Mohamed Ali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mohamed Ali (boxe))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mohammed Ali et Clay.
Mohamed Ali
Muhammad Ali en 1967 (25 ans)
Muhammad Ali en 1967 (25 ans)
Fiche d’identité
Nom complet Cassius Marcellus Clay, Jr.
puis Muhammad Ali
Surnom Louisville Lip
The Champ
The Greatest
Nationalité Américaine
Date de naissance
Lieu de naissance Louisville (Kentucky) (États-Unis)
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Scottsdale (Arizona) (États-Unis)
Taille 1,91 m (6 3)
Catégorie Poids lourds
Palmarès
Professionnel Amateur
Combats 61 120
Victoires 56
Victoires par KO 37
Défaites 5
Matchs nuls 0
Sans décision 0
Titres professionnels Champion du monde poids lourds WBA (1964, 1967, 1974-1978, 1978-1979) et WBC (1964-1967, 1974-1978)
Titres amateurs Champion olympique aux Jeux de Rome en 1960 (poids mi-lourds)

Vainqueur des Golden Gloves en 1959 (poids mi-lourds) et 1960 (poids lourds)
Dernière mise à jour : 9 décembre 2015

Muhammad Ali — nom couramment retranscrit en français Mohamed Ali ou Mohammed Ali[1] — né le à Louisville, au Kentucky, et mort le à Scottsdale, en Arizona[2], est un boxeur américain évoluant en catégorie poids lourds[3],[4]. Né sous le nom de Cassius Marcellus Clay, Jr., il le change en Mohamed Ali à l'âge de 22 ans après avoir rejoint la Nation de l'Islam en 1965. Il se convertit à l'islam en 1975.

Considéré comme une icône culturelle, Mohamed Ali a été à la fois adulé et vilipendé[5].

Il remporte à 18 ans la médaille d'or des poids mi-lourds aux Jeux olympiques de Rome 1960. En 1967, trois ans après avoir remporté le championnat du monde des poids lourds face à Sonny Liston, il est critiqué pour son refus d'être enrôlé dans l'armée américaine par opposition à la guerre du Vietnam en disant : « Aucun Vietcong ne m'a jamais traité de nègre »[6]. Mohamed Ali est arrêté et reconnu coupable de fraude. Il n'est pas emprisonné, mais dépossédé de son titre mondial et de sa licence de boxe. Il ne combat plus pendant près de quatre ans, jusqu'à ce que son appel soit finalement reçu par la cour suprême américaine.

Surnommé The Greatest, Mohamed Ali devient le premier triple champion du monde poids lourds. Il a participé à plusieurs combats de boxe historiques[7]. Parmi ceux-ci, trois disputés contre son rival Joe Frazier sont considérés parmi les plus grands combats dans l'histoire de la boxe, ainsi que son affrontement contre George Foreman à Kinshasa dont il sort vainqueur par K.O au 8e round devant environ 100 000 spectateurs, le 30 octobre 1974[8]. Mohamed Ali est connu pour son style de combat peu orthodoxe pour un poids lourds, incarné par son slogan « vole comme un papillon, pique comme l'abeille, oh, et vas-y cogne mon gars, cogne ! » et employant des techniques telles que le «Shuffle Ali, le « rope-dope »[9], ainsi que la déstabilisation de ses rivaux par les mots, le « trash talking »[6]. Grâce à ses compétences et sa personnalité hors du commun, Mohamed Ali est devenu un des athlètes les plus célèbres dans le monde entier[10]. Intégré à l'International Boxing Hall of Fame, Ali est considéré comme l'un des plus grands boxeurs de l'histoire[11].

En 1999, il est couronné « Sportif du siècle » par Sports Illustrated et « Personnalité sportive du siècle » par la BBC[12],[13]. Il est nommé sportif du XXe siècle par une assemblée de journalistes internationaux, précédant Pelé. Il reçoit, à Berlin en 2005, la médaille de la paix Otto Hahn[14],[15], au nom de l'Organisation des Nations unies « pour son engagement en faveur du mouvement américain contre la ségrégation et pour l'émancipation culturelle des noirs à l'échelle mondiale ». Il est décoré en 2005 de la Médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile aux États-Unis[16].

Au-delà de ses performances sportives, il atteint une notoriété inégalée chez un sportif par son goût du spectacle, sa personnalité provocatrice, ses prises de positions religieuses et politiques, puis son destin personnel. Il est atteint de la maladie de Parkinson à partir de 1984, qu'il expose devant le monde entier lorsqu'il allume la vasque olympique à Atlanta en 1996.

Il meurt le 3 juin 2016 à l'âge de 74 ans, à la suite de problèmes respiratoires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Cassius Marcellus Clay naît le à Louisville dans le Kentucky, d’Odessa Clay Marcellus et de Cassius Marcellus. Il grandit dans un quartier noir de Louisville. Sa mère travaille comme femme de ménage et comme cuisinière des familles blanches aisées et son père vend des gravures religieuses et commerciales.

Sans être riches, les Clay peuvent donner une éducation correcte à leurs enfants. Alors qu’il est âgé de 12 ans en 1954 à Louisville dans le Kentucky, le jeune Cassius Clay est victime d’un vol de vélo. Énervé il rencontre un policier à qui il fait part de son intention d’infliger une correction au voleur. Le policier, Joe Elsby Martin Sr, lui dit qu’il ferait mieux de commencer par apprendre à boxer. Le jour suivant Cassius suit son conseil et commence à prendre des cours de boxe sous la houlette de Martin. Quelques semaines plus tard il dispute son premier combat et remporte sa première victoire. Ali mettra au crédit de Martin de lui avoir appris à voler comme un papillon et piquer comme une abeille.

