Mohamed Youssef el-Megaryef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Youssef.

Mohamed Youssef el-Megaryef
محمد يوسف المقريف
Illustration.
Fonctions
Chef de l'État libyen
(de facto)

(9 mois et 19 jours)
Premier ministre Ali Zeidan
Président du Conseil Abdel Rahim al-Kib (président du Conseil exécutif du Conseil national de transition)
Prédécesseur Mohammed Ali Salim (intérim, de facto)
Moustapha Abdel Jalil
(président du Conseil national de transition, de facto)
Successeur Giuma Ahmed Atigha (intérim, de facto)
Nouri Bousahmein (de facto)
Président du Congrès général national

(9 mois et 19 jours)
Élection
Vice-président Giuma Ahmed Atigha
Prédécesseur Mohammed Ali Salim (intérim)
Moustapha Abdel Jalil
(président du Conseil national de transition)
Successeur Giuma Ahmed Atigha (intérim)
Nouri Bousahmein
Député du Congrès général national

(9 mois et 20 jours)
Élection 7 juin 2012
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Benghazi (Libye italienne)
Nationalité libyenne
Parti politique Parti du front national
Religion Islam sunnite
Chefs d'État libyens

Mohamed Youssef el-Megaryef, né en 1940, est un homme d'État libyen, dirigeant du Parti du front national et président du Congrès général national (chef de l'État) du jusqu'à sa démission le . Opposant de longue date à Mouammar Kadhafi, il est considéré comme un islamiste modéré[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Benghazi, al-Magarief devient ambassadeur de son pays en Inde avant de faire défection en 1980 et de rejoindre un mouvement d'opposition, le Front de salut national libyen.

Le , il dirige une tentative d'assassinat de Mouammar Kadhafi en attaquant son quartier général qui échoue. 2 000 Libyens sont arrêtés et huit pendus en public[réf. souhaitée].

Revenu dans son pays après de longues années d'exil, il fonde le Parti du front national qui participe aux premières élections au Congrès général national le . Devenu l'un des 200 membres de cette nouvelle assemblée, Mohamed Youssef el-Megaryef est élu par celle-ci le 9 août suivant pour être son premier président. Il l'emporte au second tour de scrutin avec 113 voix contre 85 voix pour l'indépendant Ali Zeidan. Il assume alors de facto la fonction de chef de l'État, même si ses pouvoirs ne sont pas encore définis[2],[1].

Le 23 septembre, il annonce la dissolution de toutes les milices non contrôlées par l’État sous 48 heures, deux jours après une manifestation qui a réuni 30 000 personnes à Benghazi, protestant contre les milices armées en culotte blanche et demandant justice pour l'ambassadeur américain J. Christopher Stevens assassiné le 11 septembre à Benghazi. La brigade salafiste Ansar al-Charia, notamment accusée d'y avoir participé, fait partie des quatre brigades islamistes expulsées par les manifestants lors des affrontements du 21 septembre dont le bilan s'élève à 11 morts et 85 blessés[3].

Le , il est victime d'une tentative d'assassinat[4].

Le , sa voiture est attaquée au moment où il quittait une salle de réunion assiégée par des manifestants[5].

En vertu d'une loi sur l'exclusion de la vie politique des personnes ayant occupé des responsabilités sous le régime de Kadhafi, il remet sa démission le [6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]