Mohamed Belhocine (médecin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohamed Belhocine
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Mohamed Belhocine, né le 13 avril 1950 à Tizi Ouzou en Algérie, est un médecin. Il est le fils de Arezki Belhocine (1924-2008) et le petit-fils de Mohamed Belhocine (1896-1972).

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études primaires et moyennes et secondaires à Miliana, , Mohamed Belhocine décroche son Baccalauréat en 1970. Il poursuit des études universitaires en Médecine à l'Université d'Alger jusqu'à l'obtention de son diplôme de graduation médicale en 1976. Il débute alors sa carrière professionnelle comme médecin à l'hôpital deBeni Messous.

Après son succès au concours de résidanat médical à la Faculté de Médecine d'Alger, il rejoint la spécialité de Médecine interne dont il poursuit le cursus au niveau de l'hôpital de Beni Messous.

Carrière en Algérie[modifier | modifier le code]

Mohamed Belhocine a enseigné comme Professeur à la faculté de médecine d’Alger et a été ancien directeur de la planification au ministère algérien de la santé[1].

OMS[modifier | modifier le code]

Professeur de médecine à la base, Mohamed Belhocine a sillonné l’Afrique dans le cadre de l’organisation mondiale de la santé (O.M.S.).

Il a été directeur de la Division de Prévention et de Contrôle des Maladies Non Transmissibles au Bureau Régional Africain de l'OMS[2], sis à Brazzaville au Congo[3]. Apres une periode passee a Harrare, Zimbabwe, Il a ensuite été représentant de l'OMS à Lagos au Nigeria[4]. Il a aussi été représentant de l'OMS en Tanzanie[5].

PNUD[modifier | modifier le code]

En 2011, Le Professeur Mohamed Belhocine a changé de cap de l'OMS pour le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Il poursuit jusqu'en 2013 sa mission comme coordonnateur résident[6] des Nations unies[1] en Tunisie[7] et comme représentant résident du PNUD[8].

Au terme de sa mission en Tunisie, il est promu commandeur de l’Ordre de la République tunisienne lors d’une cérémonie organisée le 25 avril 2013 au Palais de Carthage[9]. Il lui est aussi remis à l’occasion de l'arrivée à terme de sa mission et en hommage aux services rendus la médaille de la Révolution tunisienne lors de la cérémonie qui a eu lieu au Palais du gouvernement[10] de Tunis[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]