Montagne des Érables

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Montagne aux Érables.

Montagne des Érables
Vue de l'Acropole des Draveurs, versant ouest de la montagne des Érables.
Vue de l'Acropole des Draveurs, versant ouest de la montagne des Érables.
Géographie
Altitude 1 048 m
Massif Massif du Lac Jacques-Cartier (Laurentides)
Coordonnées 47° 53′ 06″ nord, 70° 27′ 20″ ouest
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Québec
Région Capitale-Nationale
Géologie
Roches Gneiss, migmatite

Géolocalisation sur la carte : Capitale-Nationale

(Voir situation sur carte : Capitale-Nationale)
Montagne des Érables

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Montagne des Érables

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Montagne des Érables

La montagne des Érables, surtout connue sous le nom de son versant ouest, l'Acropole des Draveurs, est une montagne du massif du Lac Jacques-Cartier (chaîne des Laurentides) située au sein du parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie et de la réserve écologique des Grands-Ormes, dans la région de Charlevoix. Elle culmine à 1 048 mètres.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la montagne des Érables provient de la présence de l'érable à sucre, assez rare sous ces latitudes[1].

Celle de son versant ouest, l'Acropole des Draveurs, provient d'une expression poétique de l'écrivain Félix-Antoine Savard utilisée dans son poème Salut à Charlevoix qui a paru dans son recueil Le Bouscueil en 1972 : « ...puissante forteresse que je surnommai l'Acropole, parce que j'y élevai un Parthénon de rêve sur la frise héroïque duquel défilaient les grands draveurs... ». Les draveurs en question, auquel il rend hommage, sont des ouvriers qui s'occupaient à diriger le flottage du bois dans la descente de la rivière lors de la crue provoquée par la fonte de la neige au printemps, ou par l'ouverture des vannes d'un barrage. Le mot provient de l'anglais to drive[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Vue des lacs du Moucherolle et du Pic Maculé, exemples de lacs glaciaires se trouvant au sommet de la montagne.

L'Acropole des Draveurs se présente sous la forme d'une paroi rocheuse dominant la vallée de la rivière Malbaie de plus de 800 mètres de haut[2]. On distingue trois « sommets » du côté de cette paroi. Outre l'Acropole, la montagne est constituée d'un grand plateau vallonné où se trouvent entre autres les lacs du Pic Chevelu, du Pic Maculé et du Moucherolle.

Géologie[modifier | modifier le code]

La montagne est composée en majeure partie de gneiss charnockitique et de migmatite. L'escarpement ouest, dénudé, permet d'avoir un aperçu de la couche supérieure de la croûte terrestre. Bien que la chaîne des Laurentides soit l'une des plus âgées de la Terre et donc très érodée, de grandes fissures sont visibles sur ce sommet ainsi que sur les montagnes environnantes en raison de la pression sur la faille des Hautes Gorges[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Une importante partie de la montagne est protégée par la réserve écologique des Grands-Ormes en raison d'une érablière à orme d'Amérique et frêne noir, exceptionnelle vu sa localisation septentrionale. Également, son sommet dénudé d'arbres est recouvert d'une toundra alpine et de krummholz. Celle-ci est vulnérable au piétinage.

De 2004 à 2012, deux à cinq caribous forestiers de la harde de Charlevoix occupent son sommet, mais depuis 2013, aucune observation n'a été rapportée[4].

Activités[modifier | modifier le code]

Ascension[modifier | modifier le code]

Le sentier de l'Acropole des Draveurs, du côté du parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, permet d'accéder au sommet de la montagne. Pour atteindre le point de départ de la randonnée, il est nécessaire de prendre un bus à l'accueil du parc. La distance à parcourir aller-retour est d'environ 10 kilomètres pour un dénivelé de 800 mètres. Restauré avec des marches de pierre au début des années 2000 pour augmenter son accessibilité, il reste tout de même parmi les plus exigeants au Québec[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Société de la faune et des parcs du Québec, Plan directeur du parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, Québec, , 71 p. (ISBN 2-550-42440-9, lire en ligne), p. 21.
  2. a et b « L'Acropole des Draveurs », Banque de noms de lieux du Québec, sur Commission de toponymie (consulté le 7 décembre 2011).
  3. Jean Des Gagniers, Charlevoix, pays enchanté, Les Presses de l'Université Laval, (ISBN 2-7637-7287-0, lire en ligne), p. 64.
  4. Parc national des Hautes‑Gorges-de-la-Rivière‑Malbaie - Orientations.
  5. Frédérique Sauvée, Sentiers de randonnée les plus difficiles du Québec : même pas mal!, 20 septembre 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]