Mohammed Marouazi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mohammed Marouazi
Marouazi Mohammed.png
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
MarocVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
محمد مروازيVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Mohammed Marouazi, né le , est un Acteur international , producteur, réalisateur et monteur de film. Membre de ACTRA Montréal, Canada .

Biographie[modifier | modifier le code]

Mohammed Marouazi est lauréat de l'Institut supérieur d'art dramatique et d'animation culturelle (ISADAC) de Rabat, seule école d’art[1] au Maroc. En 1996, en première année[1] de l'ISADAC, il entame une carrière d'acteur dans Di cielo in cielo (De ciel en ciel[2]) de Roberto Giannarelli. En 1998, il est à l'affiche d'Amour sans visa[2] de Najib Sefrioui.

En 2000, il campe Hamid, un muezzin, dans Ali, Rabiaa et les Autres...[3] de Ahmed Boulane.

Il joue le rôle d'Ali, frère de Mélanie Doutey, une jeune fille marocaine amoureuse d'Arnaud Binard (Nils) dans le film Leïla[4] (Layla, the pure) du réalisateur danois Gabriel Axel.

En 2002, aux côtés de l'actrice tunisienne Houda Hamaoui (Juliette), il est Roméo dans la pièce Mala’îne Verona (Maudits[5] à Vérone) écrite et mise en scène par Dominique Touzé d'après une adaptation en arabe littéraire sous-titré en français de Roméo et Juliette de Shakespeare au Wakan[6] théâtre à Casablanca, Tunis, Annaba, Alger et Clermont-Ferrand.

En 2005, Mémoire en détention[7] (Dakira Moatakala) de Jilali Ferhati est sélectionné au Cinémed[8] de Montpellier.

En 2007, il interprète Driss dans Rih lbhar[4] (Parfum de Mer[9]), le second long-métrage d'Abdelhaï Laraki avec Saadia Ladib (Naïma).

Il joue Bachir dans Petits Secrets et Gros Mensonges[10] de Laurence Katrian avec Michèle Laroque (Isabelle Delambre, rédactrice en chef) et Thierry Neuvic (Max Ronsac, propriétaire de l'hôtel marocain) sur TF1.

Il est à l'affiche d'Argana[11] de Hassan Rhanja.

En 2011, il rejoint Les cinq saisons de la réalisatrice Sanaâ Akroud[12].

Entre Ombres et lumières des ruelles du ksar[13] Hassani (château) de sable et d'argile, le réalisateur suit le guide La3far avant que les murs s'effondrent sous les pluies de la région Errachidia. Son film est sélectionné au 11e festival de Martil[14].

En 2012, il joue le rôle du capitaine Layl dans L'Étranger[15] (Al Gharib) de Layla Triqui avec Rabii Kati (Nirane) et Farida Bouazzaoui (Yara qui préfère Layl) sur Al Aoula[16]. La série remporte le 2e prix des concours télévisuels principaux section historique du festival de l'Arab States Broadcasting Union (ASBU)[17].

En 2013, Mohammed Marouazi et Sanaâ Akroud se retrouvent dans le film dramatique 3orss Eddib (عرس الذيب, Les noces du loup[12]), le second film de la réalisatrice pour 2M. Dans un grand riad au haut plafond d'une médina, sur fond de résistance aux colons des années 1950, il interprète Sidi Smail qui épouse Sanaâ Akroud (El Kamla en caftan bleu), une veuve qui ne croit pas qu'elle a aussi perdu son bébé Driss.

En tant que réalisateur, il dirige Sanaâ Akroud (سناء عكرود) pour son rôle de Meriem dans L'appât[18] avec Aziz Hattab, Yassine Hajjam et Hamadi Ammour.

En 2015, il est producteur[19] chez Atlantide Ciné.

Dans un conte en الدارجة (Darija) personnifié par Said Ait Bajja, Youssef Msika, Hasna Tamtaoui et Mustapha Khalili, Marouazi est monteur du film Khnifist R'mad[20] (خنيفيسة الرماد, Le scarabée des cendres), le premier long-métrage de Sanaâ Akroud[21] (Nejma), la jeune femme du peuple face à Amine Ennaji (Moulay El Ghali, sultan de Hmamt Laqssour).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Di cielo in cielo (De ciel en ciel) de Roberto Giannarelli, Italie
  • 1997 : Les amies d’hier de Hassan Benjalloun, Maroc
  • 1998 : Amour sans visa de Najib Sefrioui, Maroc
  • 1998 : Le Harem de Madame Osman de Nader Moknech, France.
  • 2000 : Leïla de Gabriel Axel, Danemark / France : Ali
  • 2000 : Ali, Rabiaa et les Autres... de Ahmed Boulane.
  • 2001 : Le spectre de Nizar de Kamal Kamal, Maroc
  • 2002 : Face à Face de Abdelkader Lagtaâ, France/Maroc
  • 2002 : Il bambino di betleheme de Umberto Marino, Italie, Rai Uno.
  • 2003 : L'Adieu de François Luciani, France
  • 2004 : Mémoire en détention de Jilali Ferhati, Maroc
  • 2006 : Ailes brisées de Majid Rchich, Maroc
  • 2007 : Argana de Hassan Rhanja, Maroc
  • 2007 : Cœurs brûlés de Ahmed Manouni, Maroc
  • 2007 : Rih lbhar (Parfum de Mer) de Abdelhaï Laraki, Maroc : Driss
  • 2014 : Al Houdoud de Farida Benlyazid, Cinételema, Maroc
  • 2016 : L'enfant Cheikh de Hamid Bennani, Maroc

