Mongi Hamdi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mongi Hamdi
Illustration.
Mongi Hamdi lors d'une conférence de presse aux États-Unis en 2014.
Fonctions
Secrétaire général adjoint, représentant spécial du secrétaire général de l'ONU au Mali et chef de la MINUSMA

(11 mois et 25 jours)
Prédécesseur Bert Koenders
Successeur Mahamat Saleh Annadif
Ministre tunisien des Affaires étrangères

(1 an et 8 jours)
Président Moncef Marzouki
Béji Caïd Essebsi
Chef du gouvernement Mehdi Jomaa
Gouvernement Jomaa
Prédécesseur Othman Jerandi
Successeur Taïeb Baccouche
Biographie
Date de naissance (60 ans)
Nationalité tunisienne
Parti politique Indépendant
Diplômé de Université de Californie du Sud
Université Harvard

Mongi Hamdi (arabe : منجي حامدي), également orthographié Mongi Hamedi, né le 23 avril 1959 à Sidi Bouzid, est un diplomate et homme politique tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

En 1982, Mongi Hamdi obtient un diplôme d'ingénieur d'État à l'École nationale d'ingénieurs de Tunis[1]. Après avoir décroché un master à l'université de Californie du Sud[2], il y obtient en 1988 un PhD d'ingénieur[1]. Il décroche ensuite, en 1996, un diplôme de politique macroéconomique et de gestion de l'université Harvard[1].

Carrière à l'ONU[modifier | modifier le code]

De 1988 à 1998, Hamdi exerce diverses fonctions au secrétariat des Nations unies à New York, notamment liées aux affaires économiques et sociales[1]. De 2001 à 2013, il dirige le secrétariat de la Commission de la science et de la technologie pour le développement à Genève, organe de l'ONU chargé de conseiller l'Assemblée générale des Nations unies et le Conseil économique et social des Nations unies sur les questions liées à la technologie, à l'innovation et au développement[1]. En 2012, il est promu chef du cabinet du secrétaire général de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), puis directeur de la planification stratégique et de la coordination au bureau du secrétaire général de la CNUCED[1].

Durant ses années à l'ONU, Hamdi est amené à publier, superviser et participer à de nombreux rapports de l'ONU, ainsi que certains articles à propos des questions économiques et du développement[1].

Ministre des Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Le 29 janvier 2014, il est nommé ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Mehdi Jomaa[3]. Il est secondé par un secrétaire d'État, Fayçal Gouiaa. Le 12 février 2015, lors d'une cérémonie organisée au palais de Carthage, il se voit décoré par le président de la République tunisienne[4].

Mission des Nations unies au Mali[modifier | modifier le code]

Le 12 décembre 2014, il est désigné comme chef de la mission des Nations unies au Mali, succédant au Néerlandais Bert Koenders[5]. Il prend officiellement ses fonctions le 20 janvier 2015 et la préside durant les négociations de paix inter-maliennes qui aboutissent, le 20 juin, à la signature de l'accord d'Alger par les principaux groupes rebelles du nord du Mali[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Hamdi est marié et père de trois enfants[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h « Who's Who : Mongi Hamdi », sur leaders.com.tn, (consulté le 24 janvier 2019)
  2. « Biographie de Mongi Hamdi, nouveau ministre des Affaires étrangères », sur businessnews.com.tn, (consulté le 24 janvier 2019)
  3. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 10,‎ , p. 331 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le 24 janvier 2019)
  4. Nawel Bizid, « Tunis : Mehdi Jomaa et ses ministres décorés par le président Beji Caid Essebsi », sur webdo.tn, (consulté le 24 janvier 2019)
  5. Perrine Massy, « Mongi Hamdi nommé chef de la mission de l'ONU au Mali », sur webdo.tn, (consulté le 24 janvier 2019)
  6. « Mali : trois mois après la signature de l'accord de paix, le chef de la MINUSMA fait état d'une situation fragile, émaillée de violations du cessez-le-feu », sur un.org, (consulté le 24 janvier 2019)
  7. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 14,‎ , p. 491 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le 24 janvier 2019)
  8. « Décoré de la Médaille nationale, Mongi Hamdi fait ses adieux au Mali », sur leaders.com.tn, (consulté le 24 janvier 2019)
  9. « Mongi Hamdi », sur vitaminedz.com, (consulté le 24 janvier 2019)