Moleskine (tissu)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Moleskine.

La moleskine (ou molesquine) est une toile de coton tissé serré, recouverte d'un enduit flexible et d'un vernis souple imitant le grain du cuir[1] avec l'aspect d'un velours rasé, d'une peau de taupe (mole skin en anglais).

Cette toile a été largement utilisée en France pour fabriquer des vêtements de travail en raison de sa solidité.

Vêtements de travail[modifier | modifier le code]

La moleskine est souvent présentée comme le pendant français du denim américain, les deux étant fréquemment teintés à l'indigo et destinés au même usage. Les vêtements en moleskine français peuvent cependant exister en d'autres couleurs en fonction du public pour lequel ils étaient confectionnés : blanc pour les peintres, noir pour les charpentiers, bleu pour les ouvriers d'usine…

Autres usages[modifier | modifier le code]

Le tissu sert aussi de doublure pour les poches de vestes de chasse en coton huilé.

Cette toile a aussi été utilisée pour recouvrir des carnets, dits carnets de moleskine, dont s'est inspirée la marque Moleskine.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Dans “La peste" d'Albert Camus, p.102 Ed.Folio "...à force d'attendre sur une banquette de moleskine..."

Dans À l'arrière des taxis, le texte de Noir Désir évoque des banquettes en moleskine dans les taxis français[2].

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Petit Larousse illustré, 1992.
  2. Noir Désir, À l'arrière des taxis