Mohamed Bensaid Aït Idder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bensaïd.
Mohamed Bensaïd Aït Idder
Aït Idder en 2007
Aït Idder en 2007
Fonctions
Député de Chtouka Aït Baha
Dirigeant de l'Armée de libération nationale
Biographie
Date de naissance (91 ans)
Lieu de naissance Massa (Maroc)
Nationalité Marocaine
Parti politique PI, UNFP, OADP, PSU
Diplômé de Université Ibn Youssef de Marrakech

Mohamed Bensaïd Aït Idder est un résistant et homme politique marocain né le à Massa, dans la région de Souss-Massa-Drâa.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Timensourt, dans la région de Chtouka Aït Baha[1]. Bensaïd Aït idder a commencé ses études dans plusieurs écoles coraniques traditionnelles du Souss. Après 1945, il rejoignit l'Université Ibn Youssef à Marrakech, à une époque où nombre de nationalistes y étaient actifs comme Abdellah Ibrahim ou Mohamed Basri, dit Fqih Basri. Avant de rejoindre formellement la résistance, Aït Idder a affaire au pacha de Marrakech Thami El Glaoui qui dirige toute la région du Haut-Atlas ; En représailles, il est assigné à résidence par le protectorat français.

Dès 1955, Bensaïd Aït Idder rejoint l'Armée de libération nationale (ALN) au sud (dans le Maroc espagnol), puis dès 1957 en passant au sud pour armer les tribus sahraouis, afin de combattre les Français et Espagnols, encore présent au sud marocain. Il assiste impuissant en 1958 à la destruction de l'ALM lors de l'Opération Écouvillon. Membre de l'Istiqlal, il participe à la scission en 1959 créant l'UNFP. En 1960, il est inculpé pour un complot fictif, puis en 1963 lors de l'affaire du complot de juillet 1963, et est condamné à mort pour 'complot contre la monarchie'. Il s'exile en France, où il reste en contact avec le dirigeant du Tanzim (organisation clandestine), Mohamed Fqih Basri[2].

En 1981, il est amnistié et réunit autour de lui les militants du mouvement 23 mars pour fonder, en 1983, le parti politique Organisation de l'action démocratique populaire, dont il restera le dirigeant-clef jusqu'à la fusion en 2002 avec trois autres partis créant le mouvement de la Gauche socialiste unifiée (GSU).

En septembre 1984, il est élu député de la région Chtouka Aït Baha à la Chambre des représentants, un siège qu'il gardera jusqu'en 2007, date à laquelle il refuse de se représenter aux élections législatives. Tout au long des années 1990, Bensaïd Aït Idder fera partie des refondateurs de la Koutla, bien qu'il manifeste une indépendance d'esprit que ses partenaires (Istiqlal, USFP, PPS), aussi bien que le pouvoir en place, apprécieront très peu. En 1989 et en 1992, il interpelle les ministres de la justice et de l'intérieur sur le sort des détenus de Tazmamart. En 1996, l'OADP a refusé de cautionner la constitution de 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Grande Encyclopédie du Maroc, 1984 M. Sehimi Vol. Institutions
  2. Mehdi Bennouna, Heros Sans Gloire, Ed Tarik Casablanca 2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]