Monsteroux-Milieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Monsteroux-Milieu
Monsteroux-Milieu
Vue du Gontard en 1910.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Intercommunalité Communauté de communes Entre Bièvre et Rhône
Maire
Mandat
Denis Merlin
2020-2026
Code postal 38122
Code commune 38244
Démographie
Population
municipale
796 hab. (2018 en augmentation de 2,31 % par rapport à 2013)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 58″ nord, 4° 56′ 15″ est
Altitude Min. 267 m
Max. 425 m
Superficie 8,17 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Roussillon
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Monsteroux-Milieu
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Monsteroux-Milieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monsteroux-Milieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monsteroux-Milieu

Monsteroux-Milieu est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants de Monsteroux-Milieu sont dénommés les Monsteroudiares[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et description[modifier | modifier le code]

Cette commune, à l'aspect essentiellement rural, est située dans la partie septentrionale du département de l'Isère entre Vienne et La Côte-Saint-André.

Géographiquement, la commune est Monsteroux-Milieu se positionne entre la vallée du Rhône à l'ouest et les terres froides à l'est, dans le secteur de Bièvre-Valloire. À ce titre, elle fait partie de la communauté de communes Entre Bièvre et Rhône.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Monsteroux-Milieu
Châlons
Vernioz Monsteroux-Milieu Montseveroux
Assieu La Chapelle-de-Surieu

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Dans ce secteur du département de l'Isère, les étés sont généralement chauds avec des périodes sèches mais des orages fréquents surviennent durant cette période. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Varèze [2], un affluent du Rhône qui prend sa source dans la forêt de Bonnevaux.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Si l'on se réfère à l'étymologie du lieu, Monsteroux viendrait du latin monte subterior (le mont inférieur)[réf. nécessaire].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Monsteroux-Milieu est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (79,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (35,6 %), zones agricoles hétérogènes (30,8 %), forêts (20,9 %), terres arables (12,7 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est composé de trois hameaux principaux : Monsteroux, le Gontard et Milieu.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune est situé en zone de sismicité no 3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[10].

Terminologie des zones sismiques
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, Monsteroux était une grande exploitation agricole constituée de maisons d'habitation et de terrains cultivés.

Au Moyen Âge ce village faisait partie du Viennois et donc du royaume de Bourgogne.

Au XIIIe siècle se développe un culte à saint Laurent qui perdurera jusqu'à aujourd'hui.

La fête foraine avait lieu traditionnellement pour la Saint-Laurent, fête qui fut déplacée au 1er week-end de juillet dans les années 1980. Après avoir eu lieu au centre du village elle a été organisée au stade. Elle a été relancée en 1998 dans le centre du Gontard puis arrêtée au début des années 2000.

L'Union des Jeunes est la plus vieille association de la commune. Chaque année pour le lundi de Pâques, un tournoi très populaire était organisé : le tournoi de sixte. Il regroupait près de 500 joueurs de football. Désormais, il est remplacé par l'organisation d'un vide-grenier - brocante.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 1989 Paul Datry PCF  
mars 1989 1995 Monique Crétin    
mars 1995 Avril 2018 Jean-Paul Montagnier SE Retraité Fonction publique
Juin 2018 En cours Denis Merlin    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2018, la commune comptait 796 habitants[Note 3], en augmentation de 2,31 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
306262324382335337384384368
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
336331332316331311306325315
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
316310290272270257261251225
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
214228226318444516684710735
2013 2018 - - - - - - -
778796-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton et quelquefois de la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de de Monsteroux-Milieu (propriété de la commune) sont rattachée à la paroisse Sainte Mère Teresa en Viennois dont la Maison paroissiale est située à Estrablin, dans le diocèse de Grenoble-Vienne[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Laurent[modifier | modifier le code]

À Monsteroux, l'église Saint-Laurent, datée du XIe siècle, est classée au titre des monuments historiques par arrêté du [16]. Consacrée à la Vierge Marie jusqu'au XIIIe, on ignore pourquoi l'église fut dédiée par la suite à saint Laurent. Elle renferme dans son abside une peinture murale datée entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle. Encore bien conservée dans son ensemble, on peut y distinguer le martyre de saint Laurent ainsi qu'une autre scène encore mal identifiée. Les couleurs ocre dominent dans cette composition symétrique organisée autour de la baie axiale.

Château de Milieu[modifier | modifier le code]

Le château de Milieu est aujourd'hui[Quand ?] une des plus grandes fermes du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 8 mars 2020
  2. SANDRE, « Fiche rivière la varèze (V3300500) » (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. Site diocese-grenoble-vienne.fr, page sur la paroisse Sainte Mère Teresa en Viennois, consulté le 17 septembre 2021.
  16. « Eglise », notice no PA00117223, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :