Monsieur Hulot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hulot.
Statue de Monsieur Hulot face à la plage de Saint-Marc-sur-Mer.

Monsieur Hulot est un personnage de cinéma créé et interprété par le réalisateur, acteur et scénariste français, Jacques Tati, apparu en 1953 dans Les Vacances de monsieur Hulot.

Il s'agit d'un personnage présentant toutes les caractéristiques du cinéma muet, bien que tous les films qui le présentent soient parlants. Celui-ci se heurte généralement à un monde impersonnel, technologique et gadgétisé.

Description[modifier | modifier le code]

Jacques Tati, créateur du personnage de monsieur Hulot

Sa démarche caractéristique, ainsi que son éternel imperméable, ses pantalons un peu justes en longueur, sa pipe, son parapluie et son chapeau, son inadaptation à la société en font, selon l'avis de certains cinéphiles, un personnage autant burlesque qu'attachant[1],[2].

Monsieur Hulot est un personnage échappé du cinéma muet dans le monde du parlant. Il se heurte à la technologie, à un monde impersonnel et gadgétisé. Jacques Tati s'est servi de ses capacités de mime pour le confronter aux dérèglements, aux rites et au ridicule d'un monde en mutation[3]. Ce personnage et sa silhouette jouit d'une certaine célébrité en France[4] et cela dès la sortie de son premier film présentant ses aventures[5], succédant ainsi au personnage du facteur de Jour de fête que Jacques Tati avait créé six ans auparavant[6].

Voici ce qu'a déclaré Jacques Tati lui-même, au sujet de son personnage[7] : « C'est alors que j'ai eu l'idée de présenter monsieur Hulot, personnage d'une indépendance complète, d'un désintéressement absolu et dont l'étourderie, qui est son principal défaut, en fait, à notre époque fonctionnelle, un inadapté. »

Monsieur Hulot s'inscrit ainsi dans la lignée des burlesques du cinéma muet, tels que le firent certains acteurs et scénaristes comme Max Linder, Charlie Chaplin, Harold Lloyd, Buster Keaton, etc[8].

La pipe de Monsieur Hulot[modifier | modifier le code]

La pipe est un des accessoires incontournables du personnage de Monsieur Hulot. Cette pipe fut à l'origine d'une polémique en 2009, suite à une action de la régie publicitaire de la RATP qui lors de la publication de l'affiche de l'exposition consacrée au cinéaste Jacques Tati par la cinémathèque française sur les autobus et les couloirs du métro parisien avait pris la décision de supprimer la pipe de la bouche du personnage tirée du film Mon oncle sur la dite affiche[9].

Suite à cette polémique, les députés décidèrent en 2011 « d'exclure le patrimoine culturel d'une application trop littérale de la loi Evin interdisant toute propagande, directe ou indirecte, en faveur du tabac »[10].

Les voitures de Monsieur Hulot[modifier | modifier le code]

la première apparition de Monsieur Hulot dans sa voiture se fit devant l'Hôtel de la Plage de Saint-Marc

La voiture des vacances[modifier | modifier le code]

Par son originalité et son omniprésence, particulièrement au début du film, la vieille voiture des années vingt de Monsieur Hulot est un personnage à part entière des vacances[11]. Cette voiture est à l'origine une voiturette de catégorie administrative cyclecar, 1 100 cm3 maxi, de la marque française Salmson, type VAL 3 (Voiturette André Lombard, l'ingénieur qui l'avait conçue), qu'André Pierdel, chargé des effets spéciaux, avait modifiée pour les besoins du film afin d'en faire un « vieux tacot » ridicule, ainsi que le rapporte Stéphane Pajot : « Normalement, la vraie voiture avait les ailes arrondies. Je les ai coupées droites, puis on a ajouté une roue de secours sur le côté avec une corne à poire. Tati voulait qu'elle soit plus marrante et qu'elle pétarade. En fait, j'étais planqué dans le coffre avec un tuyau et du talc pour faire un panache de fumée à l'échappement. Un moment, un paquet de talc est tombé sur la route mais on ne s'en aperçoit pas. Pour qu'elle ait un côté encore plus ridicule, on a ajouté le filet, la canne à pêche...[12]. »

