Montégut (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montégut
Montégut (Gers)
Une vue de Montégut.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne
Maire
Mandat
Jérôme Samalens
2020-2026
Code postal 32550
Code commune 32282
Démographie
Population
municipale
667 hab. (2018 en augmentation de 4,55 % par rapport à 2013)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 11″ nord, 0° 38′ 47″ est
Altitude 200 m
Min. 135 m
Max. 257 m
Superficie 11,42 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auch
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auch-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Montégut
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Montégut
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montégut
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montégut
Liens
Site web www.grandauch.fr/

Montégut (Montagut en gascon) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Montégut est une commune de Gascogne située dans l'aire urbaine d'Auch, à 2 km à l'est d'Auch sur l'Arçon, dans un site de coteaux escarpés et boisés.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montégut[1]
Leboulin Lahitte
Auch Montégut Marsan
Pessan Lussan

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Montégut se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la route nationale 124 et par la ligne SNCF (ligne de Saint-Agne à Auch) en gare d'Auch ou en gare d'Aubiet.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montégut est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auch, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (94,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (65,8 %), zones agricoles hétérogènes (13,9 %), prairies (11,8 %), forêts (5,3 %), zones urbanisées (3,2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Situé aux portes d'Auch, Montégut est un village perché autour d'un imposant château (km). C'est la disposition des lieux qui lui a valu son nom, ce dernier lui serait attribué depuis la période romaine ou gallo-romaine (Monte Accuto). En langue gasconne ou occitane, on le retrouve aussi : Mount Agut.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village devait être fortifié au Moyen Âge, le portail actuel serait l'ancienne place du pont-levis. Les plus anciennes parties du château datent du XIIIe siècle comme la plupart des châteaux gascons (construits pendant la guerre de Cent Ans). Il a été remanié aux XVe et XVIe siècles, au moment de la Renaissance, pour le rendre plus confortable. La IIIe et dernière période de rénovation se situe aux XVIIIe et XIXe siècles pour donner l'aspect actuel d'un logis rectangulaire avec deux tours carrées et de longues terrasses à balustres le tout entouré d'un jardin à la française. Cette dernière restauration a permis de tripler le volume initial dans un style néogothique propre à cette époque : créneaux, tourelles, mâchicoulis... Ce bâtiment est privé et ne se visite pas.

La tour des Fées.

À proximité, sur la commune se trouve le château de Roquetaillade (XIXe siècle) à large façade avec un toit en ardoise comprenant des écuries du XVIIIe siècle. Actuellement, cet édifice est un centre pédiatrique de réadaptation qui appartient à l'ordre souverain de Malte. La chapelle de Roquetaillade est d'aspect roman à l'intérieur on peut y remarquer un bénitier côtelé sur colonne antique et une statue de saint Jacques datant du XVIIe siècle. La commune est traversée par la voie d'Arles du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle classé patrimoine mondial de l'UNESCO.

Depuis Roquetaillade, le sentier traverse des paysages remarquables où le climat océanique et le climat méditerranéen se disputent l'influence sur la flore et la faune. Quatre kilomètres plus loin, perché sur un aplomb rocheux, le village se dessine au détour du bois aux Fées dont un ancien moulin porte également le nom (tour des Fées).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

an XI Lagardère, 1818-1822 Lacoste, 1822-1833 Villeneuve,1833-1840 Laborie,1841 Vignaux 1842-1848 Villeneuve 1848-1850 Laborie 1850-1867 Bessaget 1868-1872 Barada, 1873 adjoint Brouste, 1874-1883 Desmonts 1884 adjoint Vivent, 1885-1900 Lantrac, 1901-1912 Tissier, 1913-1914 Capdevielle, 1916-1919 Defrançais, 1920-1926 Duc, 1927-1929 Duc,1930-1947 Maumus, 1948 Lluell

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 2011 Roger Tramont[9]    
octobre 2011 En cours Jérôme Samalens[9] DVG Ingénieur conseil
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11]. En 2018, la commune comptait 667 habitants[Note 3], en augmentation de 4,55 % par rapport à 2013 (Gers : +0,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
248263241266378328310317282
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
300288274270273256242208202
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
190196186220197190199183182
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
191234311317397462600655667
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  9. a et b Site de la préfecture - Fiche de Montégut
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.