Mont Cara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la montagne image illustrant le volcanisme image illustrant le Cap-Vert
Cet article est une ébauche concernant la montagne, le volcanisme et le Cap-Vert.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mont Cara
Vue du mont Cara depuis Mindelo.
Vue du mont Cara depuis Mindelo.
Géographie
Altitude 490 m[1]
Massif São Vicente
Coordonnées 16° 51′ 19″ Nord 25° 03′ 30″ Ouest / 16.8554, -25.0583
Administration
Pays Drapeau du Cap-Vert Cap-Vert
Municipalité São Vicente
Géologie
Type Volcan rouge
Activité Éteint
Dernière éruption Inconnue
Code GVP 1804-03-

Géolocalisation sur la carte : Cap-Vert

(Voir situation sur carte : Cap-Vert)
Mont Cara

Le mont Cara (en portugais : Monte Cara) est un sommet d'origine volcanique situé dans le Nord-Ouest de l'île de São Vicente (Cap-Vert). Avec une altitude de 490 m, il domine le port de Porto Grande et fait face à la ville de Mindelo, implantée à l'autre extrémité de la baie, qui est une caldeira ennoyée[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom – « le mont visage » – fait référence à la forme caractéristique de la montagne évoquant le profil d'un géant couché. Selon certains, il pourrait s'agir de George Washington[2] ou encore d'Henri le Navigateur[3].

Culture[modifier | modifier le code]

Plusieurs autres sommets de l'île – notamment son point culminant, le Monte Verde – sont plus élevés, mais le mont Cara joue un rôle de premier plan dans la culture de São Vicente : c'est véritablement le symbole de Mindelo[4]. Il est très présent dans la littérature[5],[6],[7] et a inspiré en outre le compositeur Manuel de Novas ainsi que l'artiste-peintre Luisa Queiros qui y voit plutôt une « femme de pierre »[1].

Son nom a été donné à un célèbre bar-discothèque de Lisbonne, ainsi qu'à une société de production[8], tous deux créés par Bana, un grand nom de la coladeira. Monte Cara est aussi le titre d'une chanson figurant sur l'album Voz d'Amor (2003)[9] de Cesária Évora, elle-même née à Mindelo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Michel Lesourd (dir.), « Monte Cara et la baie du grand port », in Le Cap-Vert, les Éd. du Jaguar, Paris, 2006, p. 202-203 (ISBN 978-2-86950-408-0).
  2. (pt) Germano Almeida, O mar na laginha: romance, Editorial Caminho, Lisbonne, 2004, p. 204 (ISBN 9789722116091)
  3. (pt) Boletim da Sociedade de Geografia de Lisboa, volumes 48 à 49, 1930, p. 8.
  4. (pt) « Iluminação do Monte Cara: Surpresa aquém das expectativas da ASA », in A Semana, 22 septembre 2009.
  5. (pt) « Monte Cara » de Maria Helena Sato, in Francisco Fontes (dir.), Destino de bai. Antologia de poesia inédita caboverdiana, Saúde em Português, 2008, p. 272 (OCLC 551846775).
  6. (pt) Germano Almeida, Estórias contadas : crónicas, Caminho, Lisbonne, 1998, p. 126 (ISBN 972-211220-1).
  7. (pt) Henrique Teixeira de Sousa, Capitão-de-mar-e-terra, Publicações Europa-América, 1984, 390 p. (nombreuses références).
  8. (en) Luís Batalha et Jørgen Carling, Transnational Archipelago: Perspectives on Cape Verdean Migration and Diaspora, Amsterdam University Press, 2008, p. 195 (ISBN 9789053569948).
  9. (en) AllMusic

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ricardo A. S. Ramalho, Building the Cape Verde Islands, Springer, 2011, 207 p. (ISBN 9783642191022) (texte remanié d'une thèse)