Mont Iwate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont Iwate
Vue du mont Iwate avec la ville de Morioka au premier plan.
Vue du mont Iwate avec la ville de Morioka au premier plan.
Géographie
Altitude 2 038 m, Mont Yakushi[1]
Massif Monts Ōu
Coordonnées 39° 51′ 09″ nord, 141° 00′ 04″ est[1]
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Tōhoku
Préfecture Iwate
Ascension
Voie la plus facile face sud-est
Géologie
Âge 300 000 ans
Roches Basalte, andésite, dacite
Type Volcan gris
Activité Actif
Dernière éruption 1732
Code GVP 283240

Géolocalisation sur la carte : préfecture d'Iwate

(Voir situation sur carte : préfecture d'Iwate)
Mont Iwate

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Mont Iwate

Le mont Iwate (岩手山, Iwate-san?) est un stratovolcan du Japon situé dans la préfecture d'Iwate, dans la région du Tōhoku, sur l'île de Honshū. Il fait partie des 100 montagnes célèbres du Japon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Autrefois le mont Iwate était connu sous le nom de mont Ganshu (巌鷲山, Ganshu-san?), littéralement « la montagne du rocher aigle », par association des trois sinogrammes (rocher) (aigle) et (montagne), suivant une lecture chinoise. Ce nom rendrait compte soit de la forme d'un rocher saillant sur un versant de la montagne, soit de la forme des neiges persistantes du sommet au début du printemps. Le toponyme mont Iwate (岩手山, Iwate-san?) résulterait d'une lecture japonaise de l'ancien nom avec une altération[2],[3].

Le mont Iwate est aussi appelé : mont Fuji du Sud (南部富士, Nanbu Fuji?, lit. « Fuji du Sud »), ou mont Iwate Fuji (岩手富士, Iwate Fuji?, lit. « Fuji d'Iwate »), ou encore mont Nambukata Fuji (南部片富士, Nambu-Kata Fuji?, lit. « Fuji de la direction sud »), en raison de son allure de mont Fuji vu du nord, dans la direction du sud[4],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le mont Iwate est un volcan de la préfecture d'Iwate, sur l'île de Honshū, au Japon, à cheval sur la limite sud-ouest de la ville de Hachimantai, la limite nord-ouest de la ville de Takizawa, et la limite nord-est du bourg de Shizukuishi. Il est situé dans le parc national de Towada-Hachimantai, une soixantaine de kilomètres au sud du lac Towada, 29 km au nord-est du lac Tazawa et, à vol d'oiseau, 474 km au nord-est de l'agglomération de Tokyo. 21 km au sud-ouest, se dresse le volcan Akita-Komagatake, le plus haut sommet de la préfecture voisine d'Akita, et son versant nord-est jouxte le haut plateau Hachimantai dont le point culminant est le mont Hachimantai, une montagne aussi inscrite sur la liste des 100 montagnes célèbres du Japon[1]. Cet édifice volcanique s'étend dans le nord-est des monts Ōu, quant à son versant ouest, et l'ouest du bassin versant du fleuve Kitakami qui traverse la région de Tōhoku du nord au sud.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le mont Iwate est formé de deux stratovolcans se chauvechant selon un axe ouest-est : le mont Nishi-Iwate[n 1], à l'ouest, et le mont Higashi-Iwate[n 2], à l'est[5],[6]. Le premier est un stratovolcan présentant une caldeira sommitale large de 2,5 km d'ouest en est, et 1,5 km du nord au sud. La caldeira du mont Nishi-Iwate contient une caldeira partiellement comblée par deux lacs de cratère. Elle culmine, sur sa ligne de crête ouest, au mont Kurokura[n 3] (altitude 1 570 m[1]), et son bord est déformé par une coulée de lave figée (la coulée Yakkiri[n 4]) qui se développe le long de son versant nord-ouest[7]. Le mont Higashi-Iwate possède une forme conique et un cratère sommital d'environ 500 m de diamètre dont le fond supporte un cône de scories : le mont Myōkō[n 5](altitude 1 995 m[1]). Il se dresse sur le bord est d'une ancienne caldeira de 1,5 km de diamètre qui recouvre son versant ouest jusquà environ 1 800 m. Du nord-ouest du bord de son cratère émerge son point culminant : le mont Yakushi[n 6] (altitude 2 038 m[1])[5].

Quatre volcans parasites sont visbles sur le versant sud-ouest de la montagne : le mont Ubakura[n 7] (altitude 1 517 m[1]), le mont Kamakura[n 8] (altitude 1 317 m[1]), le mont Inukura[n 9] (altitude 1 408 m[1]) et le mont Ōmatsukura[n 10] (altitude 1 407,5 m[1])[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Deux lacs de cratère s'étendent, côte à côte, sur le fond de la caldeira du mont Nishi-Iwate : les lacs Onawashiro[n 11] (altitude 1 433 m[1]) et Okama[n 12] (altitude 1 475 m[1])[4]. Plusieurs cours d'eau prennent leur source au mont Iwate et alimentent un affluent du fleuve Kitakami. Le ruisseau Yakkiri[n 13] s'écoule, de la caldeira du volcan Nishi-Iwate, dans la coulée de lave Yakkiri, et rejoint la rivière Matsu[n 14] qui circule au bas du versant nord de la montagne et se jette dans le fleuve Kitakami à Morioka, capitale de la préfecture d'Iwate. Sur le versant nord de la montagne, les ruisseaux Dōga[n 15] et Itaza[n 16] sont des affluents de rive droite de la rivière Matsu. Sur son versant sud-ouest, le ruisseau Arine[n 17] serpente dans le bassin de drainage de la rivière Shizukuishi[n 18] longue de 11,06 km[8],[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le mont Iwate est un volcan dont les éruptions majoritairement explosives le classent comme un volcan gris. Des coulées de lave figée sont cependant visibles sur les pentes de la montagne, notamment celle du versant nord-est : la coulée Yakkiri, et celle de la face nord-est : la coulée Yakehashiri[n 19], classée, en 1944, monument naturel national par l'agence pour les Affaires culturelles[9]. Il est essentiellement composé de roches magmatiques et plus particulièrement d'andésite, de basalte et, dans une moindre mesure, de dacite[10],[11].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Situé dans le parc national de Towada-Hachimantai, un parc national administré par le ministère de l'Environnement du Japon depuis sa création en 1936[12], le mont Iwate constitue un biotope favorable à la cohabitation de nombreuses espèces d'oiseaux sauvages ; ses pentes et ses cratères sommitaux offrent un terrain fertile pour diverses espèces végétales dont plusieurs variétés de plantes alpines, certaines classées monument naturel national depuis 1928[13],[3]. Il fait partie d'une zone importante pour la conservation des oiseaux d'une superficie de 405 km2[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire éruptive[modifier | modifier le code]

Le mont Iwate s'est formé sur une roche-mère constituée d'une couche sédimentaire datant du Miocène (23 - 5,3 Ma), recouverte de roches volcaniques du Pliocène (5,33 - 2,58 Ma) auxquelles se mêlent des tufs volcaniques du Pliocène et du Pléistocène inférieur (2,58 Ma - 781 000 ans)[15]. Sa formation est une succession de constructions et de destructions d'édifices volcaniques[16],[15]. Elle débute il y a 300 000 ans par l'émergence de la croûte terrestre du volcan Nishi-Iwate. Le développement de ce dernier dure environ 200 000 ans. Après une période de sommeil de 20 000 ans, le mont Nishi-Iwate entre de nouveau en éruption, produisant des coulées pyroclastiques et des coulées de lave. Sa caldeira sommitale apparaît il y a 50 000 ans sur le bord ouest d'une caldeira plus ancienne et d'une surface plus petite, et connaît une activité éruptive interne jusqu'à 28 000 ans BP. De 7 000 ans BP à nos jours, le volcan Nishi-Iwate n'est secoué que par des éruptions phréatiques[16].

L'orogenèse du stratovolcan Higashi-Iwate s'ouvre il y a 120 000 ans, sur le bord oriental de la caldeira de l'est du mont Nishi-Iwate. Des éjections de pyroclastites et des épanchements de lave basaltique donnent forme à l'édifice montagneux. De 30 000 ans BP à 20 000 ans, une caldeira apparaît au sommet du volcan, suivie par un stratocône interne. L'effondrement de ce dernier vers 7 000 ans BP, provoque une avalanche dont les débris se répandent dans le bassin versant du fleuve Kitakami. L'activité volcanique subséquente donne naissance au mont Yakushi puis au volcan Myōkō dont l'activité perdure encore de nos jours[16],[17].

L'Agence météorologique du Japon, se conformant à des normes internationales depuis 2003, considère qu'un volcan est actif s'il est entré en éruption au cours de l'Holocène, soit depuis les 10 000 dernières années environ, ou s'il manifeste une activité géothermique importante. Par conséquent, elle classe le mont Iwate dans sa liste des volcans actifs du Japon[18].

À l'ère commune, plusieurs éruptions du volcan Iwate ont été enregistrées, notamment en 1686, 1732 et 1919[19]. Vers le , l'activité sismique s'intensifie au bas du versant nord-est du mont Iwate. Des cône de scories, d'où s'épanche de la lave, se forment. L'épanchement magmatique se poursuit pendant une dizaine de jours. Aucun document historique ne fait état de victimes ou de dommages, mais des évacuations temporaires de la population de la région sont rapportées[20],[19]. En 2016, une trace de la catastrophe naturelle subsiste : la coulée Yakehashiri, qui s'étend sur 3 km et mesure 1,5 km de large au pied du volcan[21]. D'une profondeur variant de 5 à 10 m, elle est restée vierge de toute végétation[21].

Activités[modifier | modifier le code]

Randonnée[modifier | modifier le code]

Pas moins de sept voies d'accès au sommet du mont Iwate existent. L'une des plus populaires, la « voie Yanagisawa »[n 20], débute au pied de la face sud-est du mont Higashi-Iwate. Un sentier de randonnée s'ouvre près du camping Umagaeshi[n 21], au bord d'un parc de stationnement (altitude 633 m) accessible par la route depuis le centre-ville de Takizawa. Neuf bornes dont les numéros se suivent marquent le tracé de ce chemin d'ascension de 5,7 km[22].

Une deuxième voie d'accès à la cime du mont Yakushi, la « voie Yakehashiri »[n 22], commence au pied du versant nord-est du volcan, près du camping Yakehashiri[n 23] situé dans le sud de la ville de Hachimantai. Le tracé de ce parcours, long d'environ 5,7 km, permet de découvrir la coulée de lave Yakehashiri. S'étalant le long de la face nord, il aboutit à la bifurcation Hirakasafudō[n 24], sur le bord oriental du cratère sommital du mont Yakushi[23].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Le mont Iwate et ses environs immédiats sont protégés depuis dans le parc national de Towada-Hachimantai qui s'étend sur une superficie de 855,34 km2 découpée en deux zones : l'une comprend le lac de cratère Towada à la limite des préfectures d'Akita et d'Aomori, l'autre le haut plateau volcanique Hachimantai[12]. De plus, classé monument naturel national, le périmètre de la coulée de lave Yakehashiri bénéficie d'un régime de protection et de conservation administré par l'agence pour les Affaires culturelles[21].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Après sa découverte à Ōizumi (préfecture de Gunma), par Takao Kobayashi, un astronome amateur japonais, le , un astéroïde de la ceinture principale d'astéroïdes est nommé (11109) Iwatesan d'après le mont Iwate[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le mont Nishi-Iwate (西岩手山, Nishi-Iwate-san?).
  2. Le mont Higashi-Iwate (東岩手山, Higashishi-Iwate-san?).
  3. Le mont Kurokura (黒倉山, Kurokura-yama?).
  4. La coulée de lave Yakkiri (焼切沢, Yakkiri-zawa yōganryū?).
  5. Le mont Myōkō (妙高岳, Myōkō-san?).
  6. Le mont Yakushi (薬師岳, Yakushi-dake?).
  7. Le mont Ubakura (姥倉山, Ubakura-yama?).
  8. Le mont Kamakura (鎌倉山, Kamakura-yama?).
  9. Le mont Inukura (犬倉山, Inukura-yama?).
  10. Le mont Ōmatsukura (大松倉山, Ōmatsukura-yama?).
  11. Le lac Onawashiro (御苗代湖, Onawashiro-ko?).
  12. Le lac Okama (御釜湖, Okama-ko?).
  13. Le ruisseau Yakkiri (焼切沢, Yakkiri-zawa?).
  14. La rivière Matsu (松川, Matsu-gawa?).
  15. Le ruisseau Dōga (洞ヶ沢, Dōga-sawa?).
  16. Le ruisseau Itaza (イタザ沢, Itaza-zawa?).
  17. Le ruisseau Arine (有根沢, Arine-sawa?).
  18. La rivière Shizukuishi (雫石川, Shizukuishi-gawa?).
  19. La coulée de lave Yakehashiri (焼走り熔岩流, Yakehashiri yōganryū?).
  20. La « voie Yanagisawa » (柳沢コース, Yanagisawa-kosu?).
  21. Le camping Umagaeshi (馬返しキャンプ場, Umagaeshi kyanpushō?).
  22. La « voie Yakehashiri » (焼走りコース, Yakehashiri-kosu?).
  23. Le camping Yakehashiri (焼走りキャンプ場, Yakehashiri kyanpushō?).
  24. Hirakasafudō (平笠不動?).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) Institut d'études géographiques du Japon, « GSI Maps », sur www.gsi.go.jp, (consulté le 15 mars 2017).
  2. a et b (ja) Yama-kei Publishers co., Ltd., « 岩手山 » [« Mont Iwate »], sur Yamakei-Online,‎ (consulté le 16 mars 2017).
  3. a et b (ja) Asahi Shinbun, « 岩手山 » [« Le mont Iwate »], sur Kotobank,‎ (consulté le 16 mars 2017).
  4. a et b (ja) Asahi Shinbun, « 御苗代湖 » [« Le lac Onawashiro »], sur Kotobank,‎ (consulté le 16 mars 2017).
  5. a et b Ban et Fujinawa 2013, p. 14.
  6. (en) Geological Survey of Japan, « Eruption history of Iwate Volcano » [« Histoire éruptive du volcan Iwate »], sur gbank.gsj.jp, (consulté le 16 mars 2017).
  7. (en) Geological Survey of Japan, « Iwate san », sur gbank.gsj.jp, (consulté le 16 mars 2017).
  8. (ja) Ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (bureau d'Iwate), « 盛岡出張所のご案内 » [« Informations sur l'antenne de Morioka »], sur www.thr.mlit.go.jp,‎ (consulté le 16 mars 2017).
  9. (ja) Agence pour les Affaires culturelles, « 焼走り熔岩流 » [« La coulée de lave Yakehashiri »], sur Cultural Heritage Online (consulté le 15 mars 2017).
  10. (en) Geological Survey of Japan, « Iwate San », sur gbank.gsj.jp, (consulté le 15 mars 2017).
  11. Agence météorologique du Japon 2014, p. 1.
  12. a et b (en) Ministère de l'Environnement (Japon), « Towada-Hachimantai National Park : Characteristics » [« Caractéristiques du parc national de Towada-Hachimantai »], (consulté le 16 mars 2017).
  13. (ja) Agence pour les Affaires culturelles, « 岩手山高山植物帯 » [« Colonies de plantes akoines du mont Iwate »], sur Cultural Heritage Online (consulté le 16 mars 2017).
  14. (ja) Wild bird society of Japan, « 岩手県・秋田県 : 八幡平・和賀岳 » [« Préfectures d'Iwate et Akita : Hachimantai et le massif Waga »], sur www.wbsj.org,‎ (consulté le 16 mars 2017).
  15. a et b (ja) Geological Survey of Japan, « Iwate Volcano : Explanatory text » [« Le volcan Iwate : texte explicatif »], sur gbank.gsj.jp, (consulté le 15 mars 2017).
  16. a, b et c Ban et Fujinawa 2013, p. 14-15.
  17. (ja) Geological Survey of Japan, « Eruption history of Iwate Volcano » [« Histoire éruptive du volcan Iwate »], sur gbank.gsj.jp, (consulté le 16 mars 2017).
  18. (ja) Agence météorologique du Japon, « 活火山とは » [« Volcans actifs »], sur www.jma.go.jp (consulté le 17 mars 2017).
  19. a et b Ban et Fujinawa 2013, p. 15.
  20. Agence météorologique du Japon 2014, p. 8.
  21. a, b et c (en) Préfecture d'Iwate, « Yakehashiri Lava Flow (Hachimantai city) » [« Coulée de lave Yakehashiri (ville de Hachimantai) »], sur www.japan-iwate.info, (consulté le 17 mars 2017).
  22. (ja) Mairie de Takizawa, « 岩手山 » [« Le mont Iwate »], sur www.city.takizawa.iwate.jp,‎ (consulté le 17 mars 2017).
  23. (en) Mairie de Hachimantai, « Mt. Iwate Area » [« Les environs du mont Iwate »], sur www.city.hachimantai.lg.jp, (consulté le 17 mars 2017).
  24. (en) Minor Planet Center, « (11109) Iwatesan », sur www.minorplanetcenter.net, (consulté le 17 mars 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Masao Ban, Akihiko Fujinawa et Tsukasa Ohba, « Active Volcanoes in Northeast Japan » [« Volcans actifs du Nord-Est du Japon »], Bulletin of the Volcanological Society of Japan, Tokyo, The volcanological society of japan, vol. 58, no B1-1-34,‎ (résumé).
  • (en) Agence météorologique du Japon, « Iwatesan » [PDF], sur www.jma.go.jp (consulté le 16 mars 2017).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :