Moi les hommes, je les déteste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Moi les hommes, je les déteste
Langue
Auteur
Genre
Sujet
Date de parution
Lieu de publication
Éditeur
Monstrograph (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nombre de pages
96Voir et modifier les données sur Wikidata
ISBN 13
978-2-9565361-6-1Voir et modifier les données sur Wikidata

Moi les hommes, je les déteste est un essai de l'autrice féministe française Pauline Harmange. Il paraît le aux éditions Monstrograph, et est initialement imprimé à 450 exemplaires, puis à 500 exemplaires supplémentaires. Une menace de censure d’un chargé de mission au ministère français de l'Égalité femmes-hommes le jour de sa sortie attire l’attention et crée une publicité involontaire pour l’ouvrage.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2018, Pauline Harmange est diplômée en communication et travaille en indépendante[1]. En , elle écrit un article sur son blog sur son épuisement face aux exigences de la société patriarcale vis-à-vis des femmes[1],[2]. Martin Page et Coline Pierré, les éditeurs de Monstrograph voient l’article et lui proposent d’en écrire un livre[1].

L’ouvrage paraît le aux éditions Monstrograph, initialement imprimé à 450 exemplaires[3],[4], puis à 500 exemplaires supplémentaires[5].

Le jour de sa sortie, Ralph Zurmély, chargé de mission au ministère français de l'Égalité femmes-hommes, envoie un email à la maison d’édition en utilisant son compte gouvernemental[1]. Il n’a pas lu le livre, mais écrit qu’il est « évident » que le livre est « une ode à la misandrie » et un « appel à la haine », et demande le retrait de l’ouvrage en menaçant de poursuites judiciaires[1]. La menace de censure et de poursuite crée involontairement une publicité de l'ouvrage[4],[6]. Monstrograph tire de nouveau 1 800 exemplaires supplémentaires, mais est contraint de cesser la publication, la maison d'édition associative et bénévole ne pouvant tenir la cadence[6]. Il ressort aux Éditions du Seuil le de la même année[6]. Devant la polémique, la ministre chargé des Droits des femmes Élisabeth Moreno annonce condamner un « acte isolé », et avoir muté Zurmély à un autre poste, à sa demande[1].

En , 20 000 exemplaires avaient été vendus[1].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Pour Madeleine Meteyer, le livre « à force de nuances, de préventions, de précautions, […] n’est pas si bête que son titre ». Le constat de Pauline Harmange lui donne « alternativement envie de bâiller (certains hommes sont des tanches, d’autres des salauds, quelle découverte) et de distribuer des accolades aux femmes qui ont souffert par leur faute ». Pour elle, le « pamphlet révolutionnaire de l’automne » est « une ode aux rituels stéréotypés qui incitent les femmes à parler à voix basse, loin des hommes, de chiffons »[7]. Catherine Lalonde considère que si Pauline Harmange se dit misandre, son livre ne l’est pas. Il est « un appel à recentrer l’attention des femmes ailleurs que sur les hommes, à trouver la puissance de l’entre-femmes, de la solidarité »[8].

Traductions[modifier | modifier le code]

Les droits de traduction du livre sont achetés pour 17 langues[1]. Il est traduit en allemand, en anglais, en italien, en hongrois, en espagnol et en catalan[5].

La maison d'éditions britannique Fourth Estate le publie en sous le titre I Hate Men[9].

En Allemagne, il est publié sous le nom Ich hasse Männer par Rowohlt, le [10].

Aux Etats-Unis, HarperCollins le publie le 19 janvier dans une traduction de Natasha Lehrer[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (en) Laura Cappelle, « With ‘I Hate Men,’ a French Feminist Touches a Nerve », sur The New York Times, (consulté le 11 janvier 2021).
  2. Pauline Harmange, « Et puis, épuisée », sur uninvincibleete.com, (consulté le 11 janvier 2021).
  3. Élisabeth Philippe, « « Moi les hommes, je les déteste » : le livre féministe menacé de censure. Quelle blague ! », sur L'Obs, (consulté le 3 octobre 2020).
  4. a et b Océane Segura, « “Moi, les hommes je les déteste” : un essai féministe bientôt censuré ? », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 3 octobre 2020).
  5. a et b Pauline Harmange, « News de septembre : coulisses de l'édition », sur Pauline - Un invincible été, (consulté le 3 octobre 2020).
  6. a b et c Erwan Cario, « Pauline Harmange : elle, les hommes, elle les déteste », sur Libération, (consulté le 3 octobre 2020).
  7. Madeleine Meteyer, « Pauline Harmange, la femme qui déteste les hommes (et infantilise les femmes) », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  8. Catherine Lalonde, « L’interdit de haïr les hommes », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  9. (en) David Sanderson, « I Hate Men book opens new front in gender wars », The Times,‎ (ISSN 0140-0460, lire en ligne, consulté le 1er octobre 2020).
  10. (de) « (Hardcover) », sur rowohlt (consulté le 1er octobre 2020)
  11. Laura Cappelle, « ‘Moi les hommes, je les déteste’ met le doigt là où ça fait mal », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :