Mohammad-Reza Aref

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohammad-Reza Aref
Mohammad Reza Aref 2016 cropped.jpg

Mohammad-Reza Aref en 2016.

Fonction
Vice President of Iran (en)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
YazdVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
signature de Mohammad-Reza Aref

signature

Mohammad-Reza Aref, né en 1951 à Yazd[1], est un scientifique et homme politique iranien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au début des années 1970, il commence des études à l'université de Téhéran. Arrêté et interrogé par le Savak (« le service secret du chah »), soupçonné d'être un dissident, il part pour les États-Unis en 1975, et étudie l'électrotechnique à l'Université Stanford[2],[1]. De retour dans son pays après la Révolution iranienne de 1979 qui instaure une république islamique, il entame une carrière de scientifique et d'universitaire, devenant finalement professeur d'électronique à la prestigieuse Université de technologie de Sharif[2],[1]. Il mène également une carrière politique, vice-ministre des télécommunications peu après la révolution[2], puis vice-Président de la république sous Mohammad Khatami de 2001 à 2005[3].

« Réformateur au profil bas », il est jugé suffisamment conservateur et loyal envers le Guide suprême l'Ayatollah Ali Khamenei pour que le Conseil des gardiens de la Constitution l'autorise à se présenter à l'élection présidentielle de juin 2013[1]. Parmi les huit candidats autorisés, il est le seul à être considéré plutôt réformateur, et n'est pas perçu comme l'un des principaux candidats. Pour Azedeh Khian-Thiébaut, spécialiste de l’Iran (université Paris VIII), sa candidature a été permise « pour faire de la figuration, pour donner l’illusion que les candidats ne sont pas tous issus du même rang ». Peu connu, n'ayant « aucun charisme », il ne serait pas apte à mobiliser les électeurs réformateurs[3]. Il est le candidat du Front de participation à l'Iran islamique[4]. Cependant, quatre jours avant le premier tour de l'élection présidentielle, il retire sa candidature à la demande de Mohammad Khatami, afin de ne pas diviser le camp des modérés[5].

Références[modifier | modifier le code]