Monique Joly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joly.
Monique Joly
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint

Monique Joly est une comédienne canadienne née le à Jonquière et morte le (à 82 ans) à Montréal. Elle était l'épouse du comédien Benoît Girard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Monique Joly étudie à la Faculté des Lettres de l'Université Laval. Elle fait, à cette époque, partie de la « Troupe des Treize ». Elle fait ses débuts à la radio de Radio-Canada à l'émission « 'Trois de Québec ». Elle vient s'installer à Montréal où elle s'inscrit à l'École d'Art Dramatique du T.N.M. Sa première pièce professionnelle : Dom Juan de Molière. À la télévision, elle incarne Nichouette dans Cap-aux-sorciers, rôle pour lequel elle obtient le prix de « meilleure comédienne ». Madeleine, dans La Côte de sable. Suzanne, dans De 9 à 5, elle est la Chatonne dans Grujot et Délicat. Elle joue également dans le téléroman Les Berger où elle incarne le rôle de Monique Dubreuil. Du côté téléthéâtre, elle fait Le chant du berceau, Le dialogue des Carmélites, L'orme de mes yeux, elle tient le rôle de Poppy Davis dans Baby Hamilton au Théâtre Alcan. Au théâtre, elle fait Isabelle et le Pélican, Pour cinq sous d'amour, Les Sorcières, et un rôle dans La guerre. Yes Sir!. Au cinéma, on la retrouve dans À tout prendre, La Vie heureuse de Léopold Z, L'immigré, Les Années de rêves...

Monique Joly meurt le à l'hôpital Notre-Dame de Montréal des suites d'un cancer du pancréas[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • TV Hebdo, Encyclopédie artistique : 20 ans d'images à Radio-Canada, Éditeur: Berthold Brisebois et fabriquée par Les Publications Éclair Limitée, Ville d'Anjou, 1973, 324 pages, page 175.

Lien externe[modifier | modifier le code]