Monte Carlo Doualiya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monte Carlo Doualiya
Description de l'image MonteCarloDoualiya_2013.svg.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social Issy-les-Moulineaux
Propriétaire France Médias Monde
Slogan « Sur la même longueur d'onde »
Langue Arabe
Statut Thématique internationale publique
Site Web www.mc-doualiya.com
Historique
Ancien nom RMC Moyen-Orient (1972-2006)
Création 1972
Diffusion
GO  Non
AM  Oui
FM  Oui
Numérique  Non
Numérique terrestre  Oui (Monaco)[1]
Satellite  Oui
Câble  Non
ADSL  Oui
Streaming  Oui
Podcasting  Oui

Monte Carlo Doualiya (MCD), anciennement RMC Moyen-Orient, est une station de radio publique française arabophone à destination du monde arabe, créée en 1972. Elle est depuis 2012 une filiale de la société nationale de programme France Médias Monde, qui supervise l'audiovisuel extérieur de la France.

La radio nait de la volonté de l'État français à la fin des années 1960 d'avoir une radio internationale panarabe. S'appuyant sur la renommée de Radio Monte-Carlo (RMC) dans le bassin méditerranéen, la radio est nommée RMC Moyen-Orient et commence sa diffusion en 1972. Elle devient une filiale de Radio France internationale (RFI) en 1996, et change de nom pour Monte Carlo Doualiya (MCD) en 2007. En 2012, la radio cesse d'être une filiale de RFI pour intégrer la holding Audiovisuel extérieur de la France (future France Médias Monde), dont RFI et France 24 font partie depuis 2008.

Elle diffuse en arabe en ondes moyennes, en FM, sur le satellite et Internet dans le Moyen-Orient et le Maghreb. Ses programmes sont également repris par des radios partenaires à travers le monde. En 2014, MCD est écoutée chaque semaine par 7,5 millions d'auditeurs, et en 2015, son site web est visité par 1,3 millions d'internautes en moyenne chaque mois.

Histoire[modifier | modifier le code]

1968-1972 : Le projet de la SOFIRAD[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1960, l'État français veut créer une radio internationale panarabe diffusant sur le Moyen-Orient pour rattraper son retard sur le Royaume-Uni, les États-Unis et l'URSS. La Société financière de radiodiffusion (SOFIRAD), qui gère les participations de l'État dans les stations de radiodiffusion et de télévision, décide d'utiliser Radio Monte-Carlo qui bénéficie déjà d'une bonne renommée dans tout le bassin méditerranéen et dont elle est actionnaire majoritaire[2] à hauteur de 84 %[3].

En , après avoir obtenu l'accord du Prince Rainier III de Monaco, des contacts sont pris avec la Radiodiffusion de Nicosie pour établir une antenne de diffusion sur le Cap Greco à Chypre. En , la SOFIRAD et l'Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) constitue la Société Monégasque d'études de radiodiffusion (SOMETRA) qui doit étudier le projet et sa mise en œuvre. Un an plus tard, en 1970, la SOMETRA est remplacée par la Société Monégasque d'exploitation et d'études de radiodiffusion (SOMERA) qui doit mener à terme le projet[2].

1972-2006 : RMC Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Radio Monte-Carlo Moyen-Orient (RMC Moyen-Orient) commence ses émissions en 1972[4]. Elle devient leader des radios internationales dans différents pays du Moyen-Orient et du golfe Persique[2], tels que le Liban, la Jordanie et la Syrie. La SOMERA, qui gère RMC Moyen-Orient, est financée par le ministère des Affaires étrangères à hauteur de 28 millions de francs par an[5]. Mais la radio française se voit de plus en plus concurrencée par ses rivales BBC World Service et Voice of America, ainsi que par l'arrivée de nouvelles radio locales. Cette situation, associée à un déficit chronique et une forte baisse de ses recettes publicitaires, rend nécessaire une profonde restructuration de la radio dans les années 1990[2].

À la fin de l'année 1996, la SOFIRAD vend RMC Moyen-Orient au groupe Radio France internationale (RFI) pour 1 franc symbolique[2],[4]. Son audience est alors estimée à 16 millions de personnes[6]. La radio, jusqu'alors diffusée en ondes moyennes, ondes courtes et par satellite, commence à émettre en FM dans certains pays[4]. En 1998, après s'être installé à la Maison de la Radio à Paris, elle est la première radio publique à passer au tout numérique[7].

