Monosyllabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le monosyllabe est le vers d'une syllabe (ou de deux syllabes si la seconde syllabe est muette). Il est rare qu'un poème soit uniquement fait avec des monosyllabes. Le plus souvent, le monosyllabe se trouve en alternance avec un ou des mètres plus longs. Si le monosyllabe ne comporte pas une syllabe muette, c'est également un vers monosyllabique.

Exemples[modifier | modifier le code]

Monosyllabes en alternance avec d'autres mètres[modifier | modifier le code]

UN CŒUR
Un cœur de femme
2 Chante,
Et c'est ton âme
4 Lente

À la comprendre
6 Voix,
Qui te dis tendre
8 Foi;

Car tu n'es pas
10 Dieu,
Et il n'y a
12 Cieux

Bleus dans ta vie
14 Luis,
Mais dits de pluie
16 Gris;

Et tu n'es en
18 Somme,
De chair et sang,
20 Qu'homme,
Et qui le sais
22 Trop
Que ton cœur est
24 Clos.

Un cœur de femme
26 Dit
Que dans son âme
28 Luit

Pour toi amour
30 Cher,
Ainsi qu'un jour
32 Clair;

Et c'est ton cœur
34 Nu,
Qui s'est, sans leurre,
36 Tu,

Car il l'avait
38 Su
Ce qu'elle était
40 Chair.
Max Elskamp, quarantain paru dans Aegri Somnia

Monosyllabes utilisés seuls[modifier | modifier le code]

À LA CAMPAGNE
Ô
Trève
Brève
Au
Haut
Rêve !...
Eau !...
Grève !
Là !
La
Plaine
Dort
Pleine
D'or.
Jean Goudezki, sonnet publié dans Hercule ou La vertu récompensée

Sur les autres projets Wikimedia :