Moi les hommes, je les déteste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Moi les hommes, je les déteste
Auteur
Date de parution
Lieu de publication
Éditeur
Monstrograph (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nombre de pages
96Voir et modifier les données sur Wikidata
ISBN 13
978-2-9565361-6-1Voir et modifier les données sur Wikidata

Moi les hommes, je les déteste est un essai de l'autrice féministe française Pauline Harmange. Il paraît le aux éditions Monstrograph, et est initialement imprimé à 450 exemplaires[1],[2], puis à 500 exemplaires supplémentaires[3].

La menace de censure et de poursuite de Ralph Zurmély, chargé de mission au ministère français de l'Égalité femmes-hommes, crée involontairement une publicité de l'ouvrage[2],[4]. Monstrograph tire de nouveau 1 800 exemplaires supplémentaires, mais est contraint de cesser la publication, la maison d'édition associative et bénévole ne pouvant tenir la cadence[4]. Il ressort aux Éditions du Seuil le de la même année[4].

Il est traduit en allemand, en anglais, en italien, en hongrois, en espagnol et en catalan[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Philippe, « « Moi les hommes, je les déteste » : le livre féministe menacé de censure. Quelle blague ! », sur L'Obs, (consulté le 3 octobre 2020).
  2. a et b Océane Segura, « “Moi, les hommes je les déteste” : un essai féministe bientôt censuré ? », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 3 octobre 2020).
  3. a et b Pauline Harmange, « News de septembre : coulisses de l'édition », sur Pauline - Un invincible été, (consulté le 3 octobre 2020).
  4. a b et c Erwan Cario, « Pauline Harmange : elle, les hommes, elle les déteste », sur Libération, (consulté le 3 octobre 2020).