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 2001 : La Rive des muets de Narjiss Nejjar
  • 2006 : Message reçu de Othman Naciri
  • 2011 : The Mother d'Abdel Illah Zirat

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries[modifier | modifier le code]
  • 1999 : Aoualad Ennass de Farida Bourquia, Les honnêtes gens, Maroc
  • 2000 : Douaer Ezzamane de Farida Bourquia, Les aléas du temps, Maroc
  • 2009 : L'Étranger de Layla Triqui, feuilleton de trente-deux épisodes, Maroc
  • 2011 : Kaboul Kitchen, Canal+, France
  • 2018 : Jack Ryan, série créée par Carlton Cuse et Graham Roland, réalisée par Morten Tyldum, États-Unis : Yemeni PSO Captain (saison 1, épisode 1 : Pilot)
  • 2019 : Blood & Treasure de Marc Webb, Columbia Broadcasting System, États-Unis
Téléfilms[modifier | modifier le code]
  • 2002 : Le Papillon noir de Hassan Ghonja
  • 2002 : Le journal de Wardia de Mohamed Hassini
  • 2003 : Dilemme de Rchich Majid
  • 2004 : Poursuite de Layla Triqui et, en 2003, Jabaroute
  • 2005 : Déchirure de Saâd Chraïbi et, en 2002, L'affaire Sarah. T
  • 2007 : Les Eaux Noires de laglaii Abdessalam
  • 2007 : Soleil couchant de Jilali Ferhti et, 2007, Rass el kheit
  • 2007 : Petits Secrets et Gros Mensonges de Laurence Katrian, TF1 : Bachir
  • 2011 : Les cinq saisons de Sanaâ Akroud
  • 2012 : L'Étranger (Al Gharib) de Layla Triqui, série épique de trente-quatre épisodes sur Al Aoula : capitaine Layl
  • 2013 : 3orss Eddib (عرس الذيب, Les noces du loup) de Sanaâ Akroud : Sidi Smail
  • 2016 : Toile d'araignée de Abdelhaï Laraki et, en 2008, Mi Taja

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Tartuffe de Molière, Université Med V., d’après une adaptation de Taib El Alj, mise en scène par Hassan Behraoui, Maroc : Tartuffe
  • 1996 : Parlons de la mort de Bouchra Ijork, mis en scène par l'auteur, Maroc
  • 1997 : Douze hommes en colère de Reginald Rose, mise en scène par Francis de Bruyn, Belgique : no 12
  • 1998 : Le Pain nu de Bouchra Ijork d'après le roman de Mohamed Choukri, Maroc : Mohamed Choukri
  • 1999 : La Balade du Grand Macabre de Michel de Ghelderode, mise en scène de Véronique Leyens et Layla Triqui, Belgique et Maroc : le marionnettiste
  • 1999 : Tabataba de Bernard-Marie Koltès, mise en scène Issam El Yousfi, Maroc : Petit Abou
  • 2000 : Le coffre, pièce inspirée de quatre textes de l’écrivain russe Daniil Harms ( Даниил Хармс), mise en scène de Layla Triqui, Maroc
  • 2002 : Maudits à Vérone d'après Roméo et Juliette de Shakespeare, Wakan Théâtre, Clermont-Ferrand, France, mise en scène de Dominique Touzé : Roméo
  • 2008 : Sanaa wa dajaja (Sanaa et sa poule), spectacle théâtrale de chant et de danse pour enfant mis en scène par Mohammed Marouazi

Assistanat à la réalisation[modifier | modifier le code]

Il est 1er assistant à la réalisation dans :

  • 2000 : Ali, Rabiaa et les Autres..., long métrage marocain de Ahmed Boulane.
  • 2001 : Chapelet…, court métrage de Layla Triqui.
  • 2002 : Le journal de wardia, téléfilm de Med Hassini, Maroc.
  • 2004 : Sang d’encre, court métrage de Layla Triqui.

