Montégut-Arros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montégut-Arros
Montégut-Arros
Vue sur Montégut-Arros et l'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Intercommunalité Communauté de communes Astarac Arros en Gascogne
Maire
Mandat
Francis Monserrat
2020-2026
Code postal 32730
Code commune 32283
Démographie
Gentilé Montégutois(es)
Population
municipale
288 hab. (2018 en diminution de 1,03 % par rapport à 2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 57″ nord, 0° 13′ 25″ est
Altitude 180 m
Min. 170 m
Max. 334 m
Superficie 15,29 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Mirande-Astarac
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Montégut-Arros
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Montégut-Arros
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montégut-Arros
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montégut-Arros

Montégut-Arros (Montegut Arròs en gascon) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montégutois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département des Hautes-Pyrénées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Montégut-Arros se situe en zone de sismicité 3 (sismicité modérée)[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, Montégut-Arros est située sur l'Arros, petite rivière qui fournit aux habitants une eau venue des Pyrénées.

La partie est de la colline s'appelle le Lurus, du nom d'un ruisseau (tributaire droit de l'Arros) traversant les collines de la commune.

Le Lanénos, affluent gauche de l'Arros dans le bassin versant de l'Adour, conflue sur la commune.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Trois ZNIEFF de type 2[Note 1] sont recensées sur la commune[4] :

  • les « coteaux de Capvern à Betplan » (10 246 ha), couvrant 46 communes dont huit dans le Gers et 38 dans les Hautes-Pyrénées[5] ;
  • les « coteaux de Haget à Lhez » (4 261 ha), couvrant 32 communes dont quatre dans le Gers et 28 dans les Hautes-Pyrénées[6] ;
  • le « cours de l'Arros » (1 675 ha), couvrant 41 communes dont 20 dans le Gers et 21 dans les Hautes-Pyrénées[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montégut-Arros est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[8],[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

La commune de Montégut-Arros comprend de nombreuses fermes traditionnelles en L, bâties en terre et cailloux, situées de part et d'autre d'une colline en haut de laquelle se trouvent la mairie, l'école primaire, l'église et le cimetière. Sa partie la plus dense, appelée le Village ou la Ribère (la rivière) est située en bas de la colline, côté ouest, le long de la route départementale D 38. Les premiers magasins et la RN 21 sont à moins de trois kilomètres à Villecomtal-sur-Arros.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Avec sa colline, Montégut-Arros est un emplacement de choix pour surveiller les voies de communication entre le comté de Pardiac et le comté de Bigorre. La terre y est par ailleurs très fertile. Un castelnau y fut établi, vraisemblablement au XIIIe siècle, ce qui eut pour effet d'y attirer une population importante. On sait par une charte de 1357 que Montégut était une commune d'élevage et de culture (notamment viticulture), qu'il s'y tenait un marché près de l'église, laquelle se trouvait à l'époque en plaine. Une léproserie a existé à Montégut. Toujours à cette époque, le village était équipé des deux moulins à scie de la région.

Un manuscrit de l'abbaye de Saint-Sever-de-Rustan raconte que, au XVIe siècle, le seigneur du lieu, dont le château se trouvait à l'emplacement de l'actuelle église, tua le vicaire de l'église de Montégut d'un coup d'arquebuse, car celui-ci se serait présenté à l'autel avant lui. Le seigneur a été condamné à la peine de mort, et, malgré les privilèges de sa naissance, est même pendu. Son château est rasé et l'État s'empare de la seigneurie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Arlette Caréac    
mars 2008 mars 2020 Michèle Cousse[13] DVG Employée
mars 2020 En cours Francis Monserrat Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2018, la commune comptait 288 habitants[Note 3], en diminution de 1,03 % par rapport à 2013 (Gers : +0,53 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
609588664746772792788726713
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
704690659668664299302306290
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
294273240220404214348317333
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
340335350328286288298299288
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les origines de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption sont à rechercher au XIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants des communes françaises sur le site Habitants.fr, consulté le 11 octobre 2013.
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Plan séisme
  4. « Liste des ZNIEFF de la commune de Montégut-Arros », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  5. « ZNIEFF les « coteaux de Capvern à Betplan » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « ZNIEFF les « coteaux de Haget à Lhez » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « ZNIEFF le « cours de l'Arros » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Résultats officiels du premier tour des élections municipales à Montégut-Arros sur le site officiel du Ministère de l'Intérieur
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.