Montereau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montereau (homonymie).
Montereau
L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.
Blason de Montereau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Lorris
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Lorris
Maire
Mandat
Jean Debouzy
2014-2020
Code postal 45260
Code commune 45213
Démographie
Gentilé Monterelais[1]
Population
municipale
629 hab. (2012)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 25″ N 2° 34′ 24″ E / 47.8569, 2.573347° 51′ 25″ Nord 2° 34′ 24″ Est / 47.8569, 2.5733
Superficie 50,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Montereau

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Montereau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montereau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montereau

Montereau est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Montereau et des communes limitrophes

La commune de Montereau se trouve dans le quadrant sud-est du département du Loiret, dans la région agricole de l'Orléanais[2]. À vol d'oiseau, elle se situe à 49,9 km d'Orléans[3], préfecture du département, à 20,4 km de Montargis[4], sous-préfecture, et à 5,7 km de Lorris, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant mars 2015[Note 1]. La commune fait partie du bassin de vie de Lorris[5].

Les communes les plus proches sont : Le Moulinet-sur-Solin (4,5 km), La Cour-Marigny (4,6 km), Lorris (5,7 km), Varennes-Changy (6,6 km), Noyers (7,3 km), Oussoy-en-Gâtinais (7,6 km), Thimory (7,6 km), Langesse (7,7 km), Coudroy (9,7 km) et Vieilles-Maisons-sur-Joudry (10,1 km)[6].

Rose des vents Lorris La Cour-Marigny Oussoy-en-Gâtinais Rose des vents
Lorris N Varennes-Changy
O    MONTEREAU    E
S
Ouzouer-sur-Loire Dampierre-en-Burly Le Moulinet-sur-Solin

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Bonnée, affluent de la Loire, prend sa source à Montereau et la rigole de Courpalet traverse territoire de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1926, Montereau appartenait à l'arrondissement de Gien.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bas latin monasteriolum du IVe siècle s., diminutif de monasterium, formé avec le suffixe olum, signifie : petite église et aboutit régulièrement à monestereuil, monstreuil, puis à montreuil, et avec attraction de la final el, eau, à Montereau.

Monasteriolum, 900 (Chartes de Saint-Benoît-sur-Loire, t. 1, p. 93, charte de Charles le Simple).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montereau

Les armes de Montereau se blasonnent ainsi :

D'azur à la croix d'or chargée d'une rose de gueules[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Jean Debouzy Divers droite  

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Montereau.

En 2012, la commune comptait 629 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 018 914 946 882 889 963 887 1 011 1 036
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
998 1 043 1 089 1 026 1 094 1 131 1 080 1 051 1 045
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
986 980 906 755 761 761 689 717 634
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
569 495 449 454 503 546 609 601 613
2012 - - - - - - - -
629 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'étang communal.
  • L'église Saint-Pierre
  • Le monument aux morts
  • L'étang communal

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives «Habitats » et «Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État Membre. les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[10],[10].

Les sites Natura 2000 présents sur le territoire communal de Montereau sont les suivants[INPN 1] :

Numéro Type Nom Arrêté de classement Localisation
FR2410018 ZPS (directive "Oiseaux") Forêt d’Orléans 23 décembre 2003[11] Dans la partie sud-ouest de la commune[12].
FR2400524 SIC (directive "Habitats, faune, flore") Forêt d’Orléans et périphérie 20 août 2014[13] Dans la partie sud-ouest de la commune[12].

Le site de la « forêt d'Orléans » s'étend du nord-est de l'agglomération orléanaise jusqu'aux portes de Gien, suivant un arc de cercle d'une soixantaine de kilomètres de long et d'une largeur variant de 2 à 15 km environ. Cet ensemble forestier quasi continu est majoritairement domanial. La forêt domaniale est constituée de trois massifs distincts, de l'ouest vers l'est, les massifs d'Orléans, Ingrannes et Lorris, en périphérie desquels se trouvent d'autres parcelles forestières. La surface globale des trois massifs domaniaux est de 34 500 hectares. D'une surface totale de 32 177 ha, le site est constitué de deux grandes entités couvrant la presque intégralité des massifs forestiers domaniaux d'Ingrannes et de Lorris. Ces deux grandes entités englobent également d'autres parcelles forestières, ainsi que des étangs, en périphérie, de même que la grande « clairière » de Sully-la-Chapelle, Ingrannes et Seichebrières incluse dans le massif d'Ingrannes. Ce site présente un grand intérêt ornithologique notamment avec la nidification du balbuzard pêcheur, de l'aigle botté, du circaète Jean-le-Blanc, de la bondrée apivore, du busard Saint-Martin, de l'engoulevent d'Europe, des pics noir, mar et cendré, de l'alouette lulu et de la fauvette pitchou. Les étangs constituent par ailleurs des sites d'étape migratoire importants pour différentes espèces[INPN 2].

