Monique Séka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seka (homonymie).
Monique Séka
Activité principale Chanteuse
Genre musical World music, Afro-zouk

Monique Séka est une chanteuse originaire de la Côte d'Ivoire. Née le 22 novembre 1965, elle est surnommée la reine de la musique Afro-zouk avec un timbre de voix exceptionnel. Avec la fusion musicale qu'elle engendre, Monique Seka est aussi une diva de la musique ivoirienne. C'est par ailleurs ce genre musical qui a fait tanguer le vaste continent, les Caraïbes et l'Océan Indien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès l’enfance, la future "Reine de l’Afro Zouk" a commencé à côtoyer le monde musical. Monique Séka représente la troisième génération d’une dynastie musicale de la Côte d’Ivoire. Monique Seka est la fille de Okoi Seka célèbre chanteur ivoirien des années 70[1]. Monique Seka fera son apprentissage auprès de son père avant d’entrer comme choriste dans l’Orchestre de la RTI (Radio Télévision Ivoirienne)[2], où l’idée lui vient de créer l’AFRO ZOUK, ce savant mélange de zouk et de rythmes africains, qui surprend et séduit en même temps les mélomanes.

Au milieu des années 80, la musique caribéenne envahit les marchés mondiaux. Monique se fond dans ce registre et sort en 1985 son premier album "Tantie Affoué". En 1989, elle confie la réalisation de ses arrangements au claviste cap verdien Manu Lima pour l’album "Missounwa"[2]. Ce mélange de zouk et rythmes africains séduit les mélomanes au-delà des frontières africaines, et s’affirmera avec son style que la presse ne tardera pas à qualifier d’Afro-Zouk[2].

A la fin de l'année 1992, elle rencontre Dominique Richard, membre fondateur de Radio Sun, la première radio Afro-caribéenne lancée à Lyon en juillet 1993, qui devient son producteur et imprésario. Ils se marient le 31 mars 1995, et quelques albums plus tard ils eurent une fille Carolyn Richard née le 9 février 1998.

En 1994, elle fait appel de nouveau à Manu Lima pour les arrangements de son nouvel album et revient au pays avec l’album "Okaman" dans ses bagages[2]. Dès lors, les Tubes et les albums s’enchaînent : "Adéba" en 1997, "Yélélé " en 1999[2] et de nombreux "best of" comportant des titres inédits : "Anthologie" en 1999, "15 ans 15 succès" en 2003, "Obligada" en 2005, etc.

Son succès lui a valu d'être sollicité pour de nombreux featuring d’artistes venus d'univers musicaux variés tel " Yaye Demin", une chanson à succès avec Meiway [3]. De duos zouk-love en rumba ou en mode hip-hop, elle expérimentera sa fusion musicale et élargira son concept afro-Zouk en néoafrozouk, avec les sonorités traditionnelles africaines qui ont aussi fait son succès.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Obligada
  • 2003 : Best of Album, Créon Music
  • 2000 : Anthologie
  • 1999 : Yelele, Sony Music
  • 1997 : Adeba
  • 1995 : Okaman, Déclic
  • 1989 : Missounwa, Éditions C.B.H.
  • 1986 : Tantie affoué

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Hommage à feu Okoua Séka Athanase : Monique Séka en attraction à Assuédji », sur abidjan.net, (consulté le 11 février 2017)
  2. a, b, c, d et e « Monique Séka », sur Music In Africa (consulté le 1er septembre 2017)
  3. « MONIQUE SEKA FEAT MEIWAY YAYE DEMIN - Video », sur BANDMINE (consulté le 9 avril 2017)