En 2005, l'audience de RMC Moyen-Orient s'érode face à la multiplication des stations FM locales telles qu'à Bagdad, Bassora, Mossoul, Djibouti et Koweït, ainsi que la concurrence des radios et télévisions panarabes et américaines. En novembre, une nouvelle équipe est nommée avec Philippe Beauvillard au poste de directeur général et Agnès Levallois à celui de directrice de l'information. De plus, la grille, jugé vieillissante, est modernisée et renforcée pour rajeunir l'auditoire de la radio, composé à 50 % de plus de 35 ans[8],[9],[10].

Depuis 2007 : Monte Carlo Doualiya[modifier | modifier le code]

Fin 2006 / début 2007, la radio change de nom pour devenir Monte Carlo Doualiya (MCD)[2],[4].

Le , la holding Audiovisuel extérieur de la France (AEF) est créée sous l'impulsion du président de la République Nicolas Sarkozy élu l'année précédente. Il s'agit de regrouper les activités de l'audiovisuel extérieur de la France sous une même société, soit les chaînes de télévision TV5 Monde et France 24, et la radio RFI, dont Monte Carlo Doualiya est la filiale[11],[12].

En , Monte Carlo Doualiya cesse d'être une filiale de RFI lorsqu'elle devient une chaîne à part entière du de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF) aux côtés de RFI et France 24. La fusion juridique du groupe avec ses chaînes est effective le [4],[13],[14].

En 2013, la radio lance son propre site internet et adopte une nouvelle grille de programmes[4]. Le , à l'occasion de Marseille-Provence 2013 et de l'ouverture du musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM), RFI et MCD lancent une radio bilingue temporaire à Marseille baptisée La Méditerranée ensemble. Elle diffuse des programmes de MCD en langue arabe de midi à 18 h, et de programmes de RFI en langue française le reste de la journée[15].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • « Pour le dialogue entre les cultures » (2006 - 2010)
  • « La radio qui va changer la radio » (2010 - 2013)
  • « Sur la même longueur d'onde » (depuis 2013)

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

De 1996 à 2012, le président-directeur général de Monte Carlo Doualiya (MCD) est celui de sa maison mère, Radio France. Depuis 2012, le PDG de MCD est celui de sa maison mère, France Médias Monde (anciennement Audiovisuel extérieur de la France).

Présidents-directeurs généraux
Directeurs de MCD

Capital[modifier | modifier le code]

RMC Moyen-Orient puis Monte Carlo Doualiya sont les noms commerciaux de la Société Monégasque d'exploitation et d'études de radiodiffusion (SOMERA)[24]. De 1972 à 1996, cette dernière est détenue à 90 % par la Société financière de radiodiffusion (SOFIRAD), qui gère les participations de l'État français dans les stations de radiodiffusion et de télévision, et le reste par Monaco[25].

De 1996 à 2012, la radio est une filiale du groupe Radio France internationale (RFI), une société nationale de programme indépendante jusqu'en 2008 où elle intègre l'Audiovisuel extérieur de la France.

Depuis 2012, Monte Carlo Doualiya (MCD) est elle-même une filiale de la société nationale de programmes France Médias Monde (anciennement Audiovisuel extérieur de la France), détenue à 100 % par l'État français via l'agence des participations de l'État (APE).

Budget[modifier | modifier le code]

De 1996 à 2012, la radio est une filiale du groupe Radio France internationale (RFI), dont elle reçoit son budget. Depuis 2012, elle est une filiale de France Médias Monde (anciennement Audiovisuel extérieur de la France). Cette dernière répartit son budget entre ses chaînes : France 24, Radio France internationale (RFI) et Monte Carlo Doualiya (MCD).

En 2005, le budget de RMC Moyen-Orient est de 11 millions d'euros, financé par sa maison mère, RFI, et le ministère des Affaires étrangères[26].

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège social de la radio se situait dans le Palais de la Scala, au 1 avenue Henry Dunant à Monaco[27].

