Mohammad Hanif Atmar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mohammad Hanif Atmar
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique
Parti Vérité et Justice (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Mohammad Hanif Atmar (en pachto: محمد حنیف اتمر), né le dans la province de Laghman, est un homme politique afghan.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'ethnie pachtoune, il s'oppose aux moudjahidines pendant la guerre d'Afghanistan et s'engage du côté soviétique. En 1987, il perd une jambe en défendant Jalalabad, puis s'exile au Royaume-Uni après la chute de Kaboul (1992).

Exil au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Il étudie à l'université d'York et obtient un diplôme en Technologies de l'information et un master en Développement rural, Relations internationales et Reconstruction post-guerre. En parallèle, il conseille des organismes humanitaires à propos de l'Afghanistan et du Pakistan. À partir de 1995, il travaille pour l'ONG norvégienne Kirkens Nødhjelp[1].

En 2001, il est nommé directeur général adjoint du Comité international de secours pour l'Afghanistan. Après les attaques du 11 Septembre et les accords de Bonn, il regagne l'Afghanistan.

Postes ministériels[modifier | modifier le code]

À partir de 2002, il occupe plusieurs postes ministériels successifs. D'abord ministre de la Réhabilitation rurale et du développement dans le gouvernement de transition, il est reconduit à ce poste dans le premier gouvernement d'Hamid Karzaï (2004-2006), puis obtient le portefeuille de l'Éducation (2006-2008). En 2008, il devient ministre de l'Intérieur[2], mais est démis de ses fonctions en juin 2010 à la suite d'une attaque par les Talibans.

En 2011, il adhère au nouveau parti multi-ethnique Vérité et justice, dont il devient l'un des leaders. De 2014 à 2018, il sert comme conseiller en sécurité nationale auprès d'Ashraf Ghani, avant de démissionner à la suite de désaccords[3]. Peu de temps après, il annonce sa candidature pour l'élection présidentielle de 2019[2], avant de retirer sa candidature. En avril 2020, il est nommé ministre des Affaires étrangères par Ashraf Ghani[4].

Références[modifier | modifier le code]