Le site de la « forêt d'Orléans et périphérie » d'une surface totale de 2 226,40 ha, est morcelé en 38 entités. Celles-ci, de tailles variables (de 0,9 à 347 ha), sont disséminées sur les 3 massifs et leurs périphéries. Au cours de la réalisation du document d'objectifs, suite aux inventaires de terrain, l'absence d'habitat ou habitat d'espèce d'intérêt communautaire dans certaines entités a conduit à la proposition de leur suppression (13 entités concernées, pour une surface totale de 207,90 ha). L'intérêt du site réside dans la qualité des zones humides (étangs, tourbières, marais, mares), la grande richesse floristique, avec un intérêt élevé pour les bryophytes, les lichens et les champignons. 17 habitats naturels d’intérêt communautaire sont répertoriés sur le site qui présente aussi un intérêt faunistique, notamment l’avifaune, les chiroptères, les amphibiens et les insectes. Ce site présente une faible vulnérabilité dans les conditions actuelles de gestion ; il s’agit en effet de parcelles de forêt domaniale dont la gestion actuelle n’induit pas de contraintes particulières pour les espèces citées. Certaines comme le balbuzard pêcheur font l’objet d’une surveillance. D’autres espèces justifieraient un suivi, comme le sonneur à ventre jaune, l’aigle botté, la pie-grièche écorcheur[INPN 3].

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes au plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Montereau comprend quatre ZNIEFF[INPN 4].

Désignation Type Superficie Description
« Étang de Courcambon » type 1[Note 4] 506 hectares La zone s'étend sur 3 communes : Dampierre-en-Burly, Montereau et Le Moulinet-sur-Solin. L'étang de Courcambon se situe pratiquement à l'extrémité Est du massif de Montereau, en Forêt domaniale d'Orléans. Ce plan d'eau privé est distant d'environ 3 km au Nord de Montereau[14]. Son altitude varie entre 135 et 150 m[INPN 5]. Le site abrite une dizaine d'espèces végétales déterminantes dont deux protégées. Il semble avoir été nettement plus riche au début du XXème siècle. L'étang et sa périphérie abritent la reproduction de plusieurs couples de balbuzards fluviatiles. C'est par ailleurs le seul site du Loiret qui accueille le pygargue à queue blanche en hivernage de manière régulière. L'intérêt entomologique est également avéré[INPN 6].
« Massif forestier d'Orléans » type 2[Note 5] 36 086 hectares La ZNIEFF s'étend sur 37 communes, dont Dampierre-en-Burly, et se superpose pour la commune à la zone Natura 2000 de même nom[DREAL 1]. Son altitude varie entre 126 et 174 m[INPN 7]. La forêt d'Orléans repose pour l'essentiel sur des terrains de nature comparable à celle des terrains de la Sologne (Burdigalien) épandus sur le coteau de Beauce. Les formations végétales sont donc plutôt acidoclines à acidiphiles avec des secteurs secs et d'autres très humides. L'intérêt dépasse les contours complexes du massif domanial et s'étend également aux lisières et enclaves privées qui le prolongent[INPN 8].
« Prairie de Lideuve » type 1 1,45 hectares La ZNIEFF est située au sud-ouest du bourg de Montereau[DREAL 2]. Son altitude est de 119 m[INPN 9]. Cette prairie, bien qu'en cours de fermeture et sans gestion apparente, abrite hui espèces déterminantes dont deux protégées. On y trouve à la fois des espèces des prairies oligotrophes et des espèces des prairies eutrophes. On retiendra plus particulièrement ici la présence de Carex hostiana et de Carex nigra, deux espèces non protégées mais très rares en région Centre et caractéristiques des prairies humides oligotrophes à tourbeuses[INPN 10].
« Prairie des Fondereaux » type 1 2,15 hectares La ZNIEFF est constituée de deux prairies s'étendant entre les deux bras de la rivière le Solin, à 1,7 km environ à l'est du bourg de Montereau. Elles sont traversées par la RD 41[DREAL 3]. Son altitude est de 113 m[INPN 11]. Au nord de la route le milieu est mésophile alors qu'il s'avère hygrophile au Sud. L'ensemble abrite un cortège végétal caractéristique de ce type de milieu, avec dix espèces déterminantes dont quatre protégées. On rencontre notamment sur cette zone Dactylorhiza fistulosa, l'orchis à fleurs lâches (Orchis laxiflora) et l'Œnanthe à feuilles de peucédan (Oenanthe peucedanifolia), trois espèces protégées au niveau régional. Dans la partie la plus mésophile on observe de l'orchis brûlé (Orchis ustulata)[INPN 12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les décrets de février et mars 2014 délimitation les cantons, issus de la réforme définie par la loi du 17 mai 2013, ne définissent pas des chefs-lieux de canton, mais des bureaux centralisateurs, terminologie spécifique à une circonscription électorale qui se substitue à celle de "chef-lieu", propre à une circonscription administrative.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée caractérisée par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.

Références[modifier | modifier le code]

Inventaire national du patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 29 juin 2010)
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 26 juillet 2015)
  3. « Orthodromie entre "Montereau" et "Orléans », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 juillet 2015).
  4. « Orthodromie entre "Montereau" et "Montargis" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 juillet 2015).
  5. « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 26 juillet 2015).
  6. « Villes les plus proches de Montereau », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 juillet 2015).
  7. Conseil général du Loiret Gaso HéraldiqueGenWeb. Adoptées par le conseil municipal du 4 février 2003. Consultation : mars 2008.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  10. a et b « Deux directives européennes », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 13 août 2015)
  11. « Arrêté du 23 décembre 2003 portant désignation du site Natura 2000 Forêt d'Orléans (zone de protection spéciale) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 13 août 2015)
  12. a et b « Cartographie des zones naturelles protégées sur Montereau », sur l'application cartographique du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 13 août 2015)
  13. « Arrêté du 20 août 2014 portant désignation du site Natura 2000 forêt d'Orléans et périphérie (zone spéciale de conservation) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 13 août 2015)
  14. « Découpage communal de la ZNIEFF 240003897 - Étang de Courcambon » (consulté le 13 août 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :