Montaut (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montaut.

Montaut
Montaut (Ariège)
Les environs de Montaut, depuis l'A66
Blason de Montaut
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Pamiers
Canton Portes d'Ariège
Intercommunalité Les Portes d'Ariège - Pyrénées
Maire
Mandat
Monique Gagneux
2014-2020
Code postal 09700
Code commune 09199
Démographie
Gentilé Montaltais
Population
municipale
716 hab. (2016 en augmentation de 5,14 % par rapport à 2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 18″ nord, 1° 38′ 41″ est
Altitude 280 m
Min. 241 m
Max. 295 m
Superficie 35,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Montaut

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Montaut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montaut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montaut

Montaut est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montautois et les Montautoises.

Jusqu'au XIXe siècle, le village est aussi connu sous le nom de Montaut-de-Crieu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située au nord de Pamiers, dans la plaine d'Ariège.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Montaut est limitrophe de trois autres communes.

Carte de la commune de Montaut et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Montaut[1]
Saverdun Mazères
Le Vernet,
Bonnac
Montaut Gaudiès
Villeneuve-du-Paréage Pamiers Trémoulet,
Le Carlaret

Hameaux[modifier | modifier le code]

Balayer, Couzinet, Commelongue, Crieu, Janissou, Hôpital, Lansac, Ourran, Peyroutet, Vernou, Vernezes...

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Galage et le Crieu des affluents de l'Ariège, ainsi que par l'Estaut, le Raunier et le Ruisseau du Cazeret des affluents de l'Hers-Vif.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 3 503 hectares ; son altitude varie de 241 à 295 mètres[2].

Montaut est située sur une colline à 280 m d'altitude, dominant le Crieu et les alentours d'où l'on distingue très nettement son clocher caractéristique octogonal en briques rouges, datant du XIIe siècle.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec l'autoroute A66 (Villefranche-de-Lauragais/Pamiers) et les routes départementales D 29, D 624, D 30 et D 414, ainsi que par la gare du Vernet-d'Ariège sur la ligne de Portet-Saint-Simon à Puigcerda (frontière).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Un certain Vadier, originaire de Pamiers, possédait des domaines sur Montaut. Vers 1785, Vadier voulut convertir certaines de ses terres en seigneurie, par engagement. Il accusa d'autres propriétaires, notamment Cazes, qui lui avait refusé la main de sa fille, et Dardigna, d'avoir fait échouer son projet, et il conçut contre eux une haine terrible[3]. Devenu député aux États généraux de 1789, puis en septembre 1793, président et doyen du Comité de sûreté générale, organe policier et répressif de... la Terreur, il use et abuse de ses pouvoirs illimités. Ainsi, après le 22 prairial an II (10 juin 1794), les débats publics étant supprimés au Tribunal révolutionnaire, il fait traduire ceux dont il veut se venger : à peine la loi votée, plusieurs habitants de Montaut et précisément ceux qui se sont opposés à l'érection de ses terres en seigneurie [4] sont renvoyés au tribunal révolutionnaire et exécutés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[5],[6].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant l'arrondissement de Pamiers, de la communauté de communes des Portes d’Ariège Pyrénées et du canton des Portes d'Ariège (avant le redécoupage départemental de 2014, Montaut faisait partie de l'ex-canton de Saverdun) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes du canton de Saverdun.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Monique Gagneux DVG Retraitée de l'enseignement
mars 2001 2008 Georges Courthieu    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2016, la commune comptait 716 habitants[Note 1], en augmentation de 5,14 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7246548191 0281 0721 1671 2421 3251 333
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4251 4041 4201 3181 3511 2191 2941 2561 205
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1051 0841 091946918888903852861
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
782646551538554582667678711
2016 - - - - - - - -
716--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[11] 1975[11] 1982[11] 1990[11] 1999[11] 2006[12] 2009[13] 2013[14]
Rang de la commune dans le département 38 45 48 49 46 42 43 43
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

Montaut se trouve dans la zone de production du Pays-cathare (IGP).

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montaut fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Pétanque,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménagés et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre du SMECTOM du Plantaurel[15],[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le cœur du village est fortifié, l'accès se faisant à l'origine par un porche récemment rénové.
  • Louis XIII signe la démolition du château le 28 novembre 1632 (réalisée par Galinier, capitaine, en 1635) : il n'en reste que quelques ruines.
  • Excavation (puits, silo ?) découverte en 2010.
  • Église Saint-Michel, du XVe. L’une de ses chapelles renferme les reliques de saint Eudoce, centurion romain martyr. Cloche de 1533. Orgue mécanisé à l'aide de rouleaux pointés exécuté vers 1830-1840 (protégé le 13 septembre 1982) ; clocher octogonal.
  • Domaine de Peyroutet-Vadier (XVII, XVIIIe), privé : maison ayant appartenu à Marc-Guillaume-Alexis Vadier, député du tiers état à la Convention qui vota la mort du roi, créateur du département de l'Ariège.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Montaut

Son blasonnement est : Écartelé : au 1, de gueules à trois pals d’or ; au 2, d’azur, à un monde d’argent ; au 3, d’or, à un château de gueules et au 4 d’argent, à deux vaches passantes de sable posées l’une sur l’autre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Grézaud 1972, p. 424.
  4. Assemblée Nationale,F/7/4435/II,7
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031261.html.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. http://www.smectom.fr/
  16. http://www.smectom.fr/les-services-smectom/les-services-par-commune/communaute-de-communes-des-portes-d-ariege-pyrenees-326.html