Après être devenue une filiale de Radio France internationale (RFI) en 1996, RMC Moyen-Orient s'installe à la Maison de la Radio située au 116 avenue du Président-Kennedy dans le 16e arrondissement de Paris[7].

En , Monte Carlo Doualiya (MCD) et RFI déménagent pour rejoindre France 24 dans l'immeuble de France Médias Monde (alors nommé Audiovisuel extérieur de la France) à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine[4],[28].

Personnel[modifier | modifier le code]

En 2006, RMC Moyen-Orient emploie près de 150 personnes, dont 45 journalistes à Paris et 46 correspondants dans le monde[29].

En 2013, Monte Carlo Doualiya emploie 48 journalistes permanents basés à Paris, et s'appuie sur un réseau de 67 correspondants dans le monde[4].

En 2014, la rédaction de MCD compte 68 équivalents temps plein, sur les 1 714 qu'emploie France Médias Monde[30].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Hertzien[modifier | modifier le code]

Les émetteurs en ondes moyennes de MC Doualiya situés sur le Cap Greco.

Ondes moyennes[modifier | modifier le code]

Monte Carlo Doualiya est diffusée en ondes moyennes sur la fréquence de 1 233 KHz dans tout le Moyen-Orient[4],[31] depuis un émetteur situé au Cap Greco à Chypre[2].

Modulation de fréquence[modifier | modifier le code]

MCD est diffusée sur 26 émetteurs FM répartis dans 11 pays du monde arabe : Bahreïn, Djibouti, Émirats arabes unis, Irak, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Mauritanie, Qatar, Soudan du Sud et Palestine[4],[31].

Satellite[modifier | modifier le code]

MCD est diffusée dans tout le bassin méditerranéen, en Europe et en Afrique via les satellites Eutelsat 5 West A et Eurobird 9 d'Eutelsat, BADR 4 d'Arabsat, Nilesat 101 de Nilesat, ASTRA 1 de SES, et AfriStar de Worldspace[4],[31].

Téléphonie[modifier | modifier le code]

MCD est disponible aux États-Unis sur le téléphone mobile et fixe par simple appel, via le service AudioNow (en)[4],[31].

Internet[modifier | modifier le code]

MCD est diffusée sur Internet en streaming sur PC et applications mobile. De plus, elle est disponible dans les offres des opérateurs Maroc Telecom, Free et Orange[4],[31].

Reprise par d'autres stations[modifier | modifier le code]

Les programmes de MCD sont partiellement repris par des radios partenaires à l'étranger : Atlantic Radio et Radio Mars au Maroc, Radio Tataouine en Tunisie, Al Wisal dans le Sultanat d'Oman, Yemen Times au Yémen, et Chou 1450 et Radio Betna au Canada[4].

Audiences[modifier | modifier le code]

Mondiale[modifier | modifier le code]

En 2014, Monte Carlo Doualiya est écoutée chaque semaine par 7,5 millions d'auditeurs, selon une mesure effectuée dans 14 pays sur les 22 couverts par la radio[30].

Audiences hebdomadaires mondiales de MCD
2004[32] 2008[32] 2009[33] 2010[33] 2012[4] 2013[30] 2014[30]
Auditeurs (en millions) 10,5 5,8 5,0 7,6 6,7 7,0 7,5
Pays mesurés / Pays couverts 14 / 21 14 / 22

Nouveaux médias[modifier | modifier le code]

En 2015, le site internet de MCD reçoit 1,3 millions de visites par mois en moyenne. De plus, la chaîne compte 2,6 millions d'abonnés sur les réseaux sociaux[34].

