesté, qui a pu désigner le possesseur primitif de ce lieu : « mont d'Esquiou ». Castelnau typique du Gers, le village de Montesquiou s’est construit au fil des siècles autour du donjon des barons de Montesquiou et des murailles, dont il reste quelques vestiges, ainsi que de la chapelle castrale, devenue l’église.

Histoire[modifier | modifier le code]

Montesquiou est le berceau de la famille de Montesquiou.

Presque aucun vestige du château de Montesquiou ne subsiste actuellement, hormis des morceaux de remparts d’enceinte[9]. Selon Benoît Cursente, il a pu être un des castelnaux construits sur motte en terre et en brique au milieu du XIe siècle[10]. Montesquiou apparaît comme castrum dans les sources écrites en 1274[11]. Aymeri de Montesquiou, est le dernier Montesquiou à y avoir vécu et à y être mort vers 1574. Sa sœur Anne, mariée à Fabien de Montluc, a recueilli sa succession.

Le nom de Montesquiou apparaît pour la première fois dans une charte de 985. Signifiant « mont en échine », il peut également s'interpréter comme « mont terrible » ou « mont sauvage ». Sa situation privilégiée pour la surveillance et la défense favorise l'implantation humaine dès la préhistoire, comme en attestent les objets datant du Néolithique et les tumuli découverts sur place. Des vestiges de villas gallo-romaines sont également présents.

Montesquiou est associé à d'Artagnan, né non loin de là au château de Castelmore à Lupiac. De son vrai nom Charles de Batz de Castelmore, sa mère, Françoise de Montesquiou d'Artagnan, était issue de la branche des derniers seigneurs possédant cette ville.

La Révolution française ne bouleverse pas la vie des montesquivais. Pendant une période, tout signe rappelant la féodalité devant disparaître, le village est renommé « Mont Osse » et le château est vendu puis démoli. Les matériaux sont négociés pour bâtir de nouvelles demeures ou paver les chemins.

Le XIXe siècle constitue une période de prospérité à Montesquiou et dans tout le Gers. À cette époque, plusieurs membres d'une famille de notables ont de hautes fonctions d'État et jouent un rôle important dans la région.

La Première Guerre mondiale provoque une saignée dans la jeunesse. Le XXe siècle voit arriver la mécanisation, l'électricité, le goudron et le début de l'exode rural. De 2028 habitants en 1841, la population passe à 570 en 1999, soit 13 hab/km2. Le mouvement est aujourd'hui stabilisé, et de nouveaux habitants en quête d'un mode de vie rural compensent la baisse des actifs agricoles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 2014 Robert Perrussan[12] PS Conseiller général (2001-2015)
2014 En cours Etienne Verret DVD Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Roclincourt (France) depuis 1999 Drapeau de l'Espagne Montesquiu (Espagne)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14]. En 2018, la commune comptait 574 habitants[Note 4], en diminution de 0,69 % par rapport à 2013 (Gers : +0,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 8021 8721 8321 9842 0152 0002 0231 9251 936
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 8001 7041 6021 6251 5821 5171 4391 3801 270
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 2901 272993964945929926840752
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
645605604579570586598583574
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

L'église remonterait au XIe siècle. Aujourd'hui, la partie la plus ancienne est le clocher qui date du XIIe siècle. C'était encore une église assez modeste à la fin du XVe siècle. Le flèche actuelle en éteignoir date aussi du XIXe siècle et ne correspond pas au style du pays. Le chœur est couvert d'une voûte de la fin du gothique, nervurée et dotée de clés armoirées. La clé centrale porte les armoiries des barons de Montesquiou. Dans la chapelle située à la droite : une pietà et un reliquaire doré dédié à saint Martin.

  • Chapelle du cimetière de Montesquiou.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Montesquiou
Blason de Montesquiou Blason
D'or à la montagne de sable; au chef d'azur chargé d'une lune d'argent [17].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. III : Arrondissement de Mirande, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers, , 437 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF40101206)
  • G. Laplagne-Barris,
    • "Monographie de la commune de Montesquiou-sur-l'Osse, présentation du cadre et étude historique", dans le Bulletin de la Société archéologique du Gers, 1er et 2e trimestre 1971, pages 106-140 et 267-282.
    • "Le château de la Motte d'Angles (Montesquiou, Gers)", dans le Bulletin de la Société archéologique du Gers, 2e semestre, 1977, pages 202-215.
    • "Une petite ville gasconne de la fin du XVe siècle au début du XVIe siècle : Montesquiou d'Armagnac", dans la Revue de Comminges, 1981, pages 177-181.
    • "Une petite ville gasconne de la fin du XVe siècle au début du XVIe siècle : Montesquiou d'Armagnac", dans la Revue de Comminges, 1983, pages 163-188.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  9. Raoul Deloffre, Églises, châteaux et fortifications dans le Gers occidental, 2003.
  10. Benoît Cursente, Les Castelnaux de la Gascogne médiévale. Gascogne gersoise, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1980
  11. Nicolas Guinaudeau, Fortifications seigneuriales et résidences aristocratiques gasconnes dans l’ancien comté d’Astarac entre le Xe et le XVIe siècle, thèse 2012, université de Bordeaux III, page 211
  12. Site de la préfecture - Fiche de Montesquiou.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=15382