Modest Cuixart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Modest Cuixart
Modest Cuixart.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
PalamósVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Grup Taüll (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Creu de Sant Jordi ()
Fils adoptif de Palafrugell (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Nens sense nom (d), El Pescallunes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cuixart et Tàpies (homonymie).

Modest Cuixart i Tàpies (Barcelone, 1925 – Palamós, 2007) est un peintre espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Modest Cuixart naît le à Barcelone. Il réalise ses premiers dessins et peintures, d'inspiration expressionniste, en 1941 puis participe à sa première exposition collective à Barcelone en 1944, où il gagne un premier prix. La même année, il entame des études de médecine, qu'il abandonne en 1946 pour se consacrer pleinement à l'art[1].

Dau al Set : magie surréaliste (1948-1955)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dau al Set.

En septembre 1948, il est, avec le poète Joan Brossa et les autres peintres Joan Ponç, Antoni Tàpies (dont il est le cousin) et Joan-Josep Tharrats (en), le fondateur de la revue surréaliste et dadaïste Dau al Set[1],[2]. La revue, dont le tirage ne dépassera pas 200 exemplaires, s'inspire des peintres Paul Klee, Max Ernst, Joan Miró, du philosophe Friedrich Nietzsche. Son titre Dau al Set signifie « le sur le sept » ou « la septième face du dé ». Il exprime la volonté du groupe de dépasser la réalité, un dé traditionnel n'ayant que six faces. La réalité de cette époque est celle d'une Espagne qui, après avoir été dévastée par la Guerre civile et isolée par la politique du dictateur Franco, est soumise à la censure, que ces jeunes artistes d'avant-garde tentent de dépasser pour retrouver le rayonnement artistique qu'avait l'Espagne au début du XXe siècle[3],[2].

Dès 1949, le groupe Dau al Set est présenté à Miró. Cuixart publie quelques reproductions de ses œuvres. Cette année-là et la suivante, il expose dans plusieurs galeries, salons ou même clubs de jazz en Espagne (Madrid, Barcelone, Altamira, Palma de Majorque), envoie une œuvre à une exposition-hommage à Paul Klee à Guadalajara (Mexique), rencontre de nombreux autres artistes[4].

L'art informel (1956-1963)[modifier | modifier le code]

Une exposition à l'Institut Français lui vaut une bourse, qui lui permet de se rendre à Paris, en 1951, avec Antoni Tàpies, puis de passer plusieurs mois à Lyon où il continue de peindre, et crée des costumes et décors pour le théâtre[2]. Il reviendra souvent dans cette ville les années suivantes, où il rencontre, en 1955, Marcel Michaud, animateur du groupe d'avant-garde Témoignage. Michaud expose Cuixart, en 1956, ce qui permet à ce dernier de prendre contact avec l'avant-garde lyonnaise. C'est à Lyon que Cuixart adopte l'art informel[4],[2].

Cuixart continue d'exposer dans plusieurs lieux, essentiellement à Barcelone, Paris, Madrid, Lyon et sa région. Il participe à l'exposition L'influence lyonnaise dans l'Art à Vichy. 1958 est l'année de la reconnaissance internationale en dehors de la France et de l'Espagne : Cuixart rencontre Pablo Picasso à Cannes, est sélectionné pour participer à l'exposition Carnegie à Pittsburgh (États-Unis), invité à la Biennale de Venise, reçoit de Prix Torres García[5].

Dès l'année suivante, les expositions se multiplient dans de nombreux pays, en plus de la France et de l'Espagne où il continue : Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne, Suisse, Italie, et la Biennale de São Paulo, au Brésil, où il remporte le premier prix de peinture[5] ce qui lui vaut la Croix du Mérite civil que lui remet le chef de l'état espagnol[6].