Réalisateur Producteur[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Ombres et lumières, documentaire sur le ksar (château) Hassani
  • 2011 : La Baraka en héritage avec Zehra Hanane (Hajja), Mohammed Bestaoui (l'avocat), les frères Yassine Ahjam (Farid) et Morad Zaoui (Said), Hamid Najah (le vieux), MJS
  • 2011 : Un plan… fixe avec Hamid Najah (Isaac), Ben Aissa El jirari, Action TV
  • 2012 : Plus qu'une vie, quinze minutes, Atlantide Ciné
  • 2013 : L'appât avec Sanaâ Akroud (Meriem), Aziz Hattab, Yassine Hajjam, Hamadi Ammour

Producteur[modifier | modifier le code]

Mohammed Marouazi
  • 2003 : Tyrannie Jabaroute
  • 2005 : Poursuite
  • 2006 : libre adaptation du Voleur de Bicyclette de Moul Bichkklit
  • 2013 : 3orss Eddib (عرس الذيب, Les noces du loup) de Sanaâ Akroud
  • 2015 : Khnifist R'mad (خنيفيسة الرماد, Le scarabée des cendres) de Sanaâ Akroud, Atlantide Ciné

Jury[modifier | modifier le code]

  • 2001 : 2e édition du festival « Jamour », compétition consacrée à la production télévisuelle marocaine
  • 2002 : 2e édition du festival international du film de Marrakech, section court métrage
  • 2003 : 1er édition du festival « Lumière » de Safi

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2012 : 2e prix des concours télévisuels principaux historiques du festival de l'Arab States Broadcasting Union (ASBU) à Al Gharib (L'Étranger) de Layla Triqui, SNTR.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mohammed Marouazi invité du 20/20 Miss Outlet », sur Miss Outlet, (consulté le 29 août 2018)
  2. a et b Aziz Daki, « Une étoile montante, Mohamed Marouazi », sur Aujourdhui, (consulté le 29 août 2018)
  3. « Boulane, Ali, Rabiaa et les autres ou l'histoire d'un succès non annoncé », sur Le Matin, (consulté le 29 août 2018)
  4. a et b Abdelhak Najib, « Itinéraire : L'acteur marocain fait l'affiche du dernier opus d'Abdelhaï Laraki, Rih Labhar : Mohamed Marouazi, profession acteur », sur La Gazette du Maroc via Maghress, (consulté le 29 août 2018)
  5. O. Hind, « Amour fatal ! : «Maudits à Vérone de Dominique Touzé au TNA », sur L'Expression, (consulté le 29 août 2018)
  6. « Maudits à Vérone / Mala’îne Verona », sur Wakan théâtre, (consulté le 29 août 2018)
  7. Zouhour Harbaoui, « Mohammed Marouazi. Une valeur montant du cinéma marocain : Mémoire en détention (Dakira Moatakala), de Jilali Ferhati (Maroc) », sur Africiné, (consulté le 29 août 2018)
  8. « Mémoire en détention », sur Cinémed, (consulté le 29 août 2018)
  9. Mohammed Bakrim, « Le cinéma marocain en 2007 : Une affiche prometteuse », sur Africiné, (consulté le 29 août 2018) : « Mohamed Marouazi campant l'antagoniste avec beaucoup de crédit. »
  10. « Petits secrets et gros mensonges », sur Télé Star, (consulté le 29 août 2018)
  11. « Argana est le film du dimanche pour votre fin de soirée télé sur 2M », sur 2M, (consulté le 29 août 2018)
  12. a et b Karima Wahabi, « Les cordes de l'arc de Sanaa Akroud », sur 2M, (consulté le 30 août 2018)
  13. Hind Semlali, « Ombres et Lumières au Festival de Martil », sur Made in Tanger, (consulté le 6 septembre 2018) : « Ombres et Lumières (…) sur les ksars du sud du Maroc sera présenté au Festival de Martil en juin. Il nous emmène dans les ruelles ensablées du Sud et entre les murs de ces anciennes demeures laissées à l'abandon. »
  14. (es) « Festival Ciné de Martil 2011 : Programación », sur Africultures, (consulté le 6 septembre 2018) : « Sombras y luces/ Marruecos, 58’/ Marwazi Mohamed »
  15. « Al Gharib, une légende sur le petit écran », sur La Nouvelle Tribune, (consulté le 29 août 2018)
  16. « Noor : censurée par Al Aoula ? », sur Tel quel, (consulté le 31 août 2018) : « Réalisée par Leïla Triki avec comme acteurs principaux Mohamed Marouazi et Rabii Kati, Al Ghareeb est diffusée chaque mercredi sur la première chaîne depuis presque un mois. »
  17. Amira Soltane, « Les Algériens et les Marocains partagent les prix du Festival de l'Asbu », sur L'Expression, (consulté le 31 août 2018) : « le deuxième au feuilleton marocain al Gharib (l'étranger) réalisé par Laïla Triki »
  18. « L’Appât », sur Al Aoula, (consulté le 29 août 2018)
  19. « Atlantide Ciné », sur Africiné, (consulté le 29 août 2018)
  20. « Diapo. Avant-première de Khnifist R'mad de Sana Akroud au mégarama Casablanca », sur Le360, (consulté le 29 août 2018)
  21. « Présentation du film : « Khnifist R’Mad » (Le Scarabée des Cendres) au Cinéma Beaubien », sur L'initiative, Montréal, (consulté le 30 août 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]