Moingt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moingt
Moingt
Ancienne mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Statut Commune jusqu'en 1972
Commune associée de 1973 à 2012
Code postal 42600
Code commune 42144
Démographie
Population 1 530 hab. (1954)
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 34″ nord, 4° 04′ 29″ est
Historique
Date de fusion 1/1/1973
Commune(s) d'intégration Montbrison
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 15.svg
Moingt
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 15.svg
Moingt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Moingt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Moingt

Moingt est une ancienne commune française de la Loire devenue commune associée à Montbrison en 1973. Ces deux communes ont totalement fusionné en 2013[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Moingt est située près du Moingt, affluent du Vizezy, sur l'ancienne route de Feurs à Rodez[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moingt devient romaine assez tôt, car les monnaies trouvées sur le site incluent un certain nombre datant des premiers empereurs romains[3]. Cette localité est connue dans l'antiquité sous le nom de Aquis Segete ou Aquæ Segetæ, station thermale gallo-romaine[4]. Elle possède des thermes, un théâtre, un lieu de culte et des bâtiments publics et privés[2]. Elle se trouve sur la voie Bolène, dont on a retrouvé une borne milliaire.

Devenue Mondonium au Moyen Âge[5], au XIIe siècle c'est un bourg fortifié, mentionné comme castrum en 1223[6] dont subsiste une tour. Elle est capitale du comté, avec plusieurs églises dont l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste détruite au XIXe siècle, un hôpital et un château donné par le comte du Forez, Guy IV, au chapitre de l'église Notre-Dame de Montbrison. Une maladrerie (domo infirmariae Modonii) est construite en 1140[7], administrée par l'Hôtel-Dieu de Montbrison (hospitalis pauperum Montisbrisonis) dès 1325 au plus tard (et vraisemblablement avant cette date) : cette année-là, le curé de Moingt réclame des redevances que la maladrerie lui doit, payables par l'Hôtel-Dieu ; et en 1327 une partie de ces redevances est échangée contre la jouissance du jardin de la maladrerie, en faveur du curé Durand de la Roche. En 1635 le nom de Saint-Lazare apparaît dans la mention d'un prieur[5].

Au XVIIIe siècle, Moingt est une paroisse et une seigneurie[7]. Plusieurs moulins existent sur la commune : moulin de la boulangerie (mentionné en 1794), moulin de la Roche (mentionné en 1795), moulin de Bénévent (mentionné en 1832), moulin de Mathieu Duché, moulin de Jean Legrand (mentionnés en 1827), moulin de la Calle (mentionné en 1838), moulin à huile Favier (mentionné en 1839), moulin Moulard (mentionné en 1926, peut-être le moulin de la Roche), moulin dit moulin d'en-bas (mentionné en 1809 et 1986)[8].

Les trois premières fontaines du bourg apparaissent vers 1839. Vers 1850 le puits de la place Saint-Jean est remplacé par une pompe à balancier. Une pompe fontaine dessert le quartier du grand chemin dès 1852, et une autre en 1853 pour le quartier du château et une troisième est installée cette même année 1853 dans le bourg. Malgré tout, en 1862 l'eau manque encore en celle délivrée par les pompes fontaines est de mauvaise qualité. Cette situation perdure pendant plus e 30 ans. En 1922 la commune inclut 15 fontaines et il n'y a plus note de plaintes[9].

Rattachement à Montbrison

En 1837 le conseil municipal de Montbrison demande que Moingt et Savigneux soient rattachées à Montbrison. Une nouvelle demande en 1946 est refusée par la population de Moingt. En 1973, Moingt est finalement associée à Montbrison[4].
Lors d'un référendum qui s'est tenu en 2011, les habitants ont refusé la défusion[10]. En 2013, elle fusionne avec sa voisine[1] qui s'est largement plus développée que Moingt.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Thinet[11]    
an XIII   Forrest[11]    
an XIII   Claude Vial[11]    
? ? Jean Poyet[11]    
1825 ? Antoine Rochet[11]    
1826 ? Benoît Hylaire Goutorbe[11]    
1830 ? Georges Gourad[11]    
1831 ? Mathieu Clavelloux[11]    
? ? Passel[11]    
1846 ? Amable Favier[11]    
1854 ? Georges Genebrier[11]    
1860 ? Joseph Bourboulon[11]   avoué
1864 ? Antoine Clavelloux[11]   encore en 1871, mais l'adjoint François Guérin remplit occasionnellement les fonctions de maire, dès 1870 au moins
? ? Germain Guérin[11]   vers 1877, est membre du conseil municipal
18 mai 1884 ? Claveloux Antoine[11]    
7 novembre 1887 ? Jean-Marie Vilvert[11]    
20 mai 1888 ? Bufferne[11]   renouvelé en 1892
1895 ? Mathieu Claveloux[11]   renouvelé en 1904
29 juillet 1906 ? François Marnat[11]   reconduit en 1908
25 juin 1910   Claveloux[11]    
1916 ? Nourrrisson[11]    
1919 ? Laurent Nourrisson[11]    
         
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
530559513611655701736869944
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8629391 0121 0151 0441 0891 2681 2081 163
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2111 1261 1561 2531 2951 3281 3651 4231 530
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini[12])


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Julien d'Antioche[modifier | modifier le code]

Elle est mentionnée en 1096 dans les chartes du Forez. C'est d'abord une église avec porche d'époque mérovingienne puis avec une abside semi-circulaire carolingienne. Au XIe siècle, on a une église romane avec un haut clocher barlong. La chambre des cloches date du XIIe siècle. Elle a subi des transformations importantes au XVIe siècle avec le remplacement des absidioles par une chapelle. Une nouvelle façade et une voûte en plein-cintre sont réalisés au XIXe siècle[13].

Elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis le [14].

La chapelle Sainte-Eugénie[modifier | modifier le code]

C'est la chapelle d'un ancien prieuré. Elle est classée à l'inventaire des monuments historiques le [15].

Le théâtre gallo-romain[modifier | modifier le code]

C'est un théâtre mixte antique ruiné construit au Ier siècle. Le site est classé monument historique le [16].

L'enceinte médiévale[modifier | modifier le code]

Il en subsiste une tour et une porte dont les parties les plus anciennes sont du XIIIe siècle. Leur aspect actuel date de la fin du XIXe siècle. L'enceinte est inscrite à l'inventaire des monuments historiques le [17].


Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Commune de Moingt (42144) », Code officiel géographique (COG), sur insee.fr (consulté le ).
  2. a et b [Le Nézet-Célestin 2009] Monique Le Nézet-Célestin, « Montbrison-Moingt – 6 rue Neuve, fouille préventive » (notice archéologique), ADLFI. Archéologie de la France - Informations,‎ (ISSN 2114-0502, DOI 10.4000/adlfi.3376, lire en ligne, consulté en ).
  3. [Antoine 1883] M. Antoine, Histoire du Forez de l'époque gauloise à nos jours, Saint-Étienne, libr. Chevalier / impr. Theolier & Cie, , 245 p., sur gallica (lire en ligne), p. 20.
  4. a et b [Monnet 2006] Thierry Monnet, « Présentation de la commune de Moingt (associée à Montbrison) », dossier no IA42001387, sur patrimoine.rhonealpes.fr, Conseil général de la Loire, (consulté en ).
  5. a et b « Synthèse de la documentation concernant la « maladrerie » ou « léproserie », l'église Saint-Maurice », dans Monnet 2006, Annexe 2 en bas de page.
  6. Olivier Fundakowska, « Recherche d'archives sur le vieux bourg de Moingt », dans Caroline Guibaud & Thierry Monnet, Bourg de Moingt (dossier d'archives no IA42003628 ; chercher dans la page la section « Annexes » où le document d'O. Fundakowska est listé et cliquer sur la mention pour faire apparaître le document en pop-up), Service Régional d'Archéologie Rhône-Alpes, , sur patrimoine.rhonealpes.fr (lire en ligne).
  7. a et b « Moingt », sur forezhistoire.free.fr (consulté en ).
  8. « Délibérations communales concernant les moulins de Moingt, et moulins étudiés », dans Monnet 2006, Annexe 3 en bas de page.
  9. « Synthèse des constructions des différentes fontaines, ou pompes fontaines, de Moingt d'après les archives communales de Moingt et départementales de la Loire », dans Monnet 2006, Annexe 5 en bas de page.
  10. « Moingt refuse la défusion », Le Progrès, (consulté en ).
  11. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v Liste des maires de Moingt dans Monnet 2006, Annexe 1 en bas de page.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Moingt », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  13. « Église paroissiale Saint-Julien », notice no IA42001313, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Église de Moingt », notice no PA00117522, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Chapelle Sainte-Eugénie, à Moingt », notice no PA00117518, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Théâtre mixte gallo-romain », notice no PA00117531, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Enceinte », notice no PA00117524, base Mérimée, ministère français de la Culture