Mont Veyrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le mont situé au Québec, voir Mont Veyrier (Québec).
Mont Veyrier
Vue du versant occidental du mont Veyrier depuis le lac d'Annecy.
Vue du versant occidental du mont Veyrier depuis le lac d'Annecy.
Géographie
Altitude 1 291 m
Massif Massif des Bornes (Alpes)
Coordonnées 45° 54′ 02″ nord, 6° 10′ 57″ est
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Géologie
Roches Roches sédimentaires
Type Crêt

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Mont Veyrier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mont Veyrier

Le mont Veyrier est un sommet situé dans les Alpes françaises, en Haute-Savoie. Il culmine à 1 291 m d'altitude. Il domine la rive Est du lac d'Annecy.

Le mont Veyrier appartient à l'ensemble montagneux plus vaste appelé montagne de Veyrier.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du mont provient du nom de la commune Veyrier-du-Lac[1]. Le toponyme Veyrier proviendrait d'un ancien fundus romain (domaine gallo-romain) Viriacus ou Veriacus, formé par le gentilice Virius ou Verius, associé au suffixe -acus[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Sur le chemin de crête entre le mont Veyrier et le mont Baron, surplombant Veyrier-du-Lac.

Le mont Veyrier est situé sur le territoire de la commune de Veyrier-du-Lac[2].

Il est l'un des sommets de la montagne dite de Veyrier, qui comprend également le mont Baron (1 299 m) et le mont Baret, dit aussi mont Beauregard (1 227 m)[3]. La montagne de Veyrier peut être considérée comme un chaînon occidental du massif des Bornes ou comme un relief préalpin de l'avant-pays[3].

La montagne domine la rive droite du lac d'Annecy.

Histoire[modifier | modifier le code]

Néolithique[modifier | modifier le code]

Sur les nombreuses grottes que l'on trouve au pied de la montagne de Veyrier, côté lac d'Annecy, seules les grottes dites « Trou du Renard »[4],[2] ou encore du Fortin contiennent des traces remontant à la période du Néolithique[5]. En revanche, le site de Vieugy, au lieu-dit « Sous les Guerres », accueille une importante station néolithique[2],[5].

Développement touristique[modifier | modifier le code]

Mer de nuages depuis l'esplanade de la gare supérieure de l'ancien téléphérique, détruite en 2001.

En 1935, le banquier annécien Léon Laydernier inaugure le téléphérique qu'il a fait aménager entre la commune de Veyrier et le mont Baron, afin de servir de belvédère au-dessus du lac d'Annecy[6]. L'accès se fait par deux voies entre la gare inférieure de Veyrier, située à une altitude 480 m, et la gare supérieure du Mont-Baron, à 1 228 m[7]. Au sommet, on trouve un refuge-hôtel comportant douze chambres[7],[8]. Dans les années 1980, l'infrastructure est vieillissante, l'activité touristique tourne au ralenti et les nouvelles réglementations en matière de sécurité imposent la fermeture de l'activité en 1984[8],[9] ; les câbles sont déposés en 1988[6]. La commune de Veyrier rachète l'ensemble pour un franc symbolique[8]. À la suite d'un incident, la gare supérieure est démolie en 2001[9] ; en 2014, la gare inférieure est aménagée pour accueillir la cinémathèque des Pays de Savoie et de l'Ain[10].

Activités[modifier | modifier le code]

Sommet du mont Veyrier.

Spéléologie[modifier | modifier le code]

La présence de nombreuses anfractuosités ou fissures — Bornattaz des Sarrasins (« la grotte des Sarrasins »), grottes ou trous du Fortin, du Renard, de la Cheminée, du Chapeau de Gendarme[11] — ont attiré sur le site des spéléologues[2]. Les grottes de Veyrier sont d'ailleurs mentionnées dans un poème de Jacques Pelletier du Mans, La Savoye (1572), qui cite les grottes Ogivale ou du Mont, Carré ou de la Bornale des Sarrasins[11].

Randonnée et escalade[modifier | modifier le code]

Le col des Sauts, le mont Baron, le mont Veyrier ou encore le balcon des Contrebandiers offrent des points de vue remarquables sur Annecy et son lac, les Bauges, le Genevois à l'ouest et le massif des Aravis et le mont Blanc à l'est.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Henry Suter, « Veyrier-du-Lac », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 3 décembre 2015).
  2. a, b, c et d Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 211-213..
  3. a et b Bernard Prémat, Nicole Schneider, Veyrier-du-Lac : du vignoble à la résidence, Annecy, Académie salésienne, , 547 p. (ISBN 978-2-90110-214-4, lire en ligne), p. 11-12.
  4. Alex Bégneu, « Une station du bronze dans la Montagne de Veyrier-du-Lac (près d'Annecy) », Bulletin de la Société préhistorique de France, vol. 54, no 10,‎ , p. 652-656 (lire en ligne).
  5. a et b Bernard Prémat, Nicole Schneider, Veyrier-du-Lac : du vignoble à la résidence, Annecy, Académie salésienne, , 547 p. (ISBN 978-2-90110-214-4, lire en ligne), p. 13.
  6. a et b Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0, lire en ligne), p. 135.
  7. a et b Hélène Viallet Archives départementales de la Haute-Savoie, Conservatoire d'art et d'histoire de la Haute-Savoie, Du rail au câble : à l'assaut de la montagne : 1860-1940, Archives départementales de la Haute-Savoie, , 94 p., p. 39.
  8. a, b et c Bernard Prémat, Nicole Schneider, Veyrier-du-Lac : du vignoble à la résidence, Annecy, Académie salésienne, , 547 p. (ISBN 978-2-90110-214-4, lire en ligne), p. 462.
  9. a et b La Rédaction, « Veyrier-du-Lac : les belles heures du téléphérique », Le Messager,‎ (lire en ligne).
  10. La Rédaction, « Veyrier-du-Lac : la cinémathèque des Pays de Savoie et de l'Ain inaugurée locale », Le Messager,‎ (lire en ligne).
  11. a et b Bernard Prémat, Nicole Schneider, Veyrier-du-Lac : du vignoble à la résidence, Annecy, Académie salésienne, , 547 p. (ISBN 978-2-90110-214-4, lire en ligne), p. 414.