Monique Haicault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Monique Haicault
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (87 ans)
Nationalité
Formation
Activité

Monique Haicault, née le 17 juillet 1931, est une sociologue française. En 1984, Monique Haicault fait le lien entre les exigences professionnelles, appelées charge cognitive, et la gestion du foyer assurée généralement par les femmes, et qui de fait constitue pour ces dernières un travail supplémentaire. Ce concept qui définit cette situation génératrice d'inégalités pour les femmes est nommée par la sociologue charge mentale ménagère.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1969, Monique Haicault soutient une thèse de doctorat de psychologie sociale, à l'université Paris-Sorbonne, intitulée La Représentation de la profession et ses modifications chez des jeunes futurs techniciens en formation dans deux milieux scolaires différents.

De 1970 à 1993, elle est maîtresse de conférences à l' Université Toulouse Jean Jaurès. Ses thèmes de recherche sont : salariat et genre, travail domestique, travail à domicile, temps sociaux, temporalités urbaines, rapports sociaux de sexe, méthodologie de l’image, documentaires sociologiques. À partir de 1977, elle réalise des documentaires vidéos[1].

Responsabilités scientifiques[modifier | modifier le code]

Elle est chercheuse associée au Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (LEST) depuis 1985.

Elle est co-responsable du comité de recherches « Sociologie des rapports sociaux de sexe » créé en 1992 à l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française, ainsi que du « Réseau National Pratiques audiovisuelles en Sciences Sociales » créé en 1986.

Elle est également membre de l’équipe pluridisciplinaire Femmes-Méditerranée, créé en 1994[1].

Charge mentale domestique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, sociologues et psychologues voient se profiler de profondes transformations du travail ouvrier. Le travail physique diminue et devient de plus en plus sollicitation psychique. Sylvie Hamon-Cholet dirige une enquête en 1998 , sur ces nouvelles pressions nommées charge mentale. En même temps, le travail domestique fait également l'objet de recherches et d'études. Les statistiques montent que le travail domestique est assurée par les femmes.

En 1984, Monique Haicault associe charge domestique et charge mentale dans un article intitulé « La gestion ordinaire de la vie en deux ». Elle établit le lien entre travail domestique et familiale et les nouvelles exigences professionnelles[2].

Publications[modifier | modifier le code]

Direction scientifique[modifier | modifier le code]

  • Geneviève Dermenjian (dir) et Monique Haicault] (dir.), Le forum et le harem : femmes et hommes, pratiques et représentations : [séminaire, 1995] / Equipe pluridisciplinaire Femmes-Méditerranée, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, (ISBN 2-85399-399-X), p. 243
  • Monique Haicault, La Représentation de la profession et ses modifications chez des jeunes futurs techniciens en formation dans deux millieux scolaires différents : thèse de doctorat, vol. 2 vol, Paris, Centre d'études et de recherches sur les conditions d'emploi et de travail des jeunes Ministère du travail, de l'emploi et de la population, , 220 p.
  • Monique Haicault (responsable scientifique), Hélène Coucoureux (rédactrice) et Martine Pages (rédactrice) (Université de Toulouse-Le Mirail ; Institut de sciences sociales, Laboratoire de sociologie associé au C.N.R.S. n ° 245, [recherche effectuée pour la] Direction de la construction, Ministère de l'urbanisme et du logement), La Vie en deux : ouvrières de l'électronique en habitat individuel du péri-urbain toulousain, Paris, Plan construction et habitat, , 213 p. (ISBN 2-1108-4410-8), p. 213

Analyse d'enquête[modifier | modifier le code]

  • Jean Rousselet (enquête réalisée sous la dir) et Monique Haicault (analyse et rédaction) (Ministère du travail, de l'emploi et de la population, Fonds national de l'emploi, Centre d'études et de recherches sur les conditions d'emploi et de travail des jeunes ; enquête réalisée par le C.E.R.C.E.T.J.), Développement comparé staturo-pondéral et pubertaire d'adolescents apprentis de l'industrie et de l'agriculture d'origine rurale et d'origine urbaine, Paris, C.E.R.C.E.T.J., , 106 p.
  • Jean Rousselet (enquête réalisée sous la dir) et Monique Haicault (analyse et rédaction) (Ministère du travail, de l'emploi et de la population, Fonds national de l'emploi, Centre d'études et de recherches sur les conditions d'emploi et de travail des jeunes ; enquête réalisée par le C.E.R.C.E.T.J.), La Formation scolarisée de la main-d'œuvre féminine juvénile dans les métiers du secrétariat, Paris, C.E.R.C.E.T.J., , 94 p.

Sélection d'articles[modifier | modifier le code]

  • Monique Haicault, « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du Travail, Association pour le développement de la sociologie du travail, série No. 3, vol. 26 « Travail des femmes et familles »,‎ (lire en ligne)
  • Monique Haicault, « Autour d'Agency : un nouveau paradigme pour les recherches de genre », Rives méditerranéennes,‎
  • Monique Haicault, « Introduction : observer, analyser et montrer le travail par le film », cinéma et sciences sociales, Publications de l'Université de Provence,‎
  • Monique Haicault, « Les femmes, le droit à l'espace et à la politique urbaine : une approche par l'image de trois villes : Rennes, Marseille, Liège », Les femmes entre la ville et la cité, Marie-Blanche Tahon et Céline Widmer, vol. Tome 3,‎
  • Monique Haicault, « Genre, temporalités, pratiques des espaces », Genre, temporalités, pratiques des espaces : quels outils, quelles approches, pour quels types de territoires?, vol. Tome 3,‎ (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laboratoire d'Economie et de Sociologie du Travail, « Monique HAICAULT », sur www.lest.cnrs.fr,
  2. Cécile Daumas, « L’inattendu retour de la «charge mentale» », Libération.fr,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]