Retour à la figuration (1963-1989)[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Au début des années 1960, il abandonne peu a peu l’informalisme, qu’il considère déjà obsolète, et de nouvelles préoccupations se font jour concernant l’abandon de l’informel au profit d’une expression plus véhémente et proche de la réalité de l’Homme. Une tendance violente vers la tridimensionnalité signale des références au sexe, des dramatiques compositions avec des poupées torturées sur la toile (série Nins sense nom) et des configurations exemptes d’objets.

Avec la série érotico-magique (1963-66), qui s'inscrit en prélude à son étape figurative, où il intègre la matière avec le dessin calligraphique, Cuixart connaît du succès aux États-Unis, mais suscite une controverse parmi la critique pour l’érotisme frappant de quelques images[7]. Avec elle, il devance les courants néo-figuratifs internationaux et révèle le côté sombre et pervers de la société privilégiée.

Dans les années 1970, en opposition avec la sévérité et l'ascétisme du passé, Cuixart se sent poussé vers une expressivité plus évidente qui se traduit en l'élaboration de techniques nouvelles et d'exubérants chromatismes proches du kitsch. Un feu de vanités qui cherche à attiser l'angoisse du spectateur. Les années 1980 reflètent l’aspect plus hédoniste et décadent de Cuixart. Quelque pièces pleines de lyrisme et de subtilité contrastent avec d'autres assez stridentes qui font une satire de la stupidité, de la vanité et du mensonge avec un langage grotesque, délirant, et qui déforme l’image, généralement féminine, jusqu’à la monstruosité.

Introspection dans la nature (1989-2000)[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, une inespérée vision de la nature se manifeste dans l’œuvre de Cuixart[8]. Pour exprimer son idée, l’artiste a besoin de s’éloigner de la voie traditionnelle de représentation du paysage, de se libérer de toute anecdote et d’aller plus loin des facteurs accidentels comme l’espace et le temps. Ainsi, il se rapproche de l'abstraction et cherche à s’élever dans une perspective cosmique. Il pénètre sous la terre et fouille dans ses entrailles pour arriver à son but essentiel : capturer l'esprit profond et le mystère d'une nature éternelle et mythique. Les travaux sont résolus avec un langage dépuré[9].

Modest Cuixart - Congrès de cardiologie à Barcelone
Table de travail de Cuixart à Palafrugell. Les pots autour de la zone de travail étaient destinés à recevoir la peinture.
Autre table de travail de Cuixart à Palafrugell, avec ses tubes de peinture, pinceaux et autres instruments.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Œuvres remarquées[modifier | modifier le code]

  • Sense títol. Collage/ dessin/ matériel graphique, 1992[10]
  • Fruits de capvespre, peinture 1991
  • Sense títol, peinture 1986
  • Insòlita damisel·la, peinture 1986
  • Max Februs, peinture 1979
  • Madelette, peinture 1979
  • Part de Brunilda, peinture 1979
  • Saphos, peinture 1979
  • Saltorina, peinture 1979
  • Rostre, peinture 1979
  • Injusta advertència, peinture 1979
  • Un dels savis de Vila Trista, peinture 1976
  • Injusta mutil·lació a Bascuña, peinture 1976
  • Estúpida víctima, peinture 1976
  • Homenatge a Pompeu Fabra, peinture 1969
  • Suite de Fando et Lys, peinture 1965
  • Sense títol. Collage/ dessin/ matériau graphique, non daté
  • Pintura, peinture 1959
  • Morfologia ondulante, peinture 1947
  • Composició, peinture 1946
  • Formes, peinture 1966
  • El bodegón ilustre, peinture 1959
  • Eteros, peinture 1960
  • Maternitat o la geometria del cor, peinture 1979
  • Composició, peinture 1979
  • Marion i el mar, peinture 1979
  • Scorpy, Scorpium, peinture 1965
  • Sense títol, peinture 1965
  • La muntanya negra, peinture 1957
  • Dama roixa, peinture 1953
  • Composició, peinture 1953
  • Sant Celoni, peinture 1942
  • Rostre blanc, peinture 1954
  • Composició, peinture 1950
  • Retrat de J. C., peinture 1969
  • Marion, peinture 1969
  • Circ, peinture 1950
  • Sense títol, peinture 1950
  • Composició del càntir, peinture 1949
  • Paleta de pintor, peinture 1953
  • Cavallista, peinture 1950
  • Composició, peinture 1953
  • Composició, peinture 1954
  • Número 5. Collage/ dessin/ matériau graphique, 1954
  • Sense títol. Original per a Dau al Set. Collage/ dessin/ matériau graphique, 1950
  • El Pescallunes. Collage/ dessin/ matériau graphique, 1950
  • Composició, peinture 1960
  • Série Nens sense nom

