Monlaur-Bernet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montlaur et Bernet.

Monlaur-Bernet
Monlaur-Bernet
L'église du villagz.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Astarac-Gimone
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Gers
Maire
Mandat
Roger Abadie
2014-2020
Code postal 32140
Code commune 32272
Démographie
Gentilé Montlaurais
Population
municipale
157 hab. (2016 en diminution de 18,23 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 09″ nord, 0° 30′ 45″ est
Altitude Min. 237 m
Max. 376 m
Superficie 12,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Monlaur-Bernet

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Monlaur-Bernet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monlaur-Bernet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monlaur-Bernet

Monlaur-Bernet (Montlaur e Vernet en gascon) est une commune française rurale, située dans le département du Gers en région Occitanie.

Ses habitants s'appellent les Montlauraises et les Montlaurais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département des Hautes-Pyrénées.

La grande ville la plus proche, Auch, se trouve à 33 km de distance.

Situation de Monlaur-Bernet.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Monlaur-Bernet[1]
Aujan-Mournède
Ponsan-Soubiran Monlaur-Bernet Chélan
Larroque
(Hautes-Pyrénées)
Peyret-Saint-André
(Hautes-Pyrénées)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à environ 2 km du mont Cassin situé à une altitude de 377 mètres. La superficie de la commune est de 12 km2 et l'altitude moyenne est de 339 m[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les principaux cours d'eau de la commune sont les ruisseaux de l'Arriouat, du Bois de Monlaur et d'Espia[3].

La commune est également située à environ 10-12 km des forêts de Campuzan et de Puydarrieux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Des traces du Paléolithique (outils de pierre) ont été retrouvées près du château de Bernet. En outre, des objets de l'époque gallo-romaine tels que des débris de poteries, mortier et meules à grains du Ier siècle montrent des traces de vie à cette époque. D'autres objets attestent également d'une présence au Moyen Âge comme des poteries et des armes.

Du Xe au XIIIe siècle, les seigneurs de Bernet étaient les Panassac. Bertrand de Panassac fit don de l'église à l’abbaye de Simorre en janvier 1074. Au XIIIe leur ont succédé les seigneurs de Castelbajac qui restèrent jusqu’en 1755, année au cours de laquelle le château a été racheté par le capitaine Joseph d’Abadie de Castelnau-Magnoac, dont les descendants sont toujours les actuels propriétaires du château. S'agissant de Monlaur, le livre Terrier de 1671 et le livre des mutations de 1749 mentionnent l'existence d’un château à l'endroit de l'ancien presbytère[4].

Les communes de Monlaur (nom qui vient du nom gallo-romain Laurus qui signifie laurier ou bien du nom Mont-Lauré qui signifie Mont labouré) et Bernet (qui trouve son origine dans le nom celtique verna qui signifie aulne) ont été rassemblées en 1822 par un édit royal.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Roger Abadie[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7]. En 2016, la commune comptait 157 habitants[Note 1], en diminution de 18,23 % par rapport à 2011 (Gers : +0,94 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
398287372406611592596568562
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
564528539473472442416417408
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
414414345314309324306289296
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
263246205189161160175161157
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Roch.
  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption est un édifice néo-gothique du XVIIIe siècle qui comprend une chapelle de la Vierge et une chapelle de Saint-Joseph.
  • La chapelle romane Saint-Roch a été construite sur l'éminence la plus haute du Gers : le Mont Cassin et ses 377 mètres d'altitude. Elle se situe sur un chemin de randonnée. Elle a été détruite à l'époque de la Révolution puis par un incendie, elle a été restaurée grâce à un donateur. Autrefois, saint Roch était célébré tous les mois, en pèlerinage. Des offices ont lieu régulièrement dans cette chapelle.
  • L'église Sainte-Foy, près du château, date du XVe siècle à l'initiative de Pierre-Arnaud de Castelbajac, évêque de Pamiers de 1483 à 1494. Un blason placé au-dessus du portail serait celui de Pierre-Arnaud de Castelbajac ou de François-Philibert de Savoie. L’église est décorée de semis d’étoiles, fleurs stylisées, blasons ainsi que de peintures murales du XIXe siècle. L'église comprend également une chapelle de la Vierge et deux fenêtres gothiques, l'une de style rayonnant et l'autre de style flamboyant.

Les produits régionaux[modifier | modifier le code]

Les produits de la région sont le canard à foie gras du Sud-Ouest, les volailles de Gascogne et du Gers, le jambon de Bayonne, les haricots tarbais. Les vins de la région sont le comté-tolosan, les côtes-de-gascogne et le Gers.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :