Monastère Saint-Pierre de Siresa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Monastère Saint-Pierre de Siresa
Image illustrative de l’article Monastère Saint-Pierre de Siresa
Présentation
Nom local Monasterio de San Pedro de Siresa
Culte Catholique romain
Type Abbatiale
Début de la construction IXe siècle
Fin des travaux XIIIe siècle
Style dominant Roman
Protection Classé BIC (1931)
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Aragon Aragon
Province Province de Huesca Province de Huesca
Commune Valle de Hecho (Siresa)
Coordonnées 42° 45′ 19,49″ nord, 0° 45′ 17,5″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Aragon

(Voir situation sur carte : Aragon)
Monastère Saint-Pierre de Siresa

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Monastère Saint-Pierre de Siresa

Le monastère Saint-Pierre de Siresa est un monastère roman, situé dans le village de Siresa, au cœur de la vallée pyrénéenne de Hecho, dans la province de Huesca, au nord de l'Aragon.

Situé à 822 m d'altitude, au nord de la communauté autonome aragonaise, il est le monastère aragonais le plus septentrional. Fondé en 833 par le comte d'Aragon, Galindo Garcés, il devint un des lieux d'expression et de conservation de la culture aragonaise aux premiers temps de la reconquête. C'est en particulier dans l'école de ce monastère que fut formé le roi Alphonse Ier « le Batailleur ». Entré en décadence au XIIe siècle, il fut abandonné à la fin de ce même siècle.

Aujourd'hui, seule l'église abbatiale a survécu du vaste monastère. Elle sert d'église paroissiale aux habitants du village de Siresa, qui s'est développé aux pieds de l'abbaye. Le bâtiment est protégé depuis 1931, date de son inscription à la liste des monuments historiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fondation du monastère de Siresa intervient dans le contexte des débuts de la reconquête de l'Espagne par des autorités politiques chrétiennes. Par un document daté du 25 novembre 833, le comte Galindo Garcés donne des terres pour qu'un nouveau monastère y soit fondé. Il est construit sur un édifice antérieur, de style préroman, de style wisigothique ou carolingien, comme des fouilles entreprises en 1991 l'ont montré[1] ; il y avait notamment une église à trois nefs parallèles avec une abside rectangulaire, et peut-être un ancien lieu d'accueil pour les voyageurs utilisant la voie romaine reliant Saragosse au Béarn[2]. Il est possible qu'outre sa portée religieuse, la fondation du monastère ait eu parmi ses objectifs de fixer des populations dans une vallée tout juste reconquise, dans un emplacement stratégique.

D'après l'historien José Luis Corral, le monastère ne serait pas une fondation carolingienne, mais plutôt une réaction « indigène » aragonaise face à la présence carolingienne croissante dans les vallées pyrénéennes ; toujours d'après lui, les premiers moines n'auraient pas été d'origine franque, mais des mozarabes réfugiés originaires de la vallée de l'Èbre. Cela pourrait expliquer entre autres que le rite mozarabe soit toujours pratiqué dans les monastères aragonais au milieu du XIe siècle[3].

Le premier abbé du monastère est Zacarias, qui organise la communauté suivant la règle d'Aix[4], approuvée par un synode réuni à 816 à Aix-la-Chapelle, et inspirée de la règle de Chrodegang de Metz. À l'occasion d'une visite du monastère, sans doute en 852, Euloge de Cordoue note l'importance du monastère, et notamment de sa bibliothèque. En 867, le comte d'Aragon Galindo Ier Aznárez cède au monastère le village d'Echo, dans le Valle de Echo, et par la suite la totalité de la vallée. D'après José Luis Corral, les comtes d'Aragon renforcent ainsi la position du monastère, qui apparaît lié à la dynastie comtale ainsi qu'à l'indépendance du comté d'Aragon[5].

Au Xe siècle, le monastère est un temps le lieu de résidence des évêques de Huesca (l'évêque est itinérant depuis la prise de Huesca par les Omeyyades en 713), avant que celui-ci ne s'implante à Jaca en 1076, puis à Huesca une fois la ville reconquise, en 1096. À la fin du XIe siècle, le fils de Sanche Ier d'Aragon, Alphone Ier d'Aragon, suit une partie de son éducation à Siresa[6]. Monté sur le trône en 1104, celui-ci confirme les privilèges du monastère, et lui en accorde d'autres. Placé sous l'autorité de l'évêque de Huesca et Jaca en 1145, Saint-Pierre de Siresa tend par la suite à perdre de sa puissance politique et économique[7].

Architecture et mobilier[modifier | modifier le code]

Le Christ sculpté de Siresa.

L’unique édifice qui subsiste aujourd’hui est l’église abbatiale, qui pour l’essentiel remonte au XIIe siècle. La construction a commencé en 1082, à l’emplacement de l’ancienne église de style carolingien, et n’a jamais été complètement achevée. L’église a une seule abside, de forme semi-circulaire à l’intérieur et polygonale à l’extérieur, et sous laquelle se trouve la crypte. L’église conserve des éléments préromans, notamment la base de la nef et le portail principal. Son style est particulièrement sobre ; le seul motif sculpté est un chrisme au tympan du portail principal. Les traces d'une restauration au XIIIe siècle, de moindre qualité que les travaux précédents, sont visibles[8].

L'église conserve une partie de son mobilier, dont un Christ en bois sculpté provenant d'une Descente de croix, une Vierge sculptée du XIIIe siècle et des retables dédiés à l'évangéliste Jean, à la Trinité, à saint Étienne et à saint Jacques.

Protection[modifier | modifier le code]

Le monastère fait l’objet d’un classement en Espagne au titre de bien d'intérêt culturel depuis le [9]. Plusieurs campagnes de recherches archéologiques y ont été menées à bien depuis lors.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Sires sur jdiezarnal.com.
  2. (es) Cobreros, Jaime, Las rutas del románico en España, vol. II (Aragón, Cataluña, Navarra, País Vasco y La Rioja), Grupo Anaya, S.A., Madrid, 2004.
  3. (es) José Luis Corral Lafuente, « El proceso de centralización de los monasterios aragoneses entre los siglos IX y XI », dans Homenaje a Don Antonio Durán Gudiol, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1995, (ISBN 84-8127-036-9), p. 233.
  4. (es) Domingo J. Buesa Conde, Historia del Alto Aragón, Editorial Pirineo, 2000, (ISBN 84-87997-79-1), 354 p.
  5. (es) José Luis Corral Lafuente, « El proceso de centralización de los monasterios aragoneses entre los siglos IX y XI », dans Homenaje a Don Antonio Durán Gudiol, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1995, (ISBN 84-8127-036-9), p. 233.
  6. (es) Cobreros, Jaime, Las rutas del románico en España, vol. II (Aragón, Cataluña, Navarra, País Vasco y La Rioja), Grupo Anaya, S.A., Madrid, 2004.
  7. (es) Sires sur jdiezarnal.com.
  8. (es) Monasterio de San Pedro de Siresa sur guiaservicios.com.
  9. Base BIC du ministère espagnol de la Culture sous le nom Iglesia Monasterio de San Pedro de Siresa et le n° de référence RI-51-0001075.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]