Montcalm (quartier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montcalm.

Montcalm
Montcalm (quartier)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Québec
Municipalité Québec
Statut Quartier
Arrondissement La Cité-Limoilou
Démographie
Population 13 915 hab. (2011)
Densité 7 951 hab./km2
Langue(s) parlée(s) Français
Géographie
Superficie 175 ha = 1,75 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Parc des Braves, Collège Mérici
Localisation
Localisation de Montcalm

Montcalm est un des 35 quartiers de la ville de Québec, et un des six qui sont situés dans l'arrondissement La Cité–Limoilou. Il fait partie de la ville de Québec depuis l'annexion de Ville-Montcalm avec la ville-centre en 1913. Il est nommé en l'honneur de Louis-Joseph de Montcalm, général commandant les troupes françaises durant la Conquête.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ouest des plaines d'Abraham et ses alentours

Comme pour le quartier voisin à l'ouest Saint-Sacrement, le territoire de Montcalm a été jusqu'au début du XXe siècle une banlieue de la ville de Québec, d'abord à vocation agricole et accueillant ensuite des domaines de villégiatures pour la bourgeoisie anglophone. En 1639, on octroie à Jean Bourdon, premier colon de Montcalm, un terrain de 50 arpents autour de l'actuelle avenue Murray. D'autres morceaux de terrain sont également concédés à des religieuses et des propriétaires agricoles résidant en ville. Le 28 avril 1760 a lieu la bataille de Sainte-Foy sur le site de l'actuel parc des Braves: après plusieurs propriétaires successifs, le terrain est finalement acquis en 1845 dans le but de commémorer cet évènement et d'y ériger le Monument des Braves. Les fouilles archéologiques effectuées à cette époque ont d'ailleurs confirmé que c'est là que s'est déroulée la bataille. Après le traité de Paris de 1763, des notables anglophones tel James Murray et Samuel Holland rachèteront à bas prix des domaines délaissées par l'élite française dans la foulée de la défaite de leur pays lors de la Guerre de Sept Ans. Au début du XIXe siècle, la majorité des résidents permanents de Montcalm sont donc issus de la bourgeoise anglophone et y possèdent de vastes villas, fuyant entre autres les problèmes de santé publique à Québec (manque d'égouts, multiples éclosion de choléra dont en 1832, etc.)[1]. Dès 1833, l'urbanisation gagne l'ouest de la Cité de Québec: le modeste faubourg Guénette loge au sud de vastes résidences du chemin Sainte-Foy entre les actuelles avenues de Bourlamaque, Crémazie et Cartier[2].

Maison Henry-Stuart, construite en 1850.

La seconde moitié du siècle se caractérise par le morcellement de grandes propriétés dû à la popularité de la campagne chez la bourgeoisie locale. De plus, plusieurs congrégations religieuses rachèteront de grands domaines mis en vente dans le contexte du déclin économique de Québec au profit de Montréal à partir des années 1860. Le promoteur immobilier Léonard Irénée Boivin acquiert en 1874 un lot situé entre les avenues Bourlamaque, De Salaberry, le chemin Sainte-Foy et la rue Saunders afin de le diviser en 300 parcelles et de les revendre. La même année, le journal Le Canadien dira de cette affaire de spéculation foncière qu'elle était une première à Québec, à la différence de Montréal où le principe était déjà bien connu. Le projet avorte toutefois vu la morosité économique, l'émigration des clientèles ciblées vers Montréal ainsi que l'absence de transport en commun dans ce secteur encore rustique[1].

Vers 1872, le secteur qui comprend les actuels quartiers de Montcalm et Saint-Sacrement est officialisé par la création d'une municipalité de paroisse du nom de Notre-Dame-de-Québec-banlieue. À fin de répondre à ses besoins en matière de développement, elle accède au statut de municipalité sous le nom de Ville-Montcalm en 1908, puis adopte divers règlements interdisant la construction de manufactures ou autres industries jugées insalubres en plus de fixer une valeur minimale pour toute nouvelle construction de propriété dans certaines zones. Ville-Montcalm est ensuite annexée à Québec en 1913, suite à un référendum dont un enjeu principal était le coût exorbitant d'un système d'égout. Le quartier prend initialement le nom de « Belvédère », puis devient « Montcalm » en 1916[3].

À cette époque, un vent d'optimisme souffle à Québec, vu le développement d'un tramway, d'un réseau électrique, des gains en population dû à l'exode rural, et d'une fonction publique dans la capitale provinciale nouvellement établie. Ainsi, de 1900 et 1940, la ville triple sa superficie et double sa population. La spéculation immobilière ira bon train et c'est dans ce contexte que Saint-Sacrement, Limoilou et Montcalm s'urbaniseront encore plus[4].

