Montaillou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montaillou
Vue sur le village de Montaillou et son église
Vue sur le village de Montaillou et son église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Canton Haute-Ariège
Intercommunalité Haute-Ariège
Maire
Mandat
Jean Clergue
2014-2020
Code postal 09110
Code commune 09197
Démographie
Gentilé Montaillounais
Population
municipale
18 hab. (2014)
Densité 2,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 47′ 20″ nord, 1° 53′ 56″ est
Altitude 1 325 m
Min. 1 181 m
Max. 1 806 m
Superficie 8,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Montaillou

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Montaillou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montaillou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montaillou

Montaillou, en occitan Montalhon, est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montaillounais.

Topographie[modifier | modifier le code]

Vue du village de Montaillou dominé par le château fort.

Aujourd'hui commune des Pyrénées limitrophe avec le département de l'Aude, Montaillou est un village isolé du Haut Foix frontalier du Sault. Il est situé sur une arrête des Pyrénées qui descend vers le sud est depuis Montségur et le Quierecourbe, relief que franchit à cet endroit l'ancienne route nationale 613 reliant Ax-les-Thermes à Couiza.

Communes limitrophes de Montaillou[1]
Comus
(Aude)
Prades Montaillou[1] Camurac
(Aude)
Sorgeat Mérial
(Aude)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean Clergue DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 18 habitants, en diminution de -43,75 % par rapport à 2009 (Ariège : 0,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
143 336 360 315 319 343 318 319 300
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
290 277 279 273 258 247 243 227 206
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
170 180 180 144 113 112 111 101 71
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
49 45 37 20 27 14 10 32 18
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

Les ruines du château
L'église de Montaillou

Histoire[modifier | modifier le code]

Montaillou a une riche histoire liée au catharisme (fin du XIIIe siècle - 1320) qui a été retracée dans l'ouvrage d'histoire et d'anthropologie d'Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324., également disponible en anglais (Montaillou, The Promised Land of Error., Vintage Books, États-Unis, 1979, (ISBN 0-394-72964-1)) et en allemand (Montallou, Ein Dorf vor dem Inquisitor 1294 à 1324.)[6].

Quelques décennies après le massacre de la forteresse de Montségur, il persiste dans le massif des Corbières ainsi qu'en Haut Foix, notamment à Montaillou, une communauté gnostique essentiellement encadrée par les Bonshommes ou Parfaits tels que Pierre Authier, Raymond de Castelnau ou Philippe d'Alayrac. Les persécutions menées par l'évêque Fournier de Pamiers, futur pape, ont pour conséquence d'éradiquer cette poche d'hérétiques. Après maintes péripéties, une grande partie des habitants a migré en Catalogne et en Pays valencien où ils ont formé une diaspora active plus ou moins dirigée par Guillaume (Guilhem) Bélibaste.

Médias[modifier | modifier le code]

Le village a vu naître une radio locale : Radio Montaillou Pyrénées

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

voir la partie historique liée aux derniers cathares.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975.
  • Jeanne Bayle, « Mise en défense du château de Montaillou au début du XVe siècle », in Bibliothèque de l'école des chartes, no 129-1, 1971, p. 113-119, [lire en ligne].
  • Charles Samaran, « À propos de la mise en défense du château de Montaillou », in Bibliothèque de l'école des chartes, no 130-1, 1972, p. 235-236, [lire en ligne].
  • Florence Guillot, « Autour de Montaillou, un village occitan », L'occupation du sol en pays d'Ax et d'Alion, du Xe siècle au XIVe siècle, 2000, [lire en ligne].
  • René Weiss, Les derniers cathares 1290 - 1329, préface d'Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, Fayard, 2002.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. (de) Emmanuel LeRoy Laduire, Ein Dorf vor dem Inquisitor 1294 -1324, Frankfurt am Main-Berlin-Wien, Propyläen, (ISBN 3-549-07390-9)

Nota bene[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]