Visites mensuelles du site internet
2014[30] 2015[34]
Visiteurs (en millions) 0,7 1,3

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La RNT à Nice, Antibes, Menton et Monaco - RADIODIGI », sur radiodigi.fr,‎ (consulté le 8 juin 2016).
  2. a, b, c, d, e, f et g « Fonds de la Société Monégasque d'exploitation et d'études de radiodiffusion », sur siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le 26 mai 2016).
  3. « De Gaulle et les médias (1958-1969) », sur charles-de-gaulle.org (consulté le 26 mai 2016).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o [PDF]« Dossier de presse - 2013 », sur le site de MCD,‎ (consulté le 26 mai 2016).
  5. N.V., « La Somera va passer dans le giron de RFI », sur le site des Échos,‎ (consulté le 26 mai 2016).
  6. « Histoire de la radio MCD », sur radios.peuleux.eu (consulté le 26 mai 2016).
  7. a et b « Monte Carlo Doualiya : radio de liberté et d'universalité a été la première radio totalement numérique dès 1998 », sur netia.com (consulté le 29 mai 2016).
  8. « Projet de loi de finances pour 2005 - Audiovisuel extérieur », sur le site du Sénat (consulté le 27 mai 2016).
  9. a et b « RMC Moyen-Orient se rénove pour relancer son audience », sur le site des Échos,‎ (consulté le 27 mai 2016).
  10. « Sur les ondes de RMC Moyen-Orient », sur jeuneafrique.com,‎ (consulté le 27 mai 2016).
  11. « La politique audiovisuelle extérieure en 2010 », sur Vie-publique.fr,‎ (consulté le 28 mai 2016).
  12. « Audiovisuel extérieur :le rapport sur la réforme remis vendredi », sur Challenges,‎ (consulté le 28 mai 2016).
  13. « La fusion de RFI et France 24 définitivement entérinée à la mi-janvier », sur Le Monde,‎ (consulté le 28 mai 2016).
  14. « La réforme de l’audiovisuel extérieur », sur le site du ministère de la Culture,‎ (consulté le 28 mai 2016).
  15. « Quand RFI et MC Doualiya partent à la conquête de Marseille », sur le site de RFI,‎ (consulté le 3 juin 2016).
  16. a et b L.-E. J., « Radio Monte-Carlo Moyen-Orient Jean-Noël Tassez », sur les site des Échos,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  17. Blandine Grosjean, « Grand Angle. L'honneur perdu de Jacques Taquet », sur le site de Libération,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  18. « Démission du directeur de RMC Moyen-Orient », sur le site de Libération,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  19. « Christophe Carbonnier a démissionné de ses fonctions de directeur général de RMC-Moyen Orient », sur telesatellite.com,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  20. « Geneviève Goëtzinger », sur le site des Échos,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  21. « Anne-Marie Capomaccio et Nahida Nakad sont nommées Directrices des rédactions de France 24, Monte Carlo Doualiya et RFI », sur le site de France 24,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  22. « Anne-Marie Capomaccio directrice des rédactions de RFI, Nahida Nakad de celles de France 24 », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  23. « Souad El Tayeb, directrice de Monte Carlo Doualiya », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  24. [PDF]« Bilan de la société nationale de programme Radio France internationale - 2000 », sur le site du CSA,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  25. « Décret no 95-1124 du 16 octobre 1995 portant publication de l'accord sous forme d'échange de lettres entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de Son Altesse Sérénissime le Prince de Monaco relatif au contrôle de la société Somera par la Cour des comptes », sur legifrance.gouv.fr,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  26. « RMC Moyen-Orient se rénove pour relancer son audience », sur le site des Échos,‎ (consulté le 30 mai 2016).
  27. « Société Monégasque d'exploitation et d'études de radiodiffusion (SOMERA) », sur societe.com,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  28. « RFI – La station a quitté définitivement la Maison de Radio France », sur radioactu.com,‎ (consulté le 29 mai 2016).
  29. « Préavis de grève à RMC Moyen Orient », sur telesatellite.com,‎ (consulté le 30 mai 2016).
  30. a, b, c, d et e [PDF]« Rapport d'activité 2013-2014 de France Médias Monde », sur le site de France Médias Monde,‎ (consulté le 30 mai 2016).
  31. a, b, c, d et e « Comment recevoir MCD », sur le site de MCD (consulté le 3 juin 2016).
  32. a et b « Projet de loi de finances pour 2010 : Action audiovisuelle extérieure », sur le site du Sénat (consulté le 4 juin 2016).
  33. a et b « Monte Carlo Doualiya, filiale arabophone de RFI, voit ses audiences remonter », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 4 juin 2016).
  34. a et b « Audience digitale en hausse pour les radios de FMM », sur lalettre.pro,‎ (consulté le 4 juin 2016).