Modica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Modica
Blason de Modica
Héraldique
Modica
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la Sicile Sicile 
Province Raguse 
Code postal 97015
Code ISTAT 088006
Code cadastral F258
Préfixe tel. 0932
Démographie
Gentilé modicani
Population 55 196 hab. (31-12-2010[1])
Densité 190 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 52′ 02″ nord, 14° 45′ 41″ est
Altitude Min. 296 m
Max. 449 m
Superficie 29 077 ha = 290,77 km2
Divers
Saint patron San Giorgio
Fête patronale 23 avril
Localisation
Localisation de Modica
Géolocalisation sur la carte : Sicile
Voir sur la carte administrative de Sicile
City locator 14.svg
Modica
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Modica
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Modica
Liens
Site web http://www.comune.modica.rg.it/

Modica est une ville italienne de la province de Raguse en Sicile.

Géographie[modifier | modifier le code]

La cité est divisée entre une ville haute et une ville basse.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1255, le château de Modica est donné par le pape Alexandre IV, opposant au roi Manfred Ier de Sicile, à Roger Fimetta[2].

Le comté de Modica est donné à Manfred Chiaromonte par le roi Frédéric II de Sicile. Andrea Chiaramonte est exécuté par Martin Ier de Sicile qui l'attribue au Catalan Bernat de Cabrera pour avoir financé son expédition en Sicile.

Le , la ville fut le théâtre d'un pogrom anti-juif appelé « Strage dell'Assunta », le massacre de l'Assomption. Le soir de l'Assomption, 360 juifs furent massacrés dans le quartier juif de la ville (la Giudecca), sous les encouragements de prédicateurs catholiques[3],[4].

Partiellement touchée par le Séisme du 11 janvier 1693, la ville est reconstruite avec des bâtiments baroques qui lui vaut un classement au Patrimoine mondial par l'UNESCO avec sept autres villes du Val di Noto.

Lorsque le Traités d'Utrecht en 1713 fait passer la couronne de Sicile du roi d'Espagne au duc de Savoie, le comté de Modica reste possession ibérique, fiscalement et politiquement autonome du reste de l'île.

En 1804, le secrétaire d’État John Acton reçoit le duché de Modica en compensation de son retrait des affaires publiques à la demande des Français[5].

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Cathédrale San Giorgio, de style baroque sicilien, construite de 1702 à 1738 sous la direction de l'architecte Rosario Gagliardi. Le dernier étage du clocher date de 1842. La décoration intérieure a été rénovée dans les années 1900.
  • Église San Pietro, construite de 1695 à 1750 sous la direction de Rosario Boscarino et Mario Spata.
Cathédrale San Giorgio
  • École publique construite dans les années 1700. Elle est particulière car elle possède un court de tennis à l'intérieur. C'est une école publique comme la majorité des écoles italiennes.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
28 mai 2002 17 mars 2009 Pietro Torchi Lucifora Centro-Destra  
17 mars 2009 En cours Antonello Buscema Centre-Gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Frigintini, Marina di Modica

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Modica
Raguse Giarratana (RG) Buscemi (SR),
Palazzolo Acréide (SR)
Modica Noto (SR),
Rosolini (SR)
Scicli (RG) Pozzallo (RG) Ispica (RG)

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Henri Bresc, « La chute des Hohenstaufen et l’installation de Charles Ier d’Anjou », dans Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle : Un destin européen, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », (ISBN 978-2-7535-2558-0, lire en ligne), p. 61–83
  3. « Modica Online », sur www.modica.it (consulté le 31 mars 2015)
  4. Jean-Yves Frétigné, Histoire de la Sicile, Pluriel / Fayard, 2018, p. 239.
  5. John Julius Norwich, Histoire de la Sicile, de l'Antiquité à Cosa Nostra, Paris, Tallandier, 2018, p. 315.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]