Mohammed ben Nayef Al Saoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mohammed ben Nayef Al Saoud
محمد بن نايف بن عبد العزيز آل سعود
Description de l'image Prince Mohammed bin Naif bin Abdulaziz 2013-01-16 (2).jpg.

Titres

Prince héritier d'Arabie saoudite
Vice-Premier ministre


(2 ans, 1 mois et 23 jours)

Prédécesseur Moukrine ben Abdelaziz Al Saoud
Successeur Mohammed ben Salmane Al Saoud

Vice-prince héritier d'Arabie saoudite


(3 mois et 6 jours)

Successeur Mohammed ben Salmane Al Saoud

Ministre de l'Intérieur saoudien


(4 ans, 7 mois et 16 jours)

Prédécesseur Ahmed ben Abdelaziz Al Saoud
Successeur Abdelaziz ben Saoud Al Saoud
Biographie
Dynastie Saoud
Nom de naissance Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz Al Saoud
Naissance (58 ans)
Djeddah
Père Nayef ben Abdelaziz Al Saoud
Religion islam sunnite
Description de cette image, également commentée ci-après

Mohammed ben Nayef ben Abdelaziz Al Saoud (en arabe : محمد بن نايف بن عبد العزيز آل سعود), né le à Djeddah, est un membre de la dynastie saoudienne. Fils de l'influent Nayef ben Abdelaziz, un des sept Soudayri et ministre de l'Intérieur de 1975 à 2012, Mohammed ben Nayef est nommé ministre de l'Intérieur en 2012 et prince héritier et vice-Premier ministre d'Arabie saoudite le . À 55 ans, il est alors le premier prince de la génération des petits-fils d'Ibn Séoud à aspirer au trône. Mais le , il est démis de toutes ses fonctions par le roi Salmane qui l'évince de la succession au profit de son propre fils Mohammed ben Salmane[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Mohammed ben Nayef est un des fils de Nayef ben Abdelaziz Al Saoud, un des Soudayri, et un des petits-fils d'Ibn Séoud, le fondateur de l'Arabie saoudite. Il fait ses études aux États-Unis, au Lewis & Clark College[2]. Il suit ensuite une formation au FBI de 1985 à 1988, puis à Scotland Yard de 1992 à 1994[2].

À partir de 2003, Mohammed ben Nayef, alors assistant du ministère de l'Intérieur, coordonne une campagne contre Al-Qaïda en Arabie saoudite[2]. Il forme notamment des « centres de réhabilitation » où des prisonniers djihadistes reçoivent des cours de théologie, de culture générale ou encore des prêches religieux[2]. Al-Qaïda est démantelée en Arabie saoudite et trouve refuge au Yémen où elle fonde Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) en 2009[2]. Entre 2004 et 2015, Mohammed ben Nayef est la cible de quatre tentatives d'assassinats, il est notamment blessé dans son palais, le 27 août 2009, par un kamikaze d'AQPA[2],[3].

Son père, ministre de l'Intérieur depuis 1975, meurt en juin 2012 et son oncle Ahmed ben Abdelaziz devient ministre de l'Intérieur. Ce dernier est limogé le 5 novembre 2012 et remplacé par Mohammed ben Nayef qui devient ainsi le plus jeune de sa génération dans la dynastie saoudienne à obtenir un poste aussi élevé, en faisant dès lors un prétendant au trône[4].

En janvier 2015, après la mort du roi Abdallah et par un décret royal du nouveau roi Salmane[5], il est nommé prince héritier en second, derrière le prince Moukrine. Le [6], le prince Moukrine est écarté de la succession et Mohammed ben Nayef lui succède donc au double poste de prince héritier et vice-Premier ministre[6].

Le , il est décoré de la Légion d'honneur par François Hollande « pour tous ses efforts dans la région et dans le monde dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme »[7]. Qualifié de pratique protocolaire courante par l'Élysée, cette initiative est critiquée par des hommes politiques de droite comme de gauche et a entraîné le refus de la Légion d'honneur par Sophie Marceau[8].

Il est cité dans l'affaire des Panama Papers en avril 2016[9].

Le , il est évincé de toutes ses fonctions par le roi Salmane qui nomme par décret son fils Mohammed nouveau prince héritier[10],[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lematin.ma/journal/2015/sm-le-roi-felicite-sar-le-prince-mohammed-ben-nayef-ben-abdelaziz-al-saoud-a-l-occasion-de-sa-designation-prince-heritier-vice-president-du-conseil-des-ministres-ministre-de-l-interieur/222939.html
  2. a, b, c, d, e et f Majda Abdellah, Arabie saoudite : 5 choses à savoir sur Mohammed Ben Nayef, le nouveau prince héritier, Jeune Afrique, 30 avril 2015.
  3. Un membre de la famille royale saoudienne échappe à un attentat, L'Express avec AFP, 28 août 2017.
  4. (en) Simon Henderson, « Saudi Resignation Prompts Fresh Succession Debate », Washington Institute for Near East Policy,
  5. Après la mort du roi saoudien Abdallah, les enjeux de sa succession, Le Monde.fr, 23 janvier 2015.
  6. a et b http://www.lepoint.fr/monde/l-arabie-saoudite-s-offre-une-cure-de-rajeunissement-29-04-2015-1925154_24.php
  7. Le président de la République française reçoit le prince héritier, Saudi Press Agency, 4 mars 2016.
  8. Benjamin Barthe, Une légion d'honneur en cachette pour le prince héritier saoudien dans Le Monde du 8 mars 2016 p. 6
  9. « The Power Players », sur panamapapers.icij.org (consulté le 8 avril 2016)
  10. Le roi d'Arabie saoudite nomme son fils prince héritier, AFP, 21 juin 2017.
  11. Gilles Paris, Arabie saoudite : le roi Salman propulse son fils au rang d’héritier, Le Monde, 21 juin 2017.
  12. Georges Malbrunot, L'ascension fulgurante de Mohammed Ben Salman, nouveau prince héritier d'Arabie saoudite, Le Figaro, 21 juin 2017.