Mohamed Nedali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mohamed Nedali
Description de cette image, également commentée ci-après
Mohamed Nedali au 21e salon "Maghreb des Livres" à Paris,
(les 7 et 8 février 2015)
Naissance
Tahannaout Drapeau du Maroc Maroc
Activité principale
Professeur, écrivain
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
roman

Œuvres principales

Morceaux de choix : les amours d'un apprenti boucher
Grâce à Jean de La Fontaine
Le bonheur des moineaux
La maison de Cicine
Triste jeunesse

Compléments

Le jardin des pleurs

Mohamed Nedali, écrivain marocain né à Tahannaout, dans la région de Marrakech, en 1962, est professeur de français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires à Marrakech, Mohamed Nedali complète sa formation en France (licence en lettres modernes ainsi qu’un diplôme de Cycle spécial à la Faculté des Lettres de l'université de Nancy II). Il est professeur de français depuis 1985 et enseigne aujourd’hui au lycée de Tahannaout.

Mohamed Nedali se démarque de la littérature francophone marocaine traditionnelle par une approche vécue de la réalité populaire.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Morceaux de choix : les amours d'un apprenti boucher, roman, Casablanca, Le Fennec, 2003 (Prix Grand Atlas 2005 de l'Ambassade de France), (Prix des lycéens, 2005; Prix International de la Diversité, Espagne, 2009).
  • Kitae Moukhtara, Gharamyate Moutâllime Jazzar, traduction du français vers l'arabe par Mohamed Ennaji et Hassan Bourkia, éd. Le Fennec
  • Grâce à Jean de La Fontaine, roman, Casablanca, Le Fennec, 2004.
  • Le bonheur des moineaux, roman, Casablanca, Le Fennec, 2008. (rééd. L'Aube, 2009)
  • La maison de Cicine, roman, Casablanca, Le Fennec, Casablanca 2010; (rééd. de l'Aube, France, 2011)
  • Résumé : Une maison emportée par la crue de l’oued, le père et la mère disparus : Idar et Hicine se retrouvent orphelins, et quittent le village dévasté pour Marrakech. Ils atterrissent à Dar Louriki, une belle maison de la médina divisée en 8 chambres d’habitation. Cette maison est une véritable « mise en boîte » de la « little class » marocaine d’aujourd’hui, vendeur à la sauvette, maçon, réceptionniste, sculpteur, guérisseur, cordonnier, étudiants à l’école coranique, et tout ce petit monde aurait pu vivre en bonne entente ; hélas, deux étudiants islamistes font bientôt venir chaque soir le Cheikh Océan de savoirs, qui se lance dans la conversion de chacun… Seuls résisteront Idar et la ravissante Leïla, peu prêts à renoncer à leur jeune amour. La fin du roman sera cruelle : le petit Hicine, dit Cicine, sait bien qu’il aurait dû convaincre son grand frère de reconstruire leur maison au village… Mohamed poursuit ici sa critique aussi pertinente qu’impertinente de la société marocaine contemporaine : appât du gain, jalousie, montée de l’intégrisme islamiste. Et celui qui choisit la liberté n’est pas encore prêt de s’en sortir. Un roman où violence se dispute à la tendresse.
  • Triste jeunesse, roman, Casablanca, Le Fennec, 2012 (Prix de La Mamounia 2012).
  • Le jardin des pleurs, roman, Editions de l'aube, 2014.
  • Evelyne ou le djihad, roman, Editions de l'aube, 2016.
  • La bouteille au cafard, ou L'avidité humaine, roman, Editions de l'aube, 2018.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]