Modes et Travaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Modes et travaux)
Aller à : navigation, rechercher
Modes & Travaux
Image illustrative de l'article Modes et Travaux

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuel
Genre Presse féminine
Prix au numéro 2 (petit format), 2,30 (grand format)
Diffusion 444 183 ex. (2011)
Date de fondation 1919
Éditeur Mondadori Magazines France

Propriétaire Mondadori France
Directeur de publication Ernesto Mauri
ISSN 0026-8739


Le magazine féminin mensuel Modes&Travaux, publié par Mondadori France (groupe Arnoldo Mondadori Editore), est créé le 15 novembre 1919 par l’éditeur Edouard Boucherit.

Historique[modifier | modifier le code]

Edouard Boucherit baigne depuis son enfance dans la broderie car sa mère possède une mercerie à Levallois-Perret. Pour promouvoir la boutique et faire partager sa vision de la femme il crée des magazines de broderie comme La Broderie moderne et Modes&Travaux apparu le 15 novembre 1919[1].

Le magazine franchit le cap de deux millions d'exemplaires au début des années 1970[2]. Dans les années 1980, Dominique Roche, est nommée à la direction de Modes&Travaux afin de donner une nouvelle impulsion au magazine concurrencé par Femme actuelle; Femme pratique ou Elle [1].

Contenu rédactionnel[modifier | modifier le code]

Modes&Travaux s'adresse originellement à la femme au foyer chic et parisienne[1].

Le magazine s’attache à donner des conseils pratiques aux femmes d’aujourd’hui sur les thèmes de la mode, la décoration, la cuisine, la couture, le tricot, les conseils beauté, ou encore le jardinage.

On y trouve aussi de nombreux bons plans de tourisme, de voyages, de forme, de nutrition, et de bien-être.

Poupée Françoise[modifier | modifier le code]

En 1951 le magazine consacre une page à des travaux d'aiguilles permettant d'habiller des poupées variées. Très vite, dans le magazine la poupée Françoise rencontre un vif succès. Le but premier est d'attirer un nouveau public. Les jeunes filles ont désormais une raison particulière pour consulter le même magazine que leur mère afin de les imiter dans une de leur tâche domestique. Elles peuvent apprendre ou perfectionner la couture ou le tricot pour la poupée.

Les modèles de vêtements suivent la mode enfantine de l'époque et les saisons. Pour l'hiver les manteaux épais succèdent aux jupe plissées de l’automne ou aux robes légères de l'été et aux gilets pour le printemps.

La poupée est réalisée dans du sicoïd produit par la Société Nobel française (SNF) ou bien du novoïd. Ce dernier matériau est du polystyrène imitant la celluloïd, même si la poupée Françoise en celluloïd a également existé. Ses yeux sont en porcelaine et ses cheveux de couleur châtains clairs sont coiffés sur une coupe carrée avec une raie de côté. Elle représente une petite fille âgée d'environ 7 ans. Elle est conçue pour que les jeunes filles puissent la vêtir facilement.

En 1960, la poupée Françoise est remplacée par une autre poupée appelée Marie-Françoise. Mais le public ne s'y attache pas. La production s'arrête.

En 1998, Petitcollin relance la poupée Françoise. Cette fois-ci elle est fabriquée dans du chlorure de polyvinyle et porte quelques modifications. Son visage est un peu plus grand bien que facilement reconnaissable par rapport à l'originale. La matière imitant la peau peut être mate ou brillante selon les commandes. Cependant Petticollin arrête la production en 2011[3].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Modes&Travaux est aujourd'hui le 1er magazine mensuel féminin français en diffusion selon l’OJD.

En effet, le magazine est en progression, avec une Diffusion France Payée de 444 183 exemplaires[4] pour l'année 2011, soit une progression de 5,92 % par rapport à 2010 et de 19,3 % par rapport à 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Elodie Lantelme, Patricia Wagner, Modes et travaux, une histoire de la femme française, Solar, , 237 p.
  2. Samra-Martine Bonvoisin, Michèle Maignien, La presse féminine, Presses universitaires de France, , p. 43
  3. Apolline Rouget, Catalogue d'exposition. Jouets : Raconteurs d'histoires, , 71 p.
  4. Données source OJD

Liens externes[modifier | modifier le code]