Mont-Lebel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mont-Lebel
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Municipalité Rimouski
Statut Ancienne municipalité
Constitution 1932
Démographie
Gentilé Lebelmontois
Population 334 hab. (2001)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Superficie 3 160 ha = 31,6 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Pont des Draveurs
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Agglomération de recensement de Rimouski
Voir sur la carte administrative de la zone Rimouski
City locator 14.svg
Mont-Lebel
Géolocalisation sur la carte : Agglomération de recensement de Rimouski
Voir sur la carte topographique de la zone Rimouski
City locator 14.svg
Mont-Lebel

Mont-Lebel est une ancienne municipalité de village du Bas-Saint-Laurent au Québec (Canada). Fondée en 1932, de la scission d'une partie du village voisin de Sainte-Blandine, elle a été fusionnée à Rimouski lors des réorganisations municipales québécoises de 2002 et forme depuis un district de cette ville avec le secteur de Sainte-Blandine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avant l'érection civile de 1932, la localité était connue sous la dénomination de Rang-Double[1]. À la suite de l'obtention de son statut de municipalité, elle a pris le nom de Mont-Lebel qu'elle doit à Jean-Baptiste Lebel, le premier maire de la municipalité de 1932 à 1934[2]. Le gentilé lebelmontois est aussi relié au nom du premier maire de Mont-Lebel[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La localité est située dans un secteur forestier de l'arrière-pays de Rimouski, à une vingtaine de kilomètres au sud du centre-ville. Son territoire est compris entre celui de Sainte-Blandine situé au nord et celui de Saint-Narcisse-de-Rimouski au sud[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2001, la population de Mont-Lebel était de 334 habitants selon le recensement de Statistique Canada[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

L'origine de la création de la municipalité remonte à 1931, alors que des résidents du rang Double sont insatisfaits d'une décision prise par le conseil municipal de Sainte-Blandine concernant l'utilisation des subventions reçues pour l'entretien des routes. Ces montants étant insuffisants, Sainte-Blandine devait continuellement retarder le développement des rangs 3 et 4 de la municipalité[2].

Jean-Baptiste Lebel et Pierre Fiola représentent les citoyens mécontents auprès du gouvernement du Québec. À la suite de leurs démarches, la municipalité de village est officiellement constituée en 1932[2]. Le territoire de la municipalité est alors constitué de 41 lots du Troisième Rang des cantons de Macpès et de Neigette et de 41 lots du Quatrième rang des mêmes cantons[1].

La municipalité continue cependant de partager la même paroisse religieuse que Sainte-Blandine[2]. Ce partage est un peu ironique, un conflit ayant opposé les résidents de Sainte-Blandine à ceux de Mont-Lebel en 1898 lors du choix de Sainte-Blandine comme site pour l'église paroissiale. Ce conflit, connu sous le nom de « schisme de Sainte-Blandine », a vu les résidents de Mont-Lebel apostasier la foi catholique pour le protestantisme, une conversion qui fut de courte durée[1].

Dans les années 1930, Mont-Lebel est essentiellement un village à vocation agricole. En 1938, 60 des 65 propriétaires de la nouvelle municipalité cultivent les champs. L'utilisation des terres de la municipalité est éloquente à cet égard, puisque 7 200 des 7 400 acres (3 000 hectares) de la municipalité sont destinées à un usage agricole, le territoire restant étant propriété de l'État[2].

Le village reçoit l'électricité en 1945, la même année que le village voisin de Sainte-Blandine. L'école du village est transformée en centre communautaire en 1970 et renommée « le Toit des sportifs »[2].

Fusion avec Rimouski[modifier | modifier le code]

Mont-Lebel fait partie des municipalités qui ont été fusionnées à Rimouski dans le cadre des réorganisations municipales québécoises de 2002[4]. Mont-Lebel et le secteur de Sainte-Blandine forme depuis 2002 un des districts électoraux représentés au conseil municipal de la ville de Rimouski[5].

Attraits culturels[modifier | modifier le code]

Le principal attrait touristique de la localité est la présence d'un pont couvert construit en 1930, le pont des Draveurs du Mont-Lebel[2]. Ce pont couvert en bois, construit en 1930, possède une structure en treillis de type Town renforcé[6]. Le pont est long de 28,4 mètres, large de 6,2 mètres et d'une hauteur de 3,9 mètres et permet de franchir la Petite rivière Neigette[7].

En 2000, il est désigné « comme bien patrimonial représentatif » de Mont-Lebel dans le cadre des Journées du patrimoine[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Pierre Beaupré et al., Noms et lieux du Québec : dictionnaire illustré, Sainte-Foy, Publications du Québec, , 925 p. (ISBN 2-551-16805-8), p. 451
  2. a b c d e f g et h Ville de Rimouski, « Histoire : Mont-Lebel avant 2002 » (consulté le 1er mars 2013)
  3. Statistique Canada, « Recensement de 2001, profils des communautés - Mont-Lebel » (consulté le 1er mars 2013)
  4. Québec, « Mont-Lebel », sur Commission de toponymie du Québec (consulté le 1er mars 2013)
  5. Ville de Rimouski, « Conseil municipal de Rimouski - Les districts » (consulté le 1er mars 2013)
  6. Nicolas Janberg, « Pont des Draveurs », sur Structurae (consulté le 5 mars 2013)
  7. « Pont des Draveurs, Mont-Lebel », sur Ministère des transports du Québec (consulté le 5 mars 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]