Mohammed Benslimane el Fassi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Mohammed Benslimane
Biographie
Naissance
Activité

Mohammed Benslimane el Fassi (en arabe : محمد بن سليمان الفاسي, maḥmud bin sulaymān af-fāsī?) est un poète de melhoun, né en 1795 à Fès et mort prématurément (assassinat) à l’âge de 33 ans en 1828[1],[2],[3],[4]. Son œuvre est passée à la postérité et ses qasida, au nombre près de 90, sont encore chantés de nos jours[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses premiers pas dans le Melhoun en tant qu'élève du poète Driss Benali avec qui il finira par se brouiller, ce qui donnera lieu à un échange vif de quacida. Il passera ensuite sous la protection du poète Mohammed Nejjar[6].

Sa capacité à manier le verbe était telle qu'on disait de lui : "Un verre de venin plutôt que Benslimane" (Kass chlimane ouala Benslimane).

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • Zine el fassi (Beauté fassie)
  • Erraâd (Le tonnerre)
  • Saki Baki
  • Mersoul Fatma
  • Ya taleb
  • Warda (La fleur)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.babzman.com/khedidja-goumriet-lebroudj-de-mohamed-benslimane-dr-rachid-messaoudi/
  2. http://andalousia.over-blog.org/article-mohamed-benslimane-el-fassi-un-maitre-du-malhoun-43318638.html
  3. « Le coin du Chaabi et du melhoun El Ghorri Fe Eddounia », sur lesoirdalgerie.com
  4. Et-Tayeb Houdaifa, « Retour de flamme pour le melhoun », Lavieeco,‎ (lire en ligne)
  5. « Nouvel ouvrage de l'écrivain et poète Fouad Guessous : le melhoun marocain dans la langue de Molière », Lematin.ma,‎ (lire en ligne)
  6. Le Malouf ou l'Andalousie retrouvée, « Mohamed Benslimane el Fassi, un maître du malhoun », sur Le Malouf ou l'Andalousie retrouvée (consulté le 6 février 2019)

Source[modifier | modifier le code]

  • Fouad Guessous, Anthologie de la poésie du melhoun marocain, 2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Haïm Zafrani,Juifs d'Andalousie et du Maghreb, Maisonneuve et Larose, 1996, p. 182
  • ʻAbd Allāh Shuqrūn, Patrimoine: Melhoun, anecdotes, contes, musique, danses, Najah el-Jadida, 2007, p. 13