Moncorneil-Grazan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moncorneil-Grazan
Route principale.
Route principale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Astarac-Gimone
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Gers
Maire
Mandat
René Pagotto
2014-2020
Code postal 32260
Code commune 32266
Démographie
Gentilé Moncorneillais
Population
municipale
162 hab. (2014 en augmentation de 18,25 % par rapport à 2009)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 15″ nord, 0° 39′ 16″ est
Altitude Min. 204 m
Max. 314 m
Superficie 7,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Moncorneil-Grazan

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Moncorneil-Grazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moncorneil-Grazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moncorneil-Grazan

Moncorneil-Grazan (Montcornelh e Grasan en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Les habitants s'appellent les Moncorneillais et les Moncorneillaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Moncorneil-Grazan est une commune gasconne, située dans l'Astarac. Elle est limtrophe au nord de Tachoires, au nord-ouest de Pouy-Loubrin, à l'ouest et au sud de Bellegarde, et à l'est de Betcave-Aguin.

Situation de Moncorneil-Grazan.

Son territoire est constitué de trois anciennes communes : Moncorneil-Devant (à l'est), Moncorneil-Derrière (à l'ouest) et Grazan (au nord). La partie sud de son territoire comporte une enclave de la commune de Bellegarde.

Moncorneil-Grazan sur la carte de Cassini de 1770.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Moncorneil-Grazan
Pouy-Loubrin Tachoires
Bellegarde Moncorneil-Grazan Betcave-Aguin
Bellegarde

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village vu depuis l'église de Grazan.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Moncorneil-Grazan est traversée du sud vers le nord par la vallée de l'Arrats.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Entrée sud du village.

Moncorneil-Grazan est traversée par la route départementale D40 reliant Aubiet à Mont-d'Astarac.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Montcorneil est composé de Mont suivi de Corneil. L'ensemble pourrait désigner une "hauteur en forme de corne".

Grazan vient du latin Gratianium, nom d'un domaine gallo-romain appartenant à un certain Gratius et situé à l'emplacement actuel de la commune[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1821, un édit royal a entériné le regroupement de Moncorneil-Derrière, Moncorneil-Devant et de Grazan et la commune a pris alors le nom de Moncorneil-Grazan. Moncorneil-Derrière, la plus grande entité, est devenu le chef-lieu de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Grazan
Article détaillé : Grazan#Liste des maires.
Moncorneil-Derrière
Moncorneil-Devant
Article détaillé : Moncorneil-Devant#Liste des maires.
Moncorneil-Grazan
Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
1821 1826 Dominique Daude   Maire de Moncorneil-Derrière
1827 1830 Antoine Compans    
1831 1832 Barthélémy Despax    
1833 1835 Dominique Daude    
1835 1840 Antoine Compans    
1840 1844 Mathieu Figarol    
1844 1848 Cyprien Daude    
1848 1849 Adrien Despax    
1849 1850 Cyprien Daude    
1850 1850 Bernard Abadie    
1851 1854 Cyprien Daude    
1854 1864 Joseph Lasserre    
1864 1870 Cyprien Daude    
1870 1874 Jules Compans    
1874 1876 Mathieu Figarol    
1876 1878 Jules Compans    
1878 1888 Antoine Biane    
1888 1904 Jean Duran    
1904 1908 Anselme Cartier    
1908 1919 Jean Desbarats    
1919 1929 Julien Idrac    
1929 1930 Henri Serin    
1930 1935 Joseph Bajon    
1935 1944 Henri Serin    
1945 1965 Noël Dastugue    
1965 1977 Marius Dastugue    
1977 1987 André Libaros    
1987 1995 Marius Dastugue    
1995 2001 Bernard Charousset    
2001 2008 René Pagotto    
mars 2008 2014 Michel Boutillon[3]    
2014 en cours René Pagotto    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2014, la commune comptait 162 habitants[Note 1], en augmentation de 18,25 % par rapport à 2009 (Gers : +1,84 %).
          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
86 96 95 110 312 317 325 319 303
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
280 293 270 264 251 242 241 224 218
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
202 184 155 148 150 159 158 145 143
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
129 101 109 97 104 125 128 131 158
2014 - - - - - - - -
162 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école mixte, créée en 1838, a fonctionné jusqu'en 1966.

Actuellement les élèves de l'école primaire sont scolarisés majoritairement à Seissan et Masseube.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La mairie  ;
  • L’église Saint-Jean Baptiste de Moncorneil-Derrière, initialement la chapelle du château depuis 1618 et reconstruite au XIXe siècle, elle possède un clocher-porche ;
  • Le château, détruit en 1588 puis reconstruit en 1608, vendu sous Napoléon comme bien national à un habitant de Grazan, puis séparé en deux parties en 1839 et appartenant de nos jours à deux familles distinctes[8] ;
  • L’église romane Saint-Hippolyte de Grazan et son cimetière qui comprend des sarcophages issus d'un ancien sanctuaire. L'église célèbre également le saint local Saint-Sabin avec une source de dévotion impliquant un pèlerinage le 11 juillet, jour de la Saint-Sabin[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. I : Arrondissement d'Auch, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers, , 460 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF39151085)
  2. MairesGenWeb
  3. Site de la préfecture - Fiche de Moncorneil-Grazan
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  8. a, b et c Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310)