D'après Jean-Philippe Guérand, la Salmson type VAL3 ainsi mutilée et ridiculisée pour les besoins comiques du film avait en réalité connu son heure de gloire : elle aurait en effet gagné plusieurs courses automobiles, notamment en 1923 l'épreuve des 24 heures du Bol d'or de Saint-Germain-en-Laye à la moyenne de quatre-vingts kilomètres à l'heure[13].

La voiture de Trafic[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une Renault 4L, conçue par Monsieur Hulot (dont on comprend dés lors qu'il est dessinateur) aménagée en voiture de camping révolutionnaire, dotée de nombreux gadgets (comme la calandre qui se rabat à l'horizontale pour devenir gril de barbecue), pour une présentation au salon automobile d'Amsterdam.

Inspiration[modifier | modifier le code]

Jacques Tati s'est inspiré, pour la création de son personnage, de son voisin architecte, le grand-père du producteur de télévision, homme d'affaires et militant écologiste français Nicolas Hulot, lequel déclara, à ce propos, lors d'une interview : « Enfant, je l'avais entendu dire par mes parents. Pour en avoir le cœur net, j'ai appelé la fille du cinéaste et j'ai pu reconstituer toute l'histoire. Mon grand-père était l'architecte de l'immeuble dans lequel habitait Jacques Tati. Chaque fois qu'il y avait un problème, la gardienne lui disait : « Il faut appeler Monsieur Hulot ! » Cela revenait comme un leitmotiv. Il semble que mon grand-père avait une silhouette particulière, qui a frappé Tati. Aussi, lorsqu'il a créé son célèbre personnage, il s'est souvenu du nom et a demandé l'autorisation de l'utiliser[14],[15]. » Il s'agit de l'architecte de l'immeuble où vécut Jacques Tati, rue de Penthièvre (8e arrondissement de Paris)[16].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Plage et statue de Monsieur Hulot[modifier | modifier le code]

Monsieur Hulot observe la plage de Saint-Marc-sur-Mer.

Le sculpteur français Emmanuel Debarre a créé une statue de bronze de Monsieur Hulot, qui a été érigée sur le lieu du tournage des Vacances de Monsieur Hulot, à côté de l'« Hôtel de la Plage », qui servit de lieu de villégiature au personnage à Saint-Marc-sur-Mer[17], station balnéaire située dans la commune de Saint-Nazaire. La plage vers laquelle est tournée la statue a également été baptisée officiellement « plage de Monsieur Hulot »[17].

À l'origine, la statue avait été créée avec une pipe, accessoire indispensable au personnage mais celle-ci a été dérobée peu de temps après l'installation du monument[18].

L'hommage de Boris Vian[modifier | modifier le code]

Dans cet hommage effectué par l'écrivain français Boris Vian, au moment de la sortie du film Mon oncle, l'écrivain français, décédé l'année suivante, n'hésitait pas à effectuer un parallèle entre le personnage de Charlot et celui de monsieur Hulot :

« Le dernier film de Jacques Tati, Mon oncle, l'emporte encore en perfection sur ces deux classiques de l'écran que sont devenus Jour de fête et Les Vacances de M. Hulot. En vous présentant la musique originale, naïve et gaie de ce ravissant chef-d'œuvre, nous savons ce que nous faisons : nous vous offrons l'illustration sonore d'un film qui durera autant que les bandes immortelles de Chaplin… Et Tati est bien plus qu'un Chaplin français ; c'est un créateur original, un poète de la pellicule, un artiste aussi simple qu'il est bourré de talent. Tati c'est Tati : Il ne ressemble à personne et il faudrait se donner bien du mal pour lui ressembler. »

— Boris Vian, BOF de Mon oncle, disques Fontana

Apparition dans d'autres films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]