Mont-l'Étroit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mont.

Mont-l’Étroit
Mont-l'Étroit
Blason de Mont-l’Étroit
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Canton Meine au Saintois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Colombey-les-Belles et du Sud Toulois
Maire
Mandat
Jean-Jacques Tavernier
2014-2020
Code postal 54170
Code commune 54379
Démographie
Population
municipale
89 hab. (2016 en diminution de 18,35 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 56″ nord, 5° 47′ 08″ est
Altitude Min. 286 m
Max. 427 m
Superficie 6,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mont-l’Étroit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mont-l’Étroit

Mont-l’Étroit est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fig 1 - Mont-l'étroit (Ban communal).

Localisation[modifier | modifier le code]

L'altitude de Mont-l'Étroit est de 340 mètres environ, sa superficie est de 647 hectares. D'après les données Corinne land Cover, le ban communal se compose à 75 % de forêts et arbustes contre seulement  25 % de prairies et terres arables ainsi que de zones anthropisées (zones urbaines et agricoles permanentes)[1]

le territoire est arrosé par les cours d'eau suivants : Ruisseau de L'Orge (3.758 km),  Fosse de Huville (0.713 km) Ruisseau de la Viole (1.165 km)[2]

Les villages proches de Mont-l'Étroit sont:

  • Punerot à 2,5 km ; Clérey-la-Côte à 2,7 km ;
  • Saulxures-lès-Vannes à 3,4 km ; Ruppes à 3,5 km ;
  • Autreville à 5 km ; Sauvigny à 5 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saulxures-lès-Vannes Rose des vents
Sauvigny N
O    Mont-l'Étroit    E
S
Clérey-la-Côte Ruppes Punerot

Toponymie[modifier | modifier le code]

Montenonis (Xe siècle), Montes en atroies (1402), Mont-en-Octroy (1519), Mont-Lattroye (1581) et Mont-la-Troye (1632), sont les graphies recensées dans le Dictionnaire topographique du département de la Meurthe[3].

L'étymologie du nom communal est incertaine, plusieurs érudits, dont l'abbé Grosse ont formulé une hypothèse :

« Ce village possède un moulin à grains sur un ruisseau qui se réunit à la Meuse. Mont-l'Étroit est ancien; on le nommait Mons-in-Atrio , ou Mons-in-Angulo , parce qu'on croit qu'il fut bâti près d'un cimetière public. »[4].

L'historien H. Lepage précise qu'il en ignore l'origine[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

J. Beaupré signale dans son répertoire archéologique de Meurthe un site de type éperon-barré pouvant correspondre à un oppidum pré-celtique (lieu-dit côte Chapion)[5]

Epoque contemporaine[modifier | modifier le code]

Village possédant un important vignoble au début du XXe siècle. Les pieds ont été décimés en 1907 par une maladie. Depuis le promeneur peut retrouver des restes de ce passé dans la forêt située au-dessus du village.

En 1999, lors de la grande tempête, une grande partie de la forêt a été détruite et le courant coupé pendant plusieurs jours.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Patrick Crosnier PS  
2014 En cours Jean-Jacques Tavernier    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 89 habitants[Note 1], en diminution de 18,35 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
201204198215229247247256259
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
240232204194195219180177166
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
165149137111114100898777
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
7874565787110989589
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

E Grosse[10] indique dans son ouvrage, vers 1836 :

«Territ. : 179 hect. , dont 72 en terres arab. , 61 en bois et 16 en prés.»

Le village a donc eu une tradition agricole.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.
  • Vestiges de la voie romaine Lyon-Trèves.
  • Village à flanc de coteau ayant conservé toutes les caractéristiques de la localité lorraine 18e : petites rues étroites, longs pans de toitures en tuiles romaines se prolongeant hors de la façade sur rue, portes charretières en plein cintre, flamandes, hautes cheminées, ancienne huilerie.
  • Au centre de la commune se trouve un lavoir.
  • Le site des 3 bornes, qui est l'unique endroit où trois départements lorrains se côtoient, ce qui correspond à un tripoint. Les autres communes frontalières sont Clérey-la-Côte (dans les Vosges) et Sauvigny (dans la Meuse).
  • Le monument aux morts de Mont-L'Etroit en mémoire des morts des deux guerres 1914-1918 et 1939-1945 est situé près de l'église et dans le cimetière.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Rémy.
  • Église 14e se trouve en haut du village avec accolé un cimetière, remaniée 18e : tour romane.
  • Croix de chemin dans le village et en forêt.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

…la ruine de la rue des prés, jouxtant le manoir , est toujours la propriété de MOBAE.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Mont-l'Étroit Blason
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche ma commune », sur SIGES
  2. « Ruisseau de l orge [B1310660] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 16 juillet 2019)
  3. a et b Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe : rédigé sous les auspices de la Société d'archéologie lorraine, Imprimerie Impériale, (OCLC 978158777, lire en ligne)
  4. E. Grosse, Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe, Creusat, (OCLC 213831383, lire en ligne), p. 252
  5. Jules Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, par le Cte J. Beaupré..., (lire en ligne), p. 102
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Grosse, E., Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe, Creusat, (OCLC 213831383, lire en ligne), p. 215