Mona Eltahawy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mona Eltahawy
Biographie
Naissance
(50 ans)
À Port-Saïd en Égypte
Nom dans la langue maternelle
منى الطحاويVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Site web

Mona Eltahawy (en arabe : منى الطحاوى), née le (50 ans) à Port-Saïd en Égypte, est une journaliste, écrivaine, militante féministe, activiste[1] et commentateur freelance égypto-américaine basée au Caire et à New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a acquis la citoyenneté américaine en 2011[2] après avoir été violée et eu ses bras cassés[Note 1] place Tahrir alors qu'elle couvrait les événements de la révolution égyptienne. Elle a écrit des essais et des éditoriaux pour les publications dans le monde entier sur l'Égypte et le monde islamique, y compris les problèmes des femmes et les affaires politiques et sociales. Son travail est paru notamment dans le Washington Post, The New York Times, Christian Science Monitor et le Miami Herald.

Elle a aussi été analyste, invitée à la radio et à la télévision[3] et a également parlé publiquement dans des universités, des tables rondes et des rencontres interreligieuses sur les droits humains et la réforme du monde islamique, le féminisme et les relations islamo-chrétiennes. Elle parle au nom des droits des femmes dans le monde arabe et s'oppose aux mutilations génitales féminines. Son premier livre contre la misogynie dans le monde arabe Foulards et hymens - Pourquoi le Moyen-Orient doit faire sa révolution sexuelle, a été publié en mai 2015[4]. Elle y dénonce « un mélange toxique de culture et de religion » et en particulier la diffusion de son interprétation ultraconservatrice venue d'Arabie saoudite[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Foulards et hymens. Pourquoi le Moyen-Orient doit faire sa révolution sexuelle [« Headscarves and hymens »], trad. d’Alison Jacquet Robert & Carla Lavaste, Paris, éditions Belfond, coll. « Littérature étrangère - Documents », 2015, 258 p. (ISBN 978-2-7144-6017-2)

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse en 2009[6].
  • Lauréate du prix de la Fondation Anna Lindh en 2010[7].
  • Elle a été classée 258e parmi les 500 personnes du monde arabe les plus influentes au monde, par le magazine CEO Middle East en 2012[8].
  • Elle a été sélectionnée comme l’une des 100 femmes arabes les plus influentes au monde, par le magazine CEO Middle East (30e en mars 2013[9] et 62e en mars 2015[10]), pour son activisme culturel et social.

Citations[modifier | modifier le code]

« À toutes les filles du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord : soyez impudiques, soyez rebelles, désobéissez, et sachez que vous méritez d'être libre. »

— Mona Eltahawy dans son livre Foulards et hymens - Pourquoi le Moyen-Orient doit faire sa révolution sexuelle[11].

« Nommez-moi un pays arabe et je vais vous réciter une litanie de violations alimentées par un mélange toxique de la culture et de la religion que peu semblent disposés ou en mesure de démêler de peur qu'ils blasphèment ou offensent. »

— Mona Eltahawy dans un article du Foreign Policy daté du 23 avril 2012[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En cadeau pour avoir survécu elle se teint les cheveux en rouge et se tatoue sur un bras la déesse Sekhmet et sur l'autre en calligraphie arabe le nom de la rue où elle a été agressée.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Foulards et hymens - Pourquoi le Moyen-Orient doit faire sa révolution sexuelle (lire en ligne), publié en mai 2015. Mona Eltahawy traduit par Alison Jacquet Robert et Carla Lavaste (ISBN 9782714460172).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]