Mohamed es-Senoussi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Mohammed El-Senussi.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Senussi.
Mohamed-es-Senoussi
Le Sultan Snoussi.jpg
Biographie
Décès

Mohammed es-Senoussi, mort le , est un seigneur de la guerre esclavagiste devenu sultan du Dar El-Kouti, dans le nord de la Centrafrique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Intérieur du tata.

En 1890, Rabah, un seigneur de la guerre esclavagiste, attaque le chef musulman Kober[1] dans le nord de l'Oubangui-Chari, le dépose et installe à sa place son neveu Mohamed es-Senoussi, à qui il confie Dar el-Kouti, dont la capitale est Ndélé. Il lui laisse des armes et des munitions[2]. Il marie également sa fille Fadlallah avec celle de Mohammed es-Senoussi, Khadija. Mohammed et Rabah attaqueront ensemble le Dar Rounga (théoriquement musulman), les Kreich, les Goula et les Banda Ngao.

Mohammed el-Senoussi reste d'abord fidèle à Rabah. Toutefois, lorsque le Français Paul Crampel, à la tête d'une mission d'exploration, atteint son camp au mois d'avril 1891, le sultan, qui veut l'empêcher de continuer sa route jusqu'au Ouaddaï où il aurait pu rencontrer Rabah et le ravitailler en armes, le fait exécuter le 9 avril 1891 et s'approprie ses armes[2]. Peu de jours après, il attaque un deuxième contingent, mené par Gabriel Biscarrat[2]. Mohammed es-Senoussi récupère les armes et les munitions de cette deuxième mission, ce qui lui permet de mettre fin à sa dépendance de Rabah[2].

Il poursuivit ensuite ses raids esclavagistes le long de la rivière Ouaka, qui décimaient le pays banda, jusqu'en 1910, avec la complicité passive de la France. En 1897, il signe en effet un accord faisant du sultanat un protectorat avec un explorateur, Emile Gentil, qui deviendra plus tard commissaire général du gouvernement au Congo français[3].Il sera finalement tué par les Français en 1911.

Le Tata fortifié du sultan Sénoussi, son palais fortifié, a été édifié sur la colline surplombant la ville de Ndélé, à partir duquel il ravitaillait les marchés d'Afrique du Nord en esclaves[4].

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Le sultan Mohamed al-Senoussi en 1899 (photo prise par Toussaint Mercuri)

En 1889 une mission, partie d'Algérie, dirigée par Ferdinand de Béhagle et son second Toussaint Mercuri remonte le Congo vers le Tchad avec pour objectif de renouer des liens d'amitié avec Rabah et Senoussi. De Béhagle sera assassiné par Rabah dans les jours qui suivirent leur contact. Toussaint Mercuri réussit à se lier d'amitié avec Senoussi qui acceptera pacifiquement la protection de la France (contrairement à son oncle Rabah).[pas clair]

La première épouse de Mohamed es-Senoussi était Oum Diwan. Deux de ses fils étaient Djemel-Eddine et Kamoun.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Dar-El-Kouti: Empire oubanguin de Senoussi - (1890-1911), Bernard Simiti, 2014
  2. a b c et d Andrea Ceriana Mayneri, Sorcellerie et prophétisme en Centrafrique : L'imaginaire de la dépossession en pays banda, Karthala, , 264 p. (ISBN 978-2811111014), p. 30-34
  3. « Centrafrique: un ancien sultanat aux racines des revendications des régions du nord », Slate Afrique,‎ (lire en ligne)
  4. Le Tata (palais fortifié) du sultan Senoussi, les grottes de Kaga-Kpoungouvou, la ville de Ndélé

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Mario J. Azevedo, Samuel Decalo, « Senoussi, Mohamed-es- (1850?-1911 ) », in Historical Dictionary of Chad, Rowman & Littlefield, 2018 (4e éd.), p. 473-474
  • Pierre Kalck, « Mohamed es-Senoussi (1850-1911) », in Hommes et Destins, Académie des Sciences d'Outre-Mer, Paris, 1975, p. 569-571
  • Émile Julien (capitaine), « Mohamed es-Senoussi et ses États », Bulletin de la société des recherches congolaises, 1925, no 7, p. 104-177 ; 1927, no 8, p. 55-122; 1928, no 9, p. 49-96 ; 1929, no 10, p. 45-88
  • Bernard Simiti, Le Dar-El-Kouti : Empire oubanguin de Senoussi (1890-1911), L'Harmattan, 2014, 140 p. (ISBN 9782336334806)
  • Ing-Na Touambona, Le règne du sultan Mohamed-Es-Senoussi (1890-1911), Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 1973, 165 p. (mémoire de maîtrise d'Histoire)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]