Monastère de Shalu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le monastère de Shalu (tibétain : ཞྭ་ལུ།, Wylie : Zhwa-lu ; pinyin tibétain Xalu ; chinois simplifié : 夏鲁寺 ; chinois traditionnel : 夏魯寺 ; pinyin : Xiàlǔ Sì).

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le monastère

Durant la révolution culturelle, les gardes rouges se sont acharnés ici sur ce symbole religieux. Cependant, le Grand Temple d'or, construit au XIVe siècle, a été épargné[1]. Les écrits de Buton Rinchen Drup comportant 227 volumes qui étaient conservés à Shalu furent brûlés par les gardes rouges[2].

Depuis 1988, il est classé sur la liste des Sites historiques et culturels majeurs protégés au niveau national.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Louis Gigout Syracuse: Chroniques de voyage, p. 166
  2. Lolo Houbein, Tibetan transit, Kangaroo Press, 1999 (ISBN 0731808096 et 9780731808090), p. 188« Buton Rinchen Drup himself wrote out 227 volumes of commentaries by hand with a metal pen. Copies were made over the years and any monastery worth its salt would have the complete Kanjur and Tanjur. But the originals and the scholar's pen, kept in Shalu monastery, were burnt by Red Guards during the Cultural Revolution, as were his personal writings. Scholars' hearts and pilgrims' hearts break at hearing this. »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Autre lecture[modifier | modifier le code]

  • Roberto Vitali, 1990. Early Temples of Central Tibet. Serindia Publications. London. (ISBN 0-906026-25-3). Chapter Four: "Shalu Serkhang and the Newar Style of the Yüan Court." Pages 89–122.