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rubio et Kuspit 1987, p. 113.
  2. a b c et d Fondation Maeght 2007.
  3. Musée Guggenheim
  4. a et b Rubio et Kuspit 1987, p. 114.
  5. a et b Rubio et Kuspit 1987, p. 115.
  6. Rubio et Kuspit 1987, p. 122.
  7. (es) Juan Manuel Bonet, Cuixart antológica, Madrid, Genaralitat de Catalunya . Dep de cultura., , p. 23 p., p. 23.
  8. (es) Raquel Medina de Vargas, Cuixart, mitologia de la natura. Catalogue de l'exposition, Mataró- Granada, Patronat Municipal de Cultura de Mataró - Fundación Caja de Granada, (ISBN 84-95127-48-2), pp. 15-17
  9. (en) « Modest Cuixart Spanish artist who challenged Franco through his works », sur The Guardian, (consulté le 15 juin 2018).
  10. « Modest Cuixart », MACBA (consulté le 3 août 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Modest Cuixart », dans Encyclopédie Larousse (lire en ligne).
  • (es)(en)(ja) Miguel Rubio et Donald Kuspit, Cuixart, Barcelone, Notar, S.A., , 134 p..
  • « Cuixart », dans 1947-2007 Barcelone, Saint-Paul-de-Vence, Fondation Marguerite et Aimé Maeght, , p. 82-84.
  • (en) Phil Davison, « Modest Cuixart : Spanish artist who challenged Franco through his works », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  • (es) « Modest Cuixart, Le pêcheur de lunes (Le Pescallunes), 1949 », sur http://www.guggenheim-bilbao.es, Musée Guggenheim de Bilbao.
  • (es) Juan E. Cirlot, La pintura de Modest Cuixart, Seix Barral, Barcelone, 1958.
  • (es) Juan E. Cirlot, Visión de Cuixart, Los libros del Unicornio, Barcelone, 1961.
  • (es) Jean J. Lerrant, Modest Cuixart, Gustavo Gili, Barcelone, 1967.
  • (es) Paloma Chamorro, Conversaciones con Cuixart, Rayuela, Madrid, 1975.
  • (es) Joan Perucho, Cuixart ayer y hoy, Múltiple de publicaciones, Barcelone, 1976.
  • (es) V.V.A.A., Cuixart 30 años de pintura  especial Guadalimar  Madrid, 1976.
  • (es) J.M. Caballero Bonald, Cuixart, Rayuela, Madrid, 1977.
  • (es) J. M. Bonet, J.Perucho, A., R. Santos-Torroella Modest Cuixart exposición antológica Generalitat de Catalunya. Departament de Cultura, 1991.
  • (es) R. Medina, Cuixart mitologia de la natura, Patronat de Cultura, Ayto. Mataró-Cuixart mitología de la naturaleza, Caja General Ahorros, Granada, 2000.
  • (es) B. Porcel, R. Medina y M.Pagès , Cuixart ara, Generalitat de Cat, Barcelone, 2003.
  • (es) R. Medina -R. Casalé, Cuixart, màgic i surreal, Soc. l'Amistat- Antic Casino, Cadaqués, 2005.
  • (es) V.V.A.A., Cuixart cirurgia humana, Museu d'Art de Girona, Gérone, 2006.
  • (es) M. Lluisa Borrás, Cuixart, retorn a la mediterrània, Museu de la Mediterrània, Torroella, Gérone, 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]