Moncef Slaoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Moncef Slaoui
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
AgadirVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Lonza (avril - ), Intellia (en) ( - ), Moderna (-), Galvani Bioelectronics (en) (depuis ), International AIDS Vaccine Initiative (en) (-), Fondation du Qatar (-), GlaxoSmithKline (-), Université de MonsVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Directeur de thèse
Jacques Urbain (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Moncef Mohamed Slaoui (en amazighe : ⵎⵓⵏⵚⴼ ⵙⵍⴰⵡⵉ) est un professeur et chercheur marocain [1], belge et américain, né le à Agadir (Maroc) .

Le , il est nommé par Donald Trump coordinateur de la stratégie vaccinale de son administration contre la Covid-19 (programme gouvernemental Operation « Warp Speed »). Cette mission s'achève avec l'arrivée de l'administration Biden en [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Moncef Slaoui commence à s'intéresser à la médecine à la suite du décès de sa sœur, atteinte de coqueluche[3],[4].

Moncef Slaoui est titulaire d’un doctorat en immunologie et en biologie moléculaire préparés à l'Université libre de Bruxelles (ULB)[1]. Il a travaillé trente ans durant dans le groupe pharmaceutique GSK où il a développé des vaccins contre la gastro-entérite infantile à rotavirus et contre le cancer du col utérin, tout en réduisant les effectifs de l'entreprise[5].

Il est partenaire de Medicxi, une importante société européenne de capital-risque et membre du directoire du groupe de biotechnologies Moderna.

Il est nommé par le président Donald Trump chef de l'opération Warp Speed (OWS), partenariat public-privé mis en place début avril 2020 par le gouvernement américain pour faciliter et accélérer le développement, la fabrication et la distribution de vaccins, thérapeutiques et diagnostics contre la Covid-19. Il est à ce titre chargé de distribuer les financements publics américains aux entreprises du secteur pharmaceutique[6].

La sénatrice Elizabeth Warren a dénoncé un conflit d'intérêts, Moncef Slaoui détenant alors pour plus de 10 millions d’euros d’actions dans Moderna[6].

Distinction[modifier | modifier le code]

En 2016, il est reconnu comme l'un des « 50 plus grands leaders mondiaux » du magazine Fortune pour son travail sur les maladies sous-étudiées qui sont courantes dans les pays en développement.

Notes et références[modifier | modifier le code]