Durant le XXe siècle, le parc national des Champs-de-Bataille est créé et des villas et cottages sont progressivement détruits au profit de bâtiments pavillonnaires à caractère religieux. Le premier essor commercial a lieu sur le chemin Sainte-Foy entre les rues Sherbrooke et Cartier, et cette dernière connaitra à son tour la prospérité dès les années 1920. Divers types d’architecture parsèmeront ensuite le paysage de Montcalm, allant du triplex aux tours à logement et bureaux dans les années soixante. Les principales caractéristiques du quartier ont ainsi été élaborées durant la période 1914-1960, surtout au cours de sa première moitié[5].

En 1988, le quartier est scindé en deux et c'est ainsi que naît celui de Saint-Sacrement[6].

Liste des maires de Ville-Montcalm[modifier | modifier le code]

Portrait du quartier[modifier | modifier le code]

Les limites approximatives du quartier, au centre

Le quartier de Montcalm fait partie de la Haute-ville de Québec. Il se situe à l'ouest des quartiers Saint-Jean-Baptiste, et Vieux-Québec—Cap-Blanc—Colline parlementaire. C'est un quartier aux fonctions principalement résidentielles et commerciales. Presque toutes les rues sont rectilignes et se croisent à angle droit.

Au conseil municipal de Québec, le quartier est divisé entre les districts de Cap-aux-Diamants et Montcalm-Saint-Sacrement.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
2006 2011 2016
13 82513 915-

Artères principales[modifier | modifier le code]

Édifices notables[modifier | modifier le code]

Le Château Saint-Louis
  • Les Jardins Mérici, complexe de logements haut de gamme
  • Le Louisbourg, immeuble d'habitation
  • Le Saint-Laurent, immeuble d'habitation
  • Le Château Saint-Louis, immeuble d'habitation
  • Le Claridge, immeuble d'habitation
  • Le Centre culture et environnement Frédéric Back, Ecobatiment accueillant organismes culturels,environnementaux et entreprises d’économie sociale.

Parcs, espaces verts et loisirs[modifier | modifier le code]

Plusieurs rues du quartier bénéficient de la présence d'arbres matures.
  • Le parc national des Champs-de-Bataille, qui inclut :
– les Plaines d'Abraham, dont une bonne partie est dans le quartier;
– l'avenue des Braves;
– le parc des Braves.
  • Le parc Jacques-Marquette, à côté de l'Église des Saints-Martyrs-Canadiens.
  • Le parc des Franciscains, derrière l'ancien monastère des Franciscains.
  • Le parc Lucien-Borne, derrière le centre communautaire du même nom.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Dominique (1930)[7]
  • Église des Saints-Martyrs-Canadiens[8] (1930)
  • Baptist Church[9] (1919)
  • Oratoire Saint-Joseph (Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Vallier)
  • Synagogue Beth Israel Ohev Sholem, la seule synagogue de l'Est du Québec.
  • Monastère des Franciscains, érigé vers 1900, fermé vers 1980, converti en résidence depuis 1983.
  • Église Notre-Dame-du-Chemin[10], construite en 1931, démolie en 1999.

Musées, théâtres et lieux d'expositions[modifier | modifier le code]

Commerces et entreprises[modifier | modifier le code]

Le boulevard René-Lévesque (entre Salaberry et Bourlamaque) et l'avenue Cartier sont deux artères commerciales comprenant de nombreux bars, restaurants et autres petits commerces de tout genre.

Lieux d'enseignement[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Montcalm Saint-Sacrement : Nature et architecture: complies dans la ville, Ville de Québec, (ISBN 978-2-920860-07-0, lire en ligne).
  2. Jean-Nicolas Patoine, « Le faubourg Guénette: un village en ville », Le Soleil,‎ (lire en ligne).
  3. « Plan directeur : quartier Saint-Sacrement », sur Ville de Québec, , p. 15-16.
  4. « Plan directeur : quartier Saint-Sacrement », sur Ville de Québec, , p. 16.
  5. Division de l'aménagement du territoire, Plan directeur du quartier Montcalm, Ville de Québec, , p. 17.
  6. « Plan directeur : quartier Saint-Sacrement », sur Ville de Québec, , p. 17.
  7. Description de l'église Saint-Dominique sur Les églises de Québec
  8. Description de l'église Saints-Martyrs-Canadiens sur Les églises de Québec
  9. Description de la Baptist Church sur Les églises de Québec
  10. Description de l'église Notre-Dame-du-Chemin sur Les églises de Québec

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]