Mohamed Hamouda Bensai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mohamed Hamouda Bensai
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité

Mohamed Hamouda Bensai ou Hamouda Bensaï, né en 1902 à Batna en Algérie et mort en 1998 dans la même ville, est un essayiste[1] et penseur algérien. Il a écrit notamment sur Isabelle Eberhardt. Mohamed Hamouda Bensai fait des études en philosophie à la Sorbonne et il est proche des grands penseurs algériens dans les années 1930. Après avoir connu divers problèmes, il décide de retourner en Algérie. Une émission de l'ENTV algérienne le fait connaitre quelques jours avant sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hamouda Bensai a plusieurs amis comme André Gide, Ben Badis, Mohamed Bachir El Ibrahimi, etc. Au début, Il est l'un des membres de l'Étoile nord-africaine.

Malek Bennabi est condisciple et ami de Hamouda Bensaï. En 1930, les deux se retrouvent à Paris[2]. Hamouda Bensaï s'oppose à plusieurs intellectuels algériens et à Louis Massignon orientaliste et conseiller du gouvernement français notamment dans le dossier des déterminismes coloniaux.

Lors d'une conférence, Hamouda Bensai est reconnu par Augustin Berque comme étant le précurseur du mouvement positiviste musulman. Hamouda Bensai est l'un des pionniers à défendre le dialogue interreligieux et interculturel. Il préside le cercle de l'Amicale-nord-franco-africaine fondé par Marcellin Piel.

Hamouda Bensai décide de quitter Paris pour revenir dans sa ville natale de Batna. Aussitôt arrivé, il organise des contacts avec les futurs chefs de la révolution dans les Aurès, Maache et Mostefa Ben Boulaïd [3].

Hommages[modifier | modifier le code]

Un colloque est organisé à l'initiative de l’Association culturelle El Djahidia à Batna, au mois de février 2016, pour rendre hommage à Hamouda Bensai, le directeur de la culture de Batna déclare que plusieurs intellectuels ainsi que l'Université de Batna Hadj Lakhder ont entamé des recherches pour retrouver ses manuscrits [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Femmes d'Algérie: légendes, traditions, histoire, littérature. Par Jean Déjeux. Publié par Boîte à Documents, 1987livre en ligne
  2. Guerres mondiales et conflits contemporains, Par Institut d'histoire des conflits contemporains (France. Publié par Presses universitaires de France, 1987. Notes sur l'article: no.205-208(2002). Page 134
  3. Guerres mondiales et conflits contemporains. Par Institut d'histoire des conflits contemporains (France). Publié par Presses universitaires de France, 1987. Notes sur l'article: no.205-208(2002. Page 148
  4. « El Djahidia suscite un débat autour du penseur et philosophe algérien Hamouda Bensaï », sur aps.dz, Algérie Presse Service, (consulté le 14 février 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hommage et témoignage, Mohamed Hamouda Bensai, par Nour Eddine Khendoudi.