Mont Vélan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Velan.
Mont Vélan
Vue du mont Vélan depuis Meitin.
Vue du mont Vélan depuis Meitin.
Géographie
Altitude 3 727 m[1]
Massif Alpes pennines (Alpes)
Coordonnées 45° 53′ 31″ nord, 7° 15′ 07″ est
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la Suisse Suisse
Région à statut spécial
Canton
Vallée d'Aoste
Valais
District Entremont
Ascension
Première par l'abbé Laurent-Joseph Murith avec les chasseurs Moret et Genoud
Voie la plus facile depuis la vallée du Grand-Saint-Bernard et par la cabane du Vélan ou depuis le val d'Entremont

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

(Voir situation sur carte : Vallée d'Aoste)
Mont Vélan

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

(Voir situation sur carte : canton du Valais)
Mont Vélan

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Mont Vélan

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Mont Vélan

Le mont Vélan est un sommet des Alpes pennines qui culmine à 3 727 mètres. Il est situé sur la frontière entre l'Italie (Vallée d'Aoste) et la Suisse (canton du Valais). Il se trouve à proximité du col du Grand-Saint-Bernard et du massif des Combins. Le mont Vélan domine plusieurs arêtes et sommets avoisinants, notamment le Petit Vélan. Le sommet est fréquemment gravi par les alpinistes pendant que les randonneurs peuvent découvrir les contreforts de la montagne. Un refuge du Club alpin suisse, la cabane Vélan, permet de se restaurer ou dormir pendant ses périodes d'ouverture.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « Vélan » provient du patois local qui associait à ce mot des significations négatives liées à la domination (« méchanceté », « écrasement ») et aux teintes sombres (« foncé »)[2].

Géographie et géologie[modifier | modifier le code]

Le mont Vélan se situe à la frontière de l'Italie et de la Suisse. Côté suisse, il ferme au sud le val d'Entremont. Il se trouve entre le col du Grand-Saint-Bernard à l'ouest et le massif des Combins à l'est.

Localement, ce sommet s'inscrit dans un ensemble complexe d'arêtes et de sommets satellites, notamment le Petit Vélan (3 222 mètres) et les dents du Vélan.

Le Vélan est une zone hydrographique importante puisqu'il sépare les eaux des bassins de la Valpelline et de la vallée du Grand-Saint-Bernard.

Sur le plan géologique, le mont Vélan appartient à la nappe du Grand-Saint-Bernard, plus précisément aux les nappes des Pontis, de Siviez-Mischabel et du Mont Fort[3]. Il y a 100 millions d'années, la zone était un micro-continent coincé entre les marges européennes et africaines. Les roches qui composent le Vélan sont principalement des gneiss et des schistes. Ces roches métamorphiques sont sans doute issues de roches sédimentaires sablo-argileuses.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le première ascension répertoriée du mont Vélan est réalisée par Laurent-Joseph Murith, un chanoine de l'hospice du Grand-Saint-Bernard et botaniste, accompagné de deux chasseurs locaux Moret et Genoud[4]. Le 31 août 1779, ils gravissent le mont Vélan par la face ouest sur un itinéraire qui n'est plus pratiqué de nos jours,

Ascension[modifier | modifier le code]

Plusieurs chemins permettent de randonner aux environs du Vélan. Si le sommet et son approche nécessitent impérativement des compétences et du matériel d'alpinisme, des sommets avoisinants d'une altitude moindre peuvent être atteints par des randonneurs aguerris et bien équipés (par exemple au Petit Vélan, classé en T5[5]).

Le sommet est un objectif fréquemment visé par les alpinistes. Il existe six voies principales pour gravir le mont Vélan, classées par le Club alpin suisse (CAS) de difficultés F à D[6]. Le rocher est considéré comme mauvais et des voies ont dû être abandonnées à la suite de chutes de pierres jugées trop fréquentes.

Une cabane, propriété de la section genevoise du CAS, est construite sur les contreforts de la montagne à 2 642 mètres d'altitude[7]. Elle est fréquentée par les alpinistes ou les randonneurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Swisstopo
  2. Bernhard Rudolf Banzhaf, Xavier Fournier, Olivier Roduit et Jürg Meyer (note géologique), Mont Dolent / Grand Combin et Pigne d'Arolla : du col de Balme au col Collon, Berne, Éditions du CAS, , 928 p. (ISBN 978-3859023475), p. 488
  3. Bernhard Rudolf Banzhaf, Xavier Fournier, Olivier Roduit et Jürg Meyer (note géologique), Mont Dolent / Grand Combin et Pigne d'Arolla : du col de Balme au col Collon, Berne, Éditions du CAS, , 928 p. (ISBN 978-3859023475), p. 50-72
  4. Bernhard Rudolf Banzhaf, Xavier Fournier, Olivier Roduit et Jürg Meyer (note géologique), Mont Dolent / Grand Combin et Pigne d'Arolla : du col de Balme au col Collon, Berne, Éditions du CAS, , 928 p. (ISBN 978-3859023475), p. 487-488
  5. George Sanga, Randonnées alpines, objectif le sommet : Bas Valais, Berne, Éditions du CAS, , 287 p. (ISBN 978-3-85902-323-9), p. 176-179
  6. Bernhard Rudolf Banzhaf, Xavier Fournier, Olivier Roduit et Jürg Meyer (note géologique), Mont Dolent / Grand Combin et Pigne d'Arolla : du col de Balme au col Collon, Berne, Éditions du CAS, , 928 p. (ISBN 978-3859023475), p. 488-494
  7. Marco Volken et Remo Kundert, Les cabanes du club alpin suisse, AS Verlag, , 336 p. (ISBN 978-3906055084)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]