Mohamed Bencheneb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohamed Bencheneb
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
محمد بن أبي شنبVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Mohamed Bencheneb (, Médéa - , Alger) était un écrivain algérien et un professeur à la Grande Faculté des Lettres d’Alger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mohamed Bencheneb est né en 1869[1], de parents d'origine turque[2], son grand-père était un retraité de l’armée ottomane de l'ex-régence. Bencheneb est devenu professeur à partir de 1889, maîtrisant plusieurs langues, en plus de l'arabe et du français, il a appris le latin, l'anglais, l'italien, l'espagnol, l'allemand, le persan et le turc[3]. Bencheneb a enseigné à la l'école supérieure des beaux-arts d'Alger avant d'être envoyé en 1898 à un professeur aux Madrasas de Constantine où il est resté pendant trois ans. Il est retourné à Alger en 1901 en tant que professeur et en 1908 a été responsable des conférences sur l'enseignement supérieur. Il a publié plusieurs articles: l'un de ses premiers articles était dans la Revue Algérienne de Droit en 1895, puis dans la Revue Africaine («African Journal») où la plupart de ses articles étaient recueillis[4].

À la suite d'une maladie que les médecins n’ont pu combattre, il décéda le à l’hôpital Mustapha-Pacha.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il traduisit en français la lettre de l’imam El Ghazalix relative à l’éducation, publiée dans la Revue africaine en 1901 sous le titre Lettre sur l'éducation des enfants du philosophe Ghazali, après en avoir traduit une semblable en 1897 sous le titre Notions de pédagogie musulmane.

En 1898, il publie Itinéraire de Tlemcen à la Mecque par Ben Messaïb, curieuse relation poétique du XVIIIe siècle.

De 1906 à 1907 il va publier trois volumes de Proverbes arabes de l'Algérie et du Maghreb et un recueil sur Les Personnages mentionnés dans l'idjaza du cheikh Abd el-Qddir el-Fassi.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mohammed BENCHENEB », sur www.academieoutremer.fr
  2. Cheurfi 2001, 73.
  3. Oulebsir 2004, 323.
  4. Oulebsir 2004, 323.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Achour Cheurfi (2001), La Classe Politique Algérienne (de 1900 à nos jours): Dictionnaire Biographique, Université du Michigan.
  • Jean Déjeux (1984), "Bencheneb, Mohamed", Dictionnaire des Auteurs Maghrébins de Langue Française, Karthala.
  • Nabila Oulebsir (2004), "Bencheneb, Mohamed", Les usages du patrimoine: Monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930, Editions MSH.