Carrière de boxeur[modifier | modifier le code]

Boxeur amateur[modifier | modifier le code]

Vainqueur en amateur des National Golden Gloves dans la catégorie mi-lourds en 1959, puis en poids lourds l'année suivante[17], il remporte la médaille d'or des poids mi-lourds aux Jeux olympiques d'été de 1960 à Rome[18]. Il passe alors professionnel sous la tutelle d'Angelo Dundee et se fait rapidement connaître pour son style peu orthodoxe, ses résultats spectaculaires et son auto-promotion incessante. Il se fait connaître sous le surnom de « Louisville Lip » (la lèvre de Louisville) en composant des poèmes prédisant à quelle reprise il mettrait son adversaire KO. Il n'hésitait pas à chanter ses propres louanges avec des phrases telles que « Je suis le plus grand » ou « Je suis jeune, je suis mignon et je suis totalement imbattable ». Il conservera pendant toute sa carrière ce verbe haut qui est une de ses plus grandes caractéristiques.

Débuts professionnels[modifier | modifier le code]

À Louisville, le 29 octobre 1960, il gagne son premier combat professionnel aux points contre Tunney Hunsaker[19]. Clay part ensuite pour la Floride avec son entraîneur Angelo Dundee. Le jeune médaillé d'or de dix neuf ans remporte quelques victoires et va même jusqu'à réaliser une exhibition contre l'ex champion du monde Ingemar Johansson qui prépare son troisième combat contre Floyd Patterson. Cassius repart ensuite dans son fief de Louisville et continue à vaincre tous ses adversaires.

C'est en 1962 que sa notoriété commence à se répandre à travers l'Amérique. Clay boxe pour la première fois dans les villes de New York et Los Angeles. Le 15 novembre, il remporte un succès tonitruant contre Archie Moore en quatre rounds. Clay avait prédit avant le combat qu'il stopperait son adversaire au 4e[20].

C'est l'année 1963 qui ouvrira au futur Ali la voie jusqu'au titre de champion du monde. Il gagne aux points avec difficulté contre Doug Jones dans ce qui va devenir le combat de l'année[21] et fait à nouveau parler de lui en obligeant l'arbitre à arrêter son combat contre Henry Cooper pour blessure au 5e round[22]. Cooper avait au round précédent envoyé Clay à terre pour la première fois de sa carrière.

Nommé boxeur de l'année 1963, Clay devient presque naturellement l'adversaire du champion du monde Sonny Liston, mais malgré dix neuf victoires dont quinze K.O. et aucune défaite, il semble peu probable que le boxeur de Louisville parvienne à vaincre un boxeur jugé invincible.

Les combats contre Sonny Liston[modifier | modifier le code]

Le 25 février 1964 à Miami, le public s'attend à une formalité pour le tenant du titre. À la surprise générale, Liston est dominé par un Clay énergique qui se sert avec brio de sa rapidité et de son jeu de jambes parfait, imposant son style à un champion furieux qui ne trouve pas de solution. Liston se blesse à l'épaule à force d'envoyer ses coups dans le vide et ses hommes de coin sont obligés de lui appliquer une pommade puissante. Le challenger recueille involontairement de cette pommade en frappant Liston et se frottant ensuite les yeux avec ses gants. Sa vision diminuée permet à Liston de refaire surface au 5e round et de traquer son adversaire d'un coin à l'autre du ring. Une fois la tempête passée, Clay repart à l'attaque dans le sixième round et se déchaîne. À l'appel de la 7e reprise, le champion épuisé et blessé à l'épaule abandonne. Cette victoire en six rounds contre le plus puissant puncheur de l'époque (1,84 m pour 99 kg) est le plus grand combat d'Ali dans les années 1960. La qualité de ses feintes et de ses enchaînements firent à nouveau de lui le gagnant du combat de l'année[23]. Des suspicions de fraude concernant ce match ne sont toutefois pas à écarter[24].

La revanche, le 25 mai 1965 à Lewiston (Maine), est particulièrement controversée. À la suite d'un jab manqué, Liston est contré par un direct du droit d'Ali (son fameux « phantom punch » pour les sceptiques ou « anchor punch » pour Ali lui-même) et tombe à terre. Attendant le compte de l'arbitre, Liston reste à terre et se relève trop tard, l'arbitre étant trop occupé à ramener dans le coin neutre un Ali qui fanfaronnait autour du ring. Le combat reprend quelques instants avant que l'arbitre informé de son erreur par le chronométreur ne mette fin au combat (Liston était encore à terre après dix secondes). Le public siffle les deux boxeurs ; les journalistes accusent Liston de s'être « couché »[25] dans ce combat prétendument truqué.

Cassius Clay devient Mohamed Ali[modifier | modifier le code]

Mohamed Ali à un meeting d'Elijah Muhammad.

Entre les deux matchs, il devient également célèbre pour des raisons dépassant le domaine sportif : il rejoint l'organisation Nation of Islam (« Nation de l'islam ») et change son nom en Cassius X, la lettre X faisant référence au rejet de son nom d'esclave en l'absence de son véritable nom d'origine africaine, pratique courante au sein de cette organisation[26]. Malcolm X fut le seul musulman à le soutenir avant son premier combat contre Liston (Malcolm X a d'ailleurs assisté au premier combat), puis il reçoit le nom de « Mohamed Ali » de la part d'Elijah Muhammad, chef du mouvement.

Une lutte de pouvoir s'engage autour d'Ali entre Elijah et Malcolm X. Finalement, Ali tourne le dos publiquement à Malcolm lors d'un voyage au Nigeria en 1964 et est managé par Herbert Muhammad, le propre fils d'Elijah. La notoriété du boxeur profitera à la Nation of Islam. Ali se rend en Égypte en 1964 et est accueilli par son président, Gamal Abdel Nasser, comme l'ambassadeur de la communauté noire des États-Unis. Ce n'est qu'après l’assassinat de Malcolm X en 1965 qu'il regrettera son geste. Ali quitte la Nation de l'Islam pour se convertir à l'islam sunnite en 1975. Dans une autobiographie écrite en 2004 avec sa fille Hana Yasmeen Ali, Mohamed Ali attribue sa conversion à l'islam sunnite à la prise du contrôle de la Nation de l'Islam par Warith Deen Muhammad, le fils d'Elijah Muhammad, après la mort de ce dernier en 1975.

Champion incontesté[modifier | modifier le code]

Du 25 février 1964 au 20 juin 1967, Ali domine incontestablement la catégorie des lourds comme Joe Louis et Rocky Marciano avant lui. Après sa seconde victoire contre Liston, il fait une dizaine d'exhibitions à travers le monde en compagnie de ses deux sparrings partners : Jimmy Ellis et Cody Jones. Le 22 novembre 1965, à Las Vegas, il affronte l'ancien champion Floyd Patterson qui avait subi de graves revers contre Sonny Liston (perdant deux fois au premier round). Le champion conserve son titre au bout de douze rounds et envoie le challenger au sol à plusieurs reprises[27].

Alors que traditionnellement le champion fait deux combats par an, Ali combat cinq fois en 1966. Il bat aux points le canadien George Chuvalo à Toronto en mars, puis retrouve en mai Henry Cooper, le boxeur qui l'avait envoyé à terre, et le met KO à Londres. Toujours dans cette ville, il dispose de Brian London en trois rounds le 6 août[28], bat le champion allemand Karl Mildenberger à Francfort le 10 septembre[29] et finit l'année par un K.O. contre Cleveland Williams à Houston[30].

La fédération WBA qui n'apprécie pas les positions politiques d'Ali, et prend prétexte de l'illégalité de son combat revanche contre Liston pour lui retirer sa ceinture, sans son accord, et sacrer Ernie Terrell champion du monde. Le titre est pour la première fois divisé. Ali reste cependant le champion incontesté et conserve sa ceinture WBC. Il récupère le titre WBA le 6 février 1967 dans un combat de réunification à Houston contre Ernie Terrell. Ali regagne aisément son titre, mais ne parvient pas à briser Terrell qui, la garde haute, tiendra jusqu'au bout des 15 rounds[31]. Le 6 mars, Ali met ensuite K.O. Zora Folley, un puncheur jugé dangereux pour le champion[32].

Ses problèmes judiciaires à propos de son incorporation dans l'armée américaine l'empêchent de participer à un autre championnat du monde. Il ne peut qu'accomplir une exhibition à Détroit le 15 juin. C'est sa dernière apparition sur le ring avant 1970.

En 1969, il participe au combat The Super Fight, un combat virtuel contre Rocky Marciano.

Objecteur de conscience opposé à la guerre du Viêt Nam et interdit de ring[modifier | modifier le code]

Ali participe à un service de la Nation of Islam en mars 1974.

En 1966, il refuse de servir dans l'armée américaine engagée dans la guerre du Viêt Nam et devient objecteur de conscience argumentant qu'il n'a « rien contre le Viêt-cong » et qu'« aucun Vietnamien ne m'a jamais traité de nègre » (dans le film qui lui rend hommage, Ali, avec l'acteur Will Smith, la traduction en français est : « aucun Viêt-cong ne m'a jamais traité de sale nègre. »). Le 28 avril 1967, il refuse symboliquement l'incorporation dans un centre de recrutement. Le 8 mai, il passe en justice. Le 20 juin, il est condamné à une amende de 10 000 dollars et à 5 ans d'emprisonnement, il perd sa licence de boxe et son titre. Ali fait appel, il n'ira pas en prison, mais aura des problèmes financiers jusqu'à ce que son affaire soit résolue par la Cour suprême en 1971.

Les prises de position d'Ali contre le service militaire ou sa conversion à l'Islam le transforment d'un champion fier, mais populaire en l'une des personnalités les plus connues et controversées de son époque. Ses apparitions publiques aux côtés des leaders de la Nation of Islam Elijah Muhammad et de Malcolm X ainsi que ses déclarations d'allégeance à leur cause au moment où l'opinion américaine les considère avec circonspection, quand ce n'est pas avec hostilité, font également d'Ali une cible d'indignation et de suspicion. Il paraît même parfois provoquer de telles réactions en soutenant des opinions allant du support aux droits civiques jusqu'au soutien sans réserve à la lutte contre la ségrégation raciale.

Retour et première défaite[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le combat du siècle.

En 1970, Ali renonce officiellement à son titre, permettant à Joe Frazier, nouvelle étoile montante de la catégorie, de réunifier le titre aux dépens de Jimmy Ellis. Il remporte son procès devant la Cour suprême des États-Unis, qui lui reconnaît le droit de refuser le service militaire. Il récupère alors sa licence et reprend la boxe.

Après quelques combats d'exhibition, Ali fait son retour contre le grand espoir blanc Jerry Quarry qu'il bat en 3 rounds le 26 octobre à Atlanta[33].

Pour se préparer à combattre le champion Joe Frazier, Ali affronte l'Argentin Oscar Bonavena le 7 décembre à New York en 15 rounds pour le titre de champion d'Amérique du Nord NABF. Il affronte ainsi un boxeur n'ayant jamais été mis KO pour être capable de tenir sans faiblir contre Frazier dont le menton est connu comme l'un des plus solides de la catégorie. Avant le 15e round, Bonavena est en retard aux points pour les trois juges. Un crochet gauche d'Ali l'envoie à terre. Bonavena se relève, mais est mis encore deux fois au tapis et perd finalement par KO technique[34].

Suit le combat contre Frazier. Ali prenant le risque de se mesurer à un boxeur de très haut niveau après trois ans d'absence des rings. Très attendu et médiatisé, ce combat est surnommé « le combat du siècle ». Premier championnat du monde entre deux champions invaincus totalement opposés dans le style, il est le premier des grands affrontements qui marqueront l'histoire de la boxe dans les années 1970.

La rencontre a lieu le 8 mars 1971 au Madison Square Garden de New York. Cet affrontement est la première défaite d'Ali, « sûr de son bon droit, et qui pensait sa reconquête du titre légitime », ainsi qu'il l'écrira plus tard dans son autobiographie L'âme du papillon, en ajoutant qu'il avait sous-estimé Joe Frazier, pensant que le boxeur de Philadelphie serait bien moins motivé que lui.
Ali remporte les premiers rounds, mais ne trouve pas de solutions probantes face à ce spécialiste du corps à corps qu'est Frazier, qui lui impose son style avec ses lourds crochets. Ali met un genou à terre au 11e round et au 15e et dernier round, il se fait surprendre par Frazier qui lui décoche son coup favori, le crochet gauche. Touché au visage, Ali tombe au sol et se relève à 4 pour reprendre le combat, qu'il perd finalement aux points[35]. Cette première défaite met fin à son souhait de finir invaincu comme Rocky Marciano, Ali en voudra toujours à Frazier d'avoir brisé son rêve[36].

La cour suprême l'innocente définitivement le 28 juin 1971. Les 8 juges l'acquittent à l'unanimité.

La longue route vers la reconquête du titre[modifier | modifier le code]

Après s'être remis de sa défaite, Ali, accomplit 14 combats et 39 combats d'exhibition entre le 25 juin 1971 et le 30 octobre 1974. Le but était de revenir au plus haut niveau par une activité pugilistique intense et d'engranger assez de victoires pour être désigné challenger mondial numéro 1.

Durant cette période, Ali affronte les meilleurs boxeurs américains pour le titre de champion d'Amérique du Nord, tels que Jimmy Ellis[37] (son ancien sparring-partner), Buster Mathis[38], Juergen Blin[39], Mac Foster, Bob Foster[40] (champion du monde des mi-lourds) et Joe Bugner[41].

Il en profite pour affronter à nouveau George Chuvalo[42], Jerry Quarry[43] et Floyd Patterson[44] (qui tout de suite après prendra sa retraite). Ali boxe autour du monde : des combats à Zurich, Tokyo, Vancouver, Dublin et Jakarta et des exhibitions à Caracas, Buenos Aires ou Barcelone.

En 1973, sa carrière connaît un coup d'arrêt : le 22 janvier à Kingston, Jamaïque, Joe Frazier est détruit en 2 rounds et va au tapis à 6 reprises contre George Foreman, terrible colosse et nouveau roi des lourds. Dans son autobiographie, Ali raconte qu'il était obligé de vaincre les deux hommes pour assurer à nouveau sa suprématie sur la catégorie. Mais le plus dur arrive pour lui le 31 mars à San Diego contre Ken Norton. Le boxeur californien lui brise la mâchoire au 2e round, Ali, handicapé par la douleur, tient jusqu'à la douzième et dernière reprise, mais est déclaré perdant sur la décision de deux juges sur trois. Une deuxième défaite devant un adversaire doué mais qui dispose surtout d'une plus grande allonge que Joe Frazier[45],[46],[47], fait de facto qu'Ali se retrouve avec un 3e boxeur coriace à vaincre pour retrouver le sommet[48].

Ali choisit d'affronter ces trois boxeurs du plus « facile » au plus « dur ». Tout d'abord Norton. Ali prend sa revanche le 10 septembre 1973 à Los Angeles (et non à San Diego afin de priver Norton des supporters de sa ville natale). Ali gagne de justesse aux points[49]. Il prend ensuite sa revanche aux points contre Frazier le 28 janvier 1974 au Madison Square Garden de New York. Ali qui s'est astreint à un rythme de combats élevé depuis leur première rencontre[50] fera bien meilleure impression que l'ex-champion en manque d'activité. Ali et Frazier en viendront aux mains devant les caméras lors d'une émission de télévision, depuis leur rivalité est restée légendaire.

Il lui reste à présent à accomplir le plus dur : reprendre le titre à George Foreman, impitoyable puncheur invaincu en 40 combats dont 37 par KO.

La reconquête du titre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The Rumble in the Jungle.
Le stade Tata Raphaël de Kinshasa, où a eu lieu le Rumble in the Jungle, le .

Un nouveau promoteur de boxe organise la rencontre entre les deux adversaires dans l’actuel Stade Tata Raphaël (baptisé « Stade du 20 mai » à l’époque), à Kinshasa, au Zaïre, actuelle République démocratique du Congo. Don King, qui s'imposera ensuite comme le plus important promoteur de boxe de la fin du XXe siècle, offre au champion et au challenger 5 millions de dollars US chacun (une somme record à l'époque) qu'il a obtenue auprès du dictateur Mobutu Sese Seko qui souhaite par ce combat faire la promotion de son pays.

La presse donne peu de chance à Ali de venir à bout de Foreman qui, de façon expéditive et brutale, a gagné contre Frazier et Norton, les deux seuls hommes à avoir vaincu Ali et si celui-ci a pris sa revanche, il ne l'a pas fait par KO.

Étudiant avec soin le style de Foreman, il trouve son point faible : le manque d'endurance, (le champion ayant gagné l'essentiel de ces combats dans les premiers rounds, Ali comprend qu'il lui faut tenir et faire durer l'affrontement). Ali parcourt la capitale et le bord du fleuve Congo en courant pour renforcer son endurance sous les acclamations du public qui scande "Ali bumaye" ("Ali tue le") alors que Foreman se contente de s'entraîner en frappant au sac et en martyrisant ses sparrings partners. Ali s'entraîne à encaisser des coups violents avec son ami Larry Holmes (qui par la suite deviendra champion) et lance une opération de désinformation envers Foreman en faisant croire à tout le monde qu'il allait vaincre par sa vitesse et sa mobilité. Ali devient rapidement le favori de la foule de Kinshasa pour son action envers la cause des Noirs, ce qui vexera Foreman.

Surnommé « The Rumble in the Jungle », le combat a lieu le 30 octobre 1974. Ali, dont le meilleur coup est le jab et dont le principal atout est la mobilité, reste la majeure partie du combat dans les cordes et surprend Foreman en lui envoyant dans les premiers rounds plus de directs du droit que du gauche. La garde haute, encaissant avec douleur les coups violents du champion et rebondissant contre les cordes, Ali résiste, riposte par de nombreux enchaînements, qui épuisent et marquent Foreman, obligé à combattre plus de 5 rounds. Le visage enflé par les coups d'Ali, il tombe au 8e round après avoir encaissé une énième série de coups. Compté KO, il se relève une seconde trop tard. Ali reprend ainsi son titre dix ans après son premier combat contre Liston[51].

Ce fut sa plus grande victoire tactique, qui fut récompensée comme combat de l'année, et Ali fut nommé une fois de plus « boxeur de l'année ». Il a également reçu la Hickok Belt de 1974 récompensant le meilleur athlète professionnel de l'année, ainsi que le trophée du sportif de l'année du magazine Sports Illustrated.

L'apogée[modifier | modifier le code]

En 1975 et 1976, il effectue 4 combats par an, toujours dans le souci de se maintenir au plus haut niveau.

En 1975, il est à nouveau boxeur de l'année et atteint son apogée par sa troisième rencontre contre son éternel rival Joe Frazier (de nouveau élu combat de l'année) cependant, les quatre adversaires qu'il rencontre cette année là réussissent tous à l'ébranler à leur façon. Ali débute l'année contre Chuck Wepner à Cleveland, un combat de rentrée facile contre un adversaire anonyme destiné à être vaincu en 3 rounds. Pourtant, Wepner étonne tout le monde en n'étant arrêté qu'au 15e round par KO après avoir résisté avec hargne et s'être permis le luxe d'envoyer Ali à terre[52] (Sylvester Stallone alors inconnu assista au match, ce qui lui donnera l'idée de créer le film Rocky qui sortira l'année suivante).

Ali pense venir à bout sans dommage de Ron Lyle le 16 mai, un boxeur à la carrure semblable à celle de Foreman. Il réutilise la même technique qu'en Afrique mais le challenger ne tombe pas dans le piège et l'oblige à boxer au centre du ring. Il s'impose toutefois par arrêt de l'arbitre au 11e round[53]. La revanche contre Joe Bugner en Malaisie ne lui apporte rien, Bugner restant toujours aussi solide[54].

Finalement la bataille contre Frazier le 1er octobre 1975 à Manille, aux Philippines, le Thrilla in Manila sera son plus intense duel.

Article détaillé : Thrilla in Manila.

À l'approche du combat, le champion en rajoute en provocation et attise la colère de Frazier. Dans une fournaise de 49 degrés[55], Frazier se montre plus acharné qu'auparavant. Particulièrement violent, cet affrontement sera qualifié par les deux boxeurs d'état le plus proche de la mort. Ali domine le début du combat, mais baisse de rythme sous les coups de Frazier qui le travaille au corps. Après un passage à vide où il semble au bord de l'évanouissement, Ali réussit à prendre l'avantage dans les 13 et 14e rounds. Dans la minute de repos avant le dernier round, Eddie Futch, entraîneur de Frazier, oblige son boxeur particulièrement atteint au visage à abandonner[56]. Peu après, Ali subit un bref malaise avant de quitter le ring. Après ce match, Ali reconnaitra Frazier comme étant un très grand boxeur et arrêtera ses provocations. Il présentera même ses excuses au fils de Frazier pour toutes les menaces et insultes qu'il avait pu dire au clan Frazier. Cependant Frazier ne pardonnera jamais Ali pour tout le tort causé même si en 1988, dans un documentaire consacré aux champions des années 1970, ils se réconcilient et se provoquent avec amusement en allant jusqu'à faire semblant d'engager leur quatrième combat et en réclamant d'urgence un arbitre. Ils apparaissent aussi dans des émissions (notamment celle de Dick Cavett) riant et plaisantant ensemble.

Après les combats intenses de 1974 et 1975, Ali baisse de régime. En 1976, il met KO deux faire-valoir (ses dernières victoires avant la limite) et ne remporte qu'un seul succès appréciable contre le jeune Jimmy Young[57]. La polémique arrive à la fin de l'année lors de son troisième affrontement contre Ken Norton. Ali est déclaré vainqueur aux points après un combat serré qui fut qualifié par la presse comme l'un des plus grands vols de l'histoire de la boxe[58]. En apprenant la décision à la fin du combat, Norton s'effondre en pleurs et Ali, d'habitude porté sur la vantardise et la fanfaronnade en fin d'affrontements, se contente de sourire timidement à la presse. À la suite de ces résultats mitigés, le titre de meilleur boxeur de l'année lui fut ravi par sa plus prestigieuse victime, George Foreman, qui accomplit un retour éclatant contre Ron Lyle.

Cette même année 1976, Mohamed Ali se rend au Japon pour combattre le catcheur Antonio Inoki. Selon les conditions du combat, tenues secrètes, Inoki n'avait pas le droit de frapper au visage avec les pieds ; il n'était autorisé à frapper avec les jambes que dans les membres inférieures. Le catcheur a donc passé la quasi-totalité du combat à se jeter au sol, cherchant à faucher les jambes d'Ali en envoyant des low kicks, empêchant ainsi son adversaire de développer sa boxe. Ces coups ont causé des blessures sérieuses à Ali, qui perdit beaucoup de sa mobilité au niveau des jambes. À l'issue de ce combat, prototype de mixed martial arts perçu comme une opération publicitaire, il y eut égalité entre les deux combattants[59].

Vieillissant, Ali retourne au rythme « habituel » des champions, de deux combats par an. En 1977, il réussit à conserver son titre contre Alfredo Evangelista[60] et Earnie Shavers[61] qui le malmena particulièrement. Trop préoccupé à perdre du poids, il ne se concentre plus sur son entraînement.

Perte et 3e reconquête du titre[modifier | modifier le code]

Mohamed Ali perd finalement son titre à 36 ans contre le champion olympique 1976 Leon Spinks, dont c'était seulement le huitième combat professionnel[62]. Il gagne la revanche comme à son habitude, devenant ainsi champion du monde poids lourds pour la troisième fois[63], mais voyant son déclin athlétique, il prend sa retraite le 27 juin 1979 pensant que le titre divisé en deux par la faute de Spinks serait réunifié. Il n'en sera rien (il faudra attendre que Mike Tyson le réunifie en 1987) et Ali accepte l'offre de Don King d'affronter Larry Holmes son ancien sparring partner devenu champion WBC.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Une paire de gants de boxe de Mohamed Ali exposée au Musée national d'histoire américaine à Washington, D.C..

Le 2 octobre 1980, à la recherche d'un nouveau record en tant que seul boxeur à gagner le titre en poids lourds quatre fois, il perd avant la limite pour la seule fois de sa carrière, lorsqu'Angelo Dundee refusa de le laisser reprendre le combat au 11e round[64]. Le combat contre Holmes, organisé comme « The Last Hurrah », est considéré avec dédain par de nombreux fans et experts car nombre d'entre eux ont vu une version amoindrie d'Ali. Holmes était le partenaire d'entraînement d'Ali et pour cette raison, certains virent le résultat de ce combat comme un « passage de témoin », un combat de trop semblable à ceux de Rocky Marciano contre Joe Louis ou de Mike Tyson contre Larry Holmes. Holmes admettra même par la suite que bien qu'il dominât le combat, il retenait un peu ses coups par pur respect pour son idole et ancien employeur.

Malgré l'apparent caractère définitif de sa défaite contre Holmes, ainsi que sa condition physique suspecte, Ali boxera encore une fois : le 11 décembre 1981, il affronte en effet le challenger en pleine ascension et futur champion Trevor Berbick dans ce qui fut dénommé The Drama in the Bahamas. Ali étant alors vu comme un boxeur diminué, peu de salles américaines témoignèrent de l'intérêt pour ce combat et peu de fans montrèrent d'enthousiasme à s'y rendre ou à le regarder. Comparé aux combats qu'Ali avait disputés plus tôt dans sa carrière dans des endroits renommés, le match eut finalement lieu dans une quasi-indifférence à Nassau. Il fait une prestation légèrement meilleure que celle offerte contre Holmes 14 mois auparavant mais perd néanmoins par décision unanime à la dixième reprise au profit de Berbick, qui à 27 ans était de 12 ans son cadet[65].

Style[modifier | modifier le code]

Mohamed Ali a un style peu commun pour un boxeur poids lourds. Il tient généralement les mains le long de son corps plutôt qu'en position haute pour protéger son visage. Faisant confiance à ses réflexes ainsi qu'à son allonge exceptionnelle (2,10 m d'envergure), pour parer les coups de son adversaire. Ali frappe à la tête plus que la plupart des boxeurs (une stratégie risquée car sur la durée d'un long combat, les coups au corps peuvent s'avérer bien plus efficaces pour épuiser un adversaire). Mais là où il fut un poids-lourd hors-normes, c'est dans ses déplacements souples, rapides, précis, qu'il résumait par la formule « vole comme un papillon, pique comme l'abeille ».

Maladie de Parkinson et mort[modifier | modifier le code]

Mohamed Ali aux Jeux olympiques d'Atlanta en 1996.

On diagnostiqua qu'Ali était atteint de la maladie de Parkinson en 1984 ; par la suite, ses fonctions motrices commencèrent à décliner lentement. Sa conversion officielle à l'islam sunnite et sa prise de distance avec l'historique Nation of Islam expliquent en partie son retour en grâce aux États-Unis où il fut accueilli à la Maison-Blanche par Gerald Ford et médaillé par George H. W. Bush.

En 1985, on lui demanda de négocier la libération de ses compatriotes enlevés au Liban ; en 1990 à la veille de la guerre du Golfe il se rend à Bagdad et rencontre Saddam Hussein auprès de qui il plaide pour la paix et lui demande en vain de ne pas étendre le conflit[66]. Il obtient néanmoins la libération de 15 de ses compatriotes capturés par l'Irak au cours de l'opération Bouclier du désert[66]. la popularité de Mohamed Ali dans le tiers-monde servira la propagande du régime baasiste irakien[66].

Le 19 juillet 1996, il allume la vasque olympique à Atlanta, exposant alors devant des centaines de millions de téléspectateurs du monde entier l'état dans lequel il se trouve compte tenu de la maladie de Parkinson qui l'affecte, soulevant également une grande vague d'émotion parmi les spectateurs dans le stade, qui ont la surprise de le voir apparaitre à la fin de la cérémonie d'ouverture des Jeux du centenaire[67]. Durant les mêmes Jeux, le président du CIO Juan Antonio Samaranch lui remet une nouvelle médaille d'or pour remplacer celle qu'il avait gagnée en 1960 et qu'il avait jetée dans l'Ohio[68] parce qu'on refusait de le servir dans un restaurant à cause de sa couleur de peau. Selon l'Équipe, cela est pure légende et Ali aurait reconnu avoir tout simplement égaré sa médaille[69].

Sa fille Laila Ali devint à son tour boxeuse en 1999, malgré ses commentaires de 1978 contre la boxe féminine : « les femmes ne sont pas faites pour être frappées à la poitrine et au visage comme ça … les corps ne sont pas faits pour être boxés ici (en touchant sa poitrine). Se faire « frapper » au sein … « dur » … et tout ça.[réf. souhaitée] »

En 2012, Mohamed Ali assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été à Londres ; il s'agit d'une de ses dernières apparitions publiques[70]. L'ancien champion apparaît pour la dernière fois en public, en avril 2016, à Phoenix, à l'occasion d'un dîner de charité visant à recueillir des fonds pour la recherche contre la maladie de Parkinson[71].

Après avoir été à deux reprises hospitalisé (fin 2014 et début 2015), pour une pneumonie et une infection urinaire, Ali est hospitalisé le 2 juin 2016, pour des problèmes respiratoires, à l'HonorHealth Scottsdale Osborn Medical Center de Scottsdale dans la banlieue de Phoenix. Il meurt dans cette clinique le lendemain, dans la soirée, à l'âge de 74 ans, après avoir lutté pendant 32 ans contre la maladie de Parkinson[72]. Ses obsèques ont lieu les et au Cave Hill Cemetery à Louisville dans le Kentucky. Son cortège funéraire a parcouru les rues de la ville avant l'inhumation dans l'intimité familiale.

Descendance[modifier | modifier le code]

Mohamed Ali a neuf enfants : Laila, Rasheda, Asaad, Hana, Jamillah, Khaliah, Maryum, Muhammad Ali jr, Miya. Laila Ali pratique elle aussi la boxe et présente par ailleurs le jeu télévisé American gladiators.

Divers[modifier | modifier le code]

  • L'équipe qui encadrait Mohamed Ali s'appelait l'« Ali Army ».
  • Ali donnait un surnom à presque tous ses adversaires : Liston fut surnommé « l'ours noir » ; Floyd Patterson « le lapin » ; Foreman sera qualifié de « momie » et Frazier de « gorille »[73].
  • Le magazine L'Équipe, le désigne en 2000 comme 2e plus grand champion sportif du XXe siècle derrière Pelé[74].
  • Le 21 janvier 2009, il participe à la cérémonie d'investiture de Barack Obama.
  • Il a son étoile sur Hollywood boulevard. Les étoiles des stars sur Hollywood boulevard sont traditionnellement sur le sol. La sienne est la seule à être sur un mur. Celui-ci avait déclaré : « Je ne veux pas que les gens marchent sur le nom du prophète.» Le comité chargé de l'attribution des étoiles, après qu'Ali eût refusé cet honneur et avec son accord, a donc décidé d'incruster son étoile dans le mur du Kodak Theater, où se déroule la cérémonie des Oscars[69].
  • Il a publié son autobiographie sous le titre The Greatest.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pottier, « Mohammed Ali-Sonny Liston: l'histoire derrière la photo de sport la plus célèbre de tous les temps », Slate,‎ .
  2. (en) Jon Schuppe, « Muhammad Ali, 'The Greatest of All Time', Dead at 74 », sur NBC News,‎ (consulté le 4 juin 2016).
  3. (en) « Muhammad Ali – Boxer », Boxrec.com (consulté le 5 septembre 2011)
  4. (en) « Muhammad Ali Biography », Biography.com,‎ (consulté le 5 septembre 2011)
  5. (en) « Muhammad Ali – Biography of Muhammad Ali – Page 2 », History1900s.about.com (consulté le 5 septembre 2011)
  6. a et b « Mohamed Ali, pionnier et génie du "crash-talk": ses citations les plus marquantes », sur Le Huffington Post (consulté le 5 juin 2016)
  7. (en) « Muhammad Ali », ESPN,‎ (lire en ligne)
  8. « "Humble in the jungle": quand Mohamed Ali forgeait sa légende à Kinshasa », sur LExpress.fr (consulté le 5 juin 2016)
  9. (en) « Float like a butterfly, sting like a bee. by Muhammad Ali », Quotedb.com (consulté le 5 décembre 2010)
  10. (en) George Plimpton, « MUHAMMAD ALI: The Greatest », TIME,‎ (lire en ligne)
  11. (fr) Robinson le plus grand
  12. (en) Ali named SI's Sportsman of the Century
  13. (en) Ali crowned Sportsman of Century
  14. AFP, « Ali assistera au combat de sa fille », sur www.rds.ca,‎ (consulté le 16 avril 2009)
  15. Gérard Dreyfus, « Boxe : Ali encore distingué », sur www.rfi.fr, RFI,‎ (consulté le 16 avril 2009)
  16. « U.S. Renate: Présidentiel Medal of Freedom Récipients »,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  17. (en) Golden Gloves History (goldengloves.com)
  18. Mohamed Ali honoré à Londres, Le Figaro, 26 juillet 2012.
  19. (en) Muhammad Ali vs. Tunney Hunsaker (boxrec.com)
  20. (en) Muhammad Ali vs. Archie Moore (boxrec.com)
  21. (en) Muhammad Ali vs. Doug Jones (boxrec.com)
  22. (en) Muhammad Ali vs. Henry Cooper (boxrec.com)
  23. (en) Sonny Liston vs. Muhammad Ali I (boxrec.com)
  24. Mort de Mohamed Ali lequipe.fr
  25. (en) Muhammad Ali vs. Sonny Liston II (boxrec.com)
  26. http://www.malcolm-x.org/docs/int_playb.htm
  27. (en) Muhammad Ali vs. Floyd Patterson (boxrec.com)
  28. (en) Muhammad Ali vs. Brian London (boxrec.com)
  29. (en) Muhammad Ali vs. Karl Mildenberger (boxrec.com)
  30. (en) Muhammad Ali vs. Cleveland Williams (boxrec.com)
  31. (en) Muhammad Ali vs. Ernie Terrell (boxrec.com)
  32. (en) Muhammad Ali vs. Zora Folley (boxrec.com)
  33. (en) Muhammad Ali vs. Jerry Quarry I (boxrec.com)
  34. (en) Muhammad Ali vs. Oscar Natalio Bonavena (boxrec.com)
  35. (en) Joe Frazier vs. Muhammad Ali I (boxrec.com)
  36. (fr) 8 mars 1971 : Ali-Frazier, acte I (eurosport.fr)
  37. (en) Muhammad Ali vs. Jimmy Ellis II (boxrec.com)
  38. (en) Muhammad Ali vs. Buster Mathis (boxrec.com)
  39. (en) Muhammad Ali vs. Juergen Blin (boxrec.com)
  40. (en) Muhammad Ali vs. Bob Foster (boxrec.com)
  41. (en) Muhammad Ali vs. Joe Bugner (boxrec.com)
  42. (en) Muhammad Ali vs. George Chuvalo II (boxrec.com)
  43. (en) Muhammad Ali vs. Jerry Quarry II (boxrec.com)
  44. (en) Muhammad Ali vs. Floyd Patterson II (boxrec.com)
  45. L'envergure de Joe Frazier était de 1,85 m (6 1) et celle de Ken Norton de 2,03 m (6 8)
  46. (en) Présentation de Ken Norton sur le site boxrec.com
  47. (en) Présentation de Joe Frazier sur le site boxrec.com
  48. (en) Muhammad Ali vs. Ken Norton I (boxrec.com)
  49. (en) Ken Norton vs. Muhammad Ali II (boxrec.com)
  50. (en) Muhammad Ali vs. Joe Frazier II (boxrec.com)
  51. (en) George Foreman vs. Muhammad Ali (boxrec.com)
  52. (en) Muhammad Ali vs. Chuck Wepner (boxrec.com)
  53. (en) Muhammad Ali vs. Ron Lyle (boxrec.com)
  54. (en) Muhammad Ali vs. Joe Bugner II (boxrec.com)
  55. (en) « ABC's Wide World of Sports », ABC Sports
  56. (en) Muhammad Ali vs. Joe Frazier III (boxrec.com)
  57. (en) Muhammad Ali vs. Jimmy Young (boxrec.com)
  58. (en) Muhammad Ali vs. Ken Norton III (boxrec.com)
  59. (en) Andy Bull, « The forgotten story of Muhammad Ali v. Antonio Inoki », sur theguardian.com,‎
  60. (en) Muhammad Ali vs. Alfredo Evangelista (boxrec.com)
  61. (en) Muhammad Ali vs. Ernie Shavers (boxrec.com)
  62. (en) Muhammad Ali vs. Leon Spinks I (boxrec.com)
  63. (en) Leon Spinks vs. Muhammad Ali II (boxrec.com)
  64. (en) Larry Holmes vs. Muhammad Ali (boxrec.com)
  65. (en) Trevor Berbick vs. Muhammad Ali (boxrec.com)
  66. a, b et c (en) Thomas Hauser, Muhammad Ali & Company, Hastingshouse/Daytrips Publ., , 279 p. (ISBN 0803894112, lire en ligne), p. 8
  67. Olympic channel, « Muhammad Ali lights the the Olympic Flame at Atlanta 1996 », sur YouTube (consulté le 20 juin 2016)
  68. Mustapha Kessous, « Mohamed Ali, une icône olympique », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 4 juin 2016).
  69. a et b « Dix choses que vous ignoriez peut-être sur Mohamed Ali, décédé vendredi à 74 ans », sur lequipe.fr.
  70. « Mohamed Ali est mort », sur la-croix.com,‎ (consulté le 4 juin 2016).
  71. « Les citations les plus mémorables de Mohamed Ali, le « boxeur poète » », sur lemonde.fr,‎ nil (consulté le 16 juin 2016).
  72. « Le boxeur Mohamed Ali est décédé », sur lesechos.fr,‎ (consulté le 16 juin 2016).
  73. « Mohamed Ali, la construction du mythe », sur (lequipe.fr,‎ .
  74. Benoît Heimermann, Raymond Pointu et Bernard Fournier, L' Equipe : un siècle de sport. 100 champions pour un siècle de sport. 100 photos pour un siècle de sport, Issy les Moulineaux, , 224 p. (ISBN 2951203128), chap. 2 (« Muhammad Ali, il était bel et bien le plus grand de tous »